MAP Bangui: Au moins 58 morts dans un naufrage (protection civile) ATOP L’Assemblée nationale Togolaise adopte la proposition de loi de révision de la Constitution en deuxième lecture, à la suite d’une consultation nationale ATOP M. Meyisso élu membre de la cour constitutionnelle AIP XXIIIes Jeux olympiques de Paris : Un opérateur de télécommunication offre 10 millions Fcfa à Cheick Cissé AIP Cyber Africa Forum : L’Afrique appelé à adapter ses plans de développement en intégrant les évolutions technologiques AIP Résistance aux antituberculeux : une étude préconise le maintien des tests moléculaires rapide AIP 4e édition de l’African Digital week : cinq universités et grandes écoles en compétition dans un hackathon sur l’industrie 4.0 APS AFRIQUE-OCEAN-PROTECTION / La Guinée-Bissau, hôte du 11e Forum régional côtier et marin du PRCM APS SENEGAL-GAMBIE-VISITE / Le président Bassirou Diomaye Faye est arrivé à Banjul APS SENEGAL-GAMBIE-VISITE / Deuxième sortie du président Faye : une visite pour “la consolidation des liens historiques” avec Banjul

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  2 Février      37        Environnement/Eaux/Forêts (6455),

 

Dakar, 02/02/2023 -(MAP)- Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du jeudi 02 février 2023:

Côte d’Ivoire :

– Le «Taï chimpanzee project» (TCP) a organisé, mardi, un atelier d’information pour vulgariser les acquis de 44 années de recherche scientifique sur les primates du Parc national de Taï (Ouest).

Plusieurs chercheurs du TCP et ses partenaires, dont le centre suisse de recherche scientifique (CSRS) et l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB) ont restitué les résultats de recherches sur les différents aspects du comportement des grands singes pour le TCP et ceux à queue pour le Taï Monkey Project (TMP). Cela va de l’écologie alimentaire et l’usage médicinal des plantes par les chimpanzés à l’interaction entre les zoonoses et la santé humaine.

Il ressort de l’ensemble de l’atelier qu’au-delà de l’importance de la conservation de la biodiversité, la recherche sur les divers aspects du comportement des grands primates présente un intérêt plus étendu pour l’Homme.

La forte proportion de similarités génétiques avec l’être humain fait des primates sauvages des sentinelles pour surveiller les maladies qui menacent l’homme. Les mécanismes d’adaptation biologiques et sociologiques qu’ils développent face aux défis de leur environnement naturel et social fournissent également des pistes de solution exploitables à l’échelle humaine.

===

– Le Fonds pour l’énergie durable en Afrique (SEFA) du Groupe de la Banque africaine de développement va octroyer un don d’un million de dollars sous forme d’assistance technique à la Facilité pour la mobilité verte en Afrique (GMFA).

La Facilité pour la mobilité verte en Afrique fournit une assistance technique et des capitaux d’investissement pour accroître et accélérer les investissements du secteur privé dans des solutions de transport durable dans sept pays : Maroc, Kenya, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone et Afrique du Sud.

Le don va permettre de créer un environnement propice aux véhicules électriques, de concevoir des modèles commerciaux de véhicules électriques et des lignes directrices pour les secteurs public et privé. Il permettra aussi de développer une réserve bancable de projets d’e-mobilité, d’assurer la coordination régionale et le partage des connaissances, pour aider à catalyser le financement du secteur privé dans la prochaine phase d’investissement de la Facilité pour la mobilité verte en Afrique.

Afrique australe :

– Une opération de recensement des éléphants dans plusieurs pays d’Afrique australe, y compris la Zambie, le Botswana, la Namibie et l’Angola, a été lancée afin d’étudier en profondeur cette espèce menacée d’extinction, a indiqué l’autorité de gestion de la Zone de conservation transfrontalière Kavango-Zambèze (KAZA).

Cette enquête vise à déterminer le nombre et la répartition saisonnière des éléphants, comme elle cherche à comprendre leurs schémas de migration d’un pays à l’autre, ainsi que l’impact des facteurs tels que le changement climatique sur la survie de ces animaux, a indiqué KAZA dans un communiqué.

Elle a ajouté que selon les plans préétablis, trois semaines sont nécessaires pour terminer les opérations au niveau de la région du nord-ouest du Matabeleland au Zimbabwe, avant de passer au Botswana, où la campagne devrait commencer à la mi-octobre 2022.

« Actuellement, les chiffres agrégés des pays membres de KAZA indiquent qu’il y a 220.000 éléphants dans la région, sur une superficie de 520 000 km2 », a souligné l’organisme.

Il a rappelé que ce chiffre représente environ la moitié des éléphants de savane qui vivent en Afrique (Loxodonta Africana), une espèce qui a été inscrite sur la liste rouge des espèces en voie de disparition par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

—-

Burundi :

– Environ 90% des 75.000 personnes déplacées à l’intérieur du Burundi se déplacent en raison des catastrophes liées au climat, dont plus de la moitié d’entre elles sont des femmes, a indiqué Farhan Haq, porte-parole adjoint du Secrétaire général des Nations Unies.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial (PAM) luttent contre la malnutrition chronique, encouragent la diversification agricole et sensibilisent au climat, a fait savoir M. Haq, relevant qu’en 2022, ils ont aidé plus de 42.000 petits producteurs locaux à transformer leurs systèmes alimentaires, en créant 1.000 écoles agricoles sur le terrain pour aider les communautés à améliorer leurs pratiques agricoles et d’élevage.

Ils ont également restauré 750 centres éducatifs endommagés par le climat et fourni un espace sûr à 43.000 enfants dans les zones les plus touchées, a-t-il ajouté.

L’année dernière, ONU Femmes a fourni un soutien en matière de soins de santé à 14.000 personnes déplacées à l’intérieur du pays, notamment des consultations médicales gratuites et la distribution de médicaments, a-t-il poursuivi.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fourni des abris et d’autres aides à plus de 40.000 personnes, tout en mettant en œuvre un programme visant à atténuer les risques de catastrophes, a noté le porte-parole.

Dans la même catégorie