AIP Le ministre Laurent Tchagba en Italie à Rome pour la 27ème session du COFO et la 9ème semaine mondiale des forêts AIB Namentenga : Le haut-commissaire constate la dégradation du radié du barrage de Boulsa AIB Burkina/FSP : La douane mobilise plus de 7 milliards FCFA au premier semestre de l’année 2024 MAP Le Nigeria inflige au groupe Meta 220 millions de dollars d’amende pour violations de la protection des données personnelles (communiqué) AIB Burkina/Terrorisme : Le Premier ministre Kyelem charge l’Allemagne et la France MAP Cameroun : deux civils tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord AIB Garango/Religion: Des populations sollicitent les faveurs de la colline sacrée Boulgou AIB Paix et cohésion sociale : Les Sahéliens prennent langue à travers un colloque régional à Dori APS SENEGAL-MONDE-MEDIAS / Forum des médias de Susha : la détection des fausses informations et la lutte contre la désinformation au menu des échanges APS AFRIQUE-MONDE-CLIMAT / COP 29 : plusieurs chefs d’Etat africains attendus à Baku (Ilham Aliyev)

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  9 Mars      20        Environnement/Eaux/Forêts (6792),

 

Dakar, 09/03/2023 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du jeudi 09 mars 2023:

Sénégal:

– Le Centre de suivi écologique (CSE) a ouvert ses portes mercredi aux jeunes filles afin de susciter des vocations dans les métiers liés aux sciences spatiales à l’occasion de la Journée international du droit de la femme.

Organisée dans l’enceinte du Centre de suivi Ecologique (CSE), cette journée a enregistré la participation de plusieurs femmes et de de jeunes filles élèves d’établissements scolaires, de collèges, et de lycées de Dakar.

‘’Au CSE, nous avons décidé d’organiser cet événement pour les femmes du niveau supérieur et des jeunes filles des écoles primaires et lycées pour qu’elles puissent être en contact avec les sciences spatiales’’, a déclaré son directeur général Dr Cheikh Mbow, en marge de l’ouverture de cette journée portes ouvertes organisée sur le thème : ‘’Pour un monde digital inclusif : innovation et technologie pour l’égalité des sexes’’.

‘’La méconnaissance des applications des sciences spatiales a motivé le CSE à ouvrir ses portes pour expliquer à cette panoplie de jeunes filles des séries scientifiques  que la technologie spatiale est à portée de main’’, a-t-il expliqué.

Il a souligné que les sciences spatiales constituaient un domaine assez pointu mais pas compliqué.

‘’C’est un domaine assez englobant qui permet d’avoir une récurrence d’observations régulières et adaptées à des processus qui changent très rapidement comme les processus environnementaux’’, a-t-il ajouté.

Le directeur général du CSE a appelé les jeunes filles à faire des études dans les sciences spatiales afin de prétendre à l’avenir faire des carrières dans les métiers du spatial.

Côte d’Ivoire:

– L’édition 2023 de la Journée mondiale de l’environnement sera organisée, le 05 juin prochain, en Côte d’Ivoire, indique le Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE) sur son site électronique.

Avec pour thème « Les solutions à la pollution plastique », cette Journée qui marque son cinquantenaire cette année, est également devenue une plateforme essentielle pour promouvoir les progrès réalisés dans le cadre des aspects environnementaux des objectifs de développement durable.

« Le fléau de la pollution plastique est une menace visible qui a des effets négatifs importants sur chaque communauté dans le monde. En tant qu’hôte de la Journée mondiale de l’environnement 2023, nous invitons tous les secteurs, à savoir, les gouvernements, les entreprises et la société civile, à se réunir pour trouver et défendre des solutions », a déclaré le ministre ivoirien de l’Environnement et du Développement durable, Jean-Luc Assi.

En effet, des dizaines de millions de personnes issues de grandes entreprises, d’organisations non gouvernementales, des communautés, des gouvernements et de célébrités du monde entier participeront en ligne et en présentiel aux activités et événements de cette Journée.

« Nous devons saisir toutes les opportunités et nous engager avec toutes les parties prenantes pour traiter le problème du plastique dans sa globalité », a soutenu la directrice exécutive du PNUE, Inger Andersen.

Plus de 400 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année dans le monde, la moitié est conçue pour être utilisée une seule fois et moins de 10 % du total sont recyclés.

La Côte d’Ivoire a interdit l’utilisation des sacs en plastique depuis 2014, soutenant ainsi le passage à des emballages réutilisables.

Guinée:

– Le Réseau Environnement Bauxite (REB) , qui œuvre dans la préservation de l’environnement dans le cadre de l’exploitation pendant et après la valorisation de la bauxite, a tenu, récemment à Conakry, son assemblée générale ce jeudi 02 mars, dans un réceptif hôtelier de Conakry.

Au cours de cette assemblée générale annuelle présidée par la chambre des mines, le bureau exécutif sortant a exposé son bilan des actions menées de 2021 à 2022 et de présenter les perspectives de l’exercice 2023-2024.

A cette occasion, Aissatou Bobo Diallo, Présidente du REB et conseillère environnementale à la CBG a indiqué que le plan exécuté par son équipe comporte quatre (4) axes stratégiques à savoir, la cogestion du paysage terrestre et maritime, la gestion intégrée des déchets, le flux migratoire et le partage d’expériences, des données et la production des guides et manuels.

Concernant les perspectives pour le plan d’action 2023-2024, elle a souligné que le REB entend relever les défis comme l’extension du REB à l’échelle nationale, la mise en œuvre des 4 axes précités qui sont composés de 12 objectifs en 2023 et 8 Objectifs en 2024 en vue d’atteindre, la mise à disposition des plans de gestion intégrée du paysage, des déchets et flux migratoires aux entreprises minières et aux parties prenantes.

Togo:

– Au Togo, l’opérateur télécom Togocom et la société guadeloupéenne spécialisée dans la conception et l’installation d’outils numériques en agriculture, Myditek, s’associent pour numériser l’agriculture togolaise et promouvoir l’agriculture de précision. Un partenariat a été conclu en ce sens par les deux acteurs en début de semaine.

« En gros, l’idée, c’est d’aller vers une agriculture de précision », lance Sébastien Luissaint, président de Myditek. « Le partenariat avec Togocom nous permet d’installer des antennes de communication à l’échelle du pays. Ces antennes visent à connecter nos outils qui serviront aux agriculteurs et aux coopératives en termes de données agricoles », ajoute-t-il.

Il s’agira notamment pour Myditek de connecter les exploitations agricoles et de remonter les données pertinentes, notamment en termes de fertilité des sols, de données météorologiques, ou encore de données d’imagerie aérienne par drone, aux systèmes de sécurité, à l’infra-rouge, à la clôture électrique, aux systèmes d’irrigation automatiques et connectés sur le territoire.

Pour ce faire, Myditek va développer des objets connectés en s’appuyant sur une cinquantaine d’antennes de Togocom, réparties sur l’ensemble du territoire togolais. Ces antennes relais permettront à Myditek d’apporter toutes ces informations numériques aux agriculteurs, ce qui leur permettra de mieux connaître leur environnement de travail et leurs terres.

Afrique du Sud :

-. Des délégations de plus de 30 pays africains étaient en conclave dans la ville sud-africaine du Cap pour examiner les moyens devant permettre de développer l’économie verte dans le continent.

Initié sous le thème «Piloter la stratégie d’investissement dans l’économie verte», le Sommet rassemble la communauté mondiale des investisseurs, des développeurs de projets et des dirigeants d’entreprises opérant dans les transports verts, les énergies renouvelables et les technologies propres.

L’évènement auquel prennent part également 300 délégués et des représentants de gouvernements, des villes et des décideurs africains, ambitionne d’ouvrir la voie à une économie verte inclusive et à un avenir durable en Afrique. Il s’agit aussi de créer une voie pour accroître les flux de capitaux d’investissement verts vers le continent et de renforcer les partenariats stratégiques pour mobiliser de nouvelles ressources financières.

D’emblée, les intervenants ont souligné que le secteur des énergies renouvelables offre une énorme opportunité de développement à travers le continent africain, offrant des opportunités uniques de développement d’infrastructures et permettant des investissements pour résoudre la pauvreté énergétique du continent.

Dans la même catégorie