AIP Le ministre Laurent Tchagba en Italie à Rome pour la 27ème session du COFO et la 9ème semaine mondiale des forêts AIB Namentenga : Le haut-commissaire constate la dégradation du radié du barrage de Boulsa AIB Burkina/FSP : La douane mobilise plus de 7 milliards FCFA au premier semestre de l’année 2024 MAP Le Nigeria inflige au groupe Meta 220 millions de dollars d’amende pour violations de la protection des données personnelles (communiqué) AIB Burkina/Terrorisme : Le Premier ministre Kyelem charge l’Allemagne et la France MAP Cameroun : deux civils tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord AIB Garango/Religion: Des populations sollicitent les faveurs de la colline sacrée Boulgou AIB Paix et cohésion sociale : Les Sahéliens prennent langue à travers un colloque régional à Dori APS SENEGAL-MONDE-MEDIAS / Forum des médias de Susha : la détection des fausses informations et la lutte contre la désinformation au menu des échanges APS AFRIQUE-MONDE-CLIMAT / COP 29 : plusieurs chefs d’Etat africains attendus à Baku (Ilham Aliyev)

Boris Diop évoque la solitude de l’écrivain et l’incertitude de son entreprise


  18 Mars      53        Culture (1578), Livres (393),

 

Saly, 17 mars (APS) – L’écrivain sénégalais Boubacar Boris Diop a souligné la solitude de l’écrivain et le caractère incertain de son entreprise, vendredi, à l’ouverture de la sixième édition du Salon international du livre de Thiės (SILT) dont il est le parrain.

« Lorsqu’on se livre à cet exercice difficile qu’est l’écriture, cela se passe dans la solitude, dans l’incertitude. Parce qu’au fond, on écrit sans avoir été mandaté par personne », a-t-il dit à l’ouverture de cet événement littéraire qui se tient à Saly-Portudal, du 16 au 19 mars.

Selon l’auteur de « Doomi golo » (2003), il y a « beaucoup d’appelés et peu d’élus » dans le domaine de l’écriture

« On prend sa plume, on raconte une histoire et on dit au monde entier : écoutez-moi, j’ai quelque chose à vous dire.  Et nous sommes très nombreux de le faire », a-t-il dit en parlant de la motivation de l’écrivain.

Boris Diop considère que « le Sénégal se porte bien » dans le domaine de la littérature, au regard du nombre d’événements littéraires qui se déroulent dans le pays.

Le SILT se passe pour la première fois à Saly Portudal (Mbour), un choix motivée par l’ouverture sur le monde de cette cité balnéaire de la région de Thiès, selon Moustapha Ndéné Ndiaye, président de la manifestation.

« Saly offre cette plateforme internationale où le SILT trouve une terre de prédilection », a-t-il dit.

« L’Afrique face à elle-même, enjeux d’écriture », le thème de cette manifestation, n’a pas été choisi par hasard selon lui, puisque « la littérature est forcément au cœur des grandes réflexions, surtout celle de l’Afrique ».

Dans la même catégorie