ANGOP La FILDA/2024 va mettre en exergue la production agricole familiale ANGOP L’Angola et la Namibie réfléchissent sur la réduction de la bureaucratie pour des questions de santé ANGOP L’OMS réitère son soutien à la promotion des soins de santé primaires en Angola MAP La MAP et ITALPRESS renforcent leur coopération médiatique MAP Accra : Début de la 45ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA avec la participation du Maroc MAP Côte d’Ivoire : appel à une intensification de la lutte contre la criminalité forestière APS Courses hippiques : le président du CNG de Matam passe en revue les difficultés du secteur AIB Bogandé : Les populations réaffirment leur soutien à la Transition et plaident pour plus de sécurité AIB Ganzourgou/Assainissement : La population mobilisée pour une opération de curage de caniveaux à Zorgho AIB Burkina : le gouvernement veut produire de l’engrais à hauteur de 15 milliards FCFA pour améliorer la production agricole

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  4 Mars      39        Environnement/Eaux/Forêts (6778),

 

Dakar, 04/03/2023 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du samedi 04 mars 2023:

Sénégal:

– La maîtrise de l’eau est la condition sine qua non pour une mise en valeur du foncier permettant le développement de l’agriculture sénégalaise, a affirmé vendredi le porte-parole du Cadre de concertation et de coopération des ruraux (CNCR), Sidy Bâ.

‘’Pour mettre en valeur le foncier pour le développement de notre agriculture, on va peut-être nous équiper, ce qui est important. Mais, il faut surtout maîtriser l’eau, la première matière première, le premier intrant agricole pour travailler la terre et développer les cultures, notamment toutes les spéculations en saison des pluies comme en dehors de l’hivernage et atteindre la souveraineté alimentaire’’, a affirmé Sidy Bâ, membre du Groupe de dialogue sur les politiques publiques (CDSP), qui s’exprimait lors de la mise en place d’une cellule zonale de veille sur la gouvernance foncière au profit des régions du bassin arachidier : Diourbel, Kaffrine, Fatick et Kaolack (centre).

La cérémonie est organisée à l’initiative du Cadre de réflexion et d’action sur le foncier au Sénégal (CRAFS), une structure créée en 2010.

Sidy Bâ ajoute que la maîtrise de l’eau est le premier levier sur lequel les autorités publiques devraient s’appuyer, afin de faire en sorte que l’eau soit à la portée des producteurs.

‘’Sans la maitrise de l’eau, nous allons faire fausse route pour aller vers le développement de l’agriculture, la souveraineté et la sécurité alimentaires. Si on avait de l’eau, on pourrait cultiver l’arachide, le maïs et d’autres variétés culturales en période sèche’’, a-t-il affirmé.

 

Kenya:

– Le gouvernement kényan a tiré la sonnette d’alarme face à un pic d’activités forestières illégales et à la destruction d’arbres.

La ministre de l’Environnement Soipan Tuiya a déclaré que les activités illégales comprennent notamment l’exploitation forestière illégale, la combustion de charbon de bois, l’agriculture et les incendies de forêt.

“Il y a une destruction gratuite de notre environnement car il y a trop d’exploitation forestière illégale et d’empiètements,” a déclaré la ministre, affirmant que le gouvernement redoublera d’efforts  s’assurer que tout le monde soit impliqué dans le programme national visant à augmenter la couverture forestière à 30%.

Elle a indiqué que les zones humides ont également été envahies, dénonçant un manque de personnel au sein du Service forestier qui gère plus de 2,5 millions ha et aide les comtés à gérer 1,6 millions ha supplémentaires.

En effet, un seul agent forestier s’occupe actuellement d’environ 1 000 hectares, alors qu’à l’échelle internationale, un agent devrait s’occuper d’environ 400 hectares.

Namibie :

– La première centrale électrique à hydrogène vert en Namibie, prévue dans la région de Swakopmund (361 km de la capitale Windhoek), sera opérationnelle en 2024, a annoncé la société chargée de la réalisation du projet.

« Après la fin des travaux de construction, le projet va fournir aux populations locales de l’électricité propre 24 heures sur 24 et pendant toute l’année », a indiqué HDF Energy, société française spécialisée de l’hydrogène-électricité.

Cette plateforme qui mobilise un montant de plus de 180 millions de dollars, verra 85 MW d’énergie solaire alimenter des électrolyseurs pour produire de l’hydrogène pouvant être stocké. Elle devra ainsi stimuler l’approvisionnement en électricité de ce pays d’Afrique australe qui importe environ 40 % de son électricité de l’Afrique du Sud voisine.

Selon le directeur de HDF Energy pour l’Afrique australe, Nicolas Lecomte, la compagnie pourra produire 142 gigawattheures annuellement, ce qui est assez pour assurer les besoins en électricité de 142.000 habitants.

Dans la même catégorie