AIP Le ministre Laurent Tchagba en Italie à Rome pour la 27ème session du COFO et la 9ème semaine mondiale des forêts AIB Namentenga : Le haut-commissaire constate la dégradation du radié du barrage de Boulsa AIB Burkina/FSP : La douane mobilise plus de 7 milliards FCFA au premier semestre de l’année 2024 MAP Le Nigeria inflige au groupe Meta 220 millions de dollars d’amende pour violations de la protection des données personnelles (communiqué) AIB Burkina/Terrorisme : Le Premier ministre Kyelem charge l’Allemagne et la France MAP Cameroun : deux civils tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord AIB Garango/Religion: Des populations sollicitent les faveurs de la colline sacrée Boulgou AIB Paix et cohésion sociale : Les Sahéliens prennent langue à travers un colloque régional à Dori APS SENEGAL-MONDE-MEDIAS / Forum des médias de Susha : la détection des fausses informations et la lutte contre la désinformation au menu des échanges APS AFRIQUE-MONDE-CLIMAT / COP 29 : plusieurs chefs d’Etat africains attendus à Baku (Ilham Aliyev)

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  1 Mars      31        Environnement/Eaux/Forêts (6792),

 

Dakar, 01/03/2023 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mercredi 01 mars 2023:

Sénégal:

– La région de Kaffrine a validé mardi son étude de vulnérabilité approfondie face aux changements climatiques, à travers le projet d’appui au plan national d’adaptation du Sénégal (PNA-Fem).

Gabriel Ndiaye, le coordonnateur du projet PNA-Fem, souligne que l’objectif de cet exercice est de réduire la vulnérabilité des pays aux incidences des changements climatiques en renforçant leurs capacités d’adaptation.

Il s’exprimait au terme d’un atelier de restitution et de validation de l’étude de vulnérabilité approfondie de la région face aux changements climatiques.

« Nous avons validé cette étude de vulnérabilité approfondie face aux changements climatiques, sous la houlette du comité régional sur les changements climatiques, afin de renforcer la capacité d’adaptation des communautés et des écosystèmes « , a-t-il déclaré.

Ce travail est fait sur la base de quatre secteurs d’activités relatifs à l’agriculture, aux inondations, aux infrastructures routières et à la santé.

Par rapport aux solutions préconisées, Mamadou Gaye, un membre du comité régional de changement climatique de Kaffrine, a indiqué qu’il faudra miser sur la maîtrise de l’eau, l’aménagement des vallées, la production des semences adaptées et la promotion des bonnes pratiques agricoles.

Somalie:

– La sécheresse dévastatrice et les conflits en Somalie ont déplacé un nombre record de 3,8 millions de personnes dans le pays au début de l’année 2023, a déclaré mardi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), appelant à des solutions durables pour éviter une aggravation de la crise.

La directrice générale adjointe de l’OIM en charge des opérations, Ugochi Daniels, a indiqué que la plupart des personnes récemment déplacées pourraient bien ne jamais retrouver leur foyer, expliquant que la terre n’est désormais plus en mesure de les nourrir, et l’insécurité ne fera qu’augmenter à mesure que la concurrence pour les ressources raréfiées continuera à s’intensifier.

« Nous devons investir dans les lieux d’origine des déplacés afin de développer la résilience et d’empêcher de nouveaux déplacements de populations », a-t-elle affirmé Mme Daniels dans un communiqué publié à Mogadiscio au terme de sa visite en Somalie.

Elle a appelé les donateurs à investir dans des solutions pour empêcher de nouveaux déplacements et remédier aux conditions de vie désastreuses auxquelles sont confrontées les millions de personnes touchées par la sécheresse et les conflits.

Afrique du Sud:

– Les habitants de la province de Mpumalanga, dans le nord-est de l’Afrique du Sud, sont préoccupés par la pollution minière et pétrochimique engendrée par certaines entreprises publiques majeures, a indiqué la Commission parlementaire du portefeuille des forêts, de la pêche et de l’environnement.

Les centrales thermiques de la compagnie pétrochimique +Sasol+ et de la compagnie d’électricité +Eskom+ sont parmi les plus gros contributeurs à la pollution de l’air dans la province et le pays, a déclaré le porte-parole de la commission, Sakhile Mokoena, lors de la première étape d’audiences publiques sur le projet de loi sur le changement climatique.

Il a expliqué que l’objectif de ces auditions est de solliciter l’avis des citoyens sur ce projet de loi visant à développer une réponse efficace au changement climatique et favoriser une transition juste vers une économie et une société à faible émission de carbone.

« Une fois adopté, ce texte de loi contribuera à faire appliquer la taxe carbone sur les grands pollueurs de l’environnement et à imposer des amendes aux sociétés minières qui ne ferment pas les mines abandonnées et ne réhabilitent pas les terres après l’extraction des minéraux », a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie