MAP Tournoi de l’UNAF (U17)- 3ème journée: Match nul entre le Maroc et la Libye (1-1) MAP Le Maroc prend part à Abuja à la Réunion africaine de haut-niveau sur la lutte contre le terrorisme MAP Une délégation de la Banque Centrale de Mauritanie en visite de travail à l’Office des Changes MAP Quatorze morts dans un accident de la route dans le centre du Nigeria AIB Léraba : La première édition des journées des confréries dozo lancées à Sindou Inforpress São Vicente: Performance de Morabezateatro leva informações sobre prevenção de abuso sexual às escolas Inforpress Presidente da República considera “caótica” situação de transportes inter-ilhas em Cabo Verde Inforpress MPLA reafirma amizade e desejo de estreitamento de cooperação com PAICV Inforpress João Branco revela detalhes sobre a peça “Dona Pura e os Camaradas de Abril” a estrear-se em Maio Inforpress Boxe: Nancy Moreira conquista medalha de prata no ‘African Cup’ na África do Sul

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  31 Mars      29        Environnement/Eaux/Forêts (6458),

 

Dakar, 31/03/2023 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du vendredi 31 mars 2023:

Sénégal:

– Le directeur des Aires marines communautaires protégées (DAMCP), le colonel Mamadou Sidibé, a préconisé la mise en place à Dakar d’une réserve de biosphère pour lutter efficacement contre les inondations devenues récurrentes ces dernières années dans la région en période d’hivernage.

‘’Cette réserve de biosphère va permettre dans le cadre d’un plan d’aménagement concerté avec les populations et les techniciens de restaurer les jonctions naturelles des zones humides de la région de Dakar’’, a dit M. Sidibé dans un entretien accordé à la presse.

Une étude sur la caractérisation des zones humides de la région de Dakar a révélé que ces lacs sont actuellement dénaturés et tous leurs points de jonctions occupés par des bâtiments et des maisons.

‘’Cette occupation anarchique, a complétement changé la configuration des zones humides, en rétrécissant et en emprisonnant les réseaux d’évacuation des lacs’’, a-t-il ajouté.

Parmi ces zones humides menacées dans la région de Dakar, a-t-il cité, il y a entre autres la zone des Niayes, les lacs de Toubab Dialaw, de Bargny, de Diamniadio, de Sendou, de Mbao, ou encore dans la Zone de captage des eaux pluviales (Dakar).

Il a rappelé que par le passé dans la région de Dakar, il y avait un réseau naturel de connectivité et de jonction d’une dizaine de lacs qui évacuaient toutes les eaux pluviales vers la mer ou d’autres zones basses de la région. ‘’Mais aujourd’hui, a-t-il déploré, ce réseau hydrologique est complétement occupé au fil de plusieurs années de baisse de la pluviométrie par des maisons et édifices’’.

Malheureusement, a-t-il poursuivi, ces dernières années Dakar a enregistré ‘’d’importantes inondations du fait de pluies exceptionnelles avec les phénomènes des changements climatiques’’.

Pour lutter contre ces inondations, il a souligné que l’étude de caractérisation des zones humides menée par des universitaires et la Division des zones humides de la Direction des parcs est arrivée à ‘’la conclusion qu’il fallait créer la réserve de biosphère de Dakar’’.

Côte d’Ivoire:

– Des représentants du gouvernement et des communes du District autonome d’Abidjan ont participé, lundi dernier, à une session de formation axée sur la gestion écologiquement rationnelle des déchets plastiques, en présence du directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Parfait Kouadio.

Ce séminaire de deux jours s’inscrit dans le cadre d’un projet intitulé «Gestion rationnelle des polluants organiques persistants (POP) non intentionnels et des diphényles éthers polybromés (PBDE) pour réduire leurs émissions du secteur des déchets industriels».

Il est financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et mis en œuvre par l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI) avec la collaboration du gouvernement à travers le ministère de l’Environnement et du Développement durable.

L’objectif de ce projet est d’apporter des solutions spécifiques à l’émission des PBDE et des dioxines et furanes, composés chimiques toxiques issus des matériaux plastiques contenus dans des véhicules en fin de vie (VFV) et du brûlage à ciel ouvert des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE).

Gabon:

– A Iboundji dans la province de l’Ogooué Lolo (sud-est du Gabon), le président Ali Bongo Ondimba a annoncé le paiement imminent des aides suite au conflit homme-faune.

Le président Ali Bongo a fait cette annonce à Iboundji, localité réputée être l’une des plus enclavées du Gabon. La route n’y est pas praticable en toute saison. Plusieurs fonctionnaires désertent leur poste de travail.

Au cours d’un long entretien avec les femmes membres des coopératives agricoles de la localité, Ali Bongo Ondimba a annoncé « le paiement imminent des aides dans le cadre du conflit homme-faune».

«Tout est fait au Gabon pour concilier préservation de la nature et développement des activités humaines», a écrit Ali Bongo sur sa page Facebook.

Le paiement des aides suite au conflit homme-faune était l’une des principales revendications des paysans lors de la campagne électorale de 2016.

Le conflit touche presque tout le pays y compris dans les localités proches de Libreville la capitale.

Ghana:

– Au Ghana, l’Exécutif investira 108 millions $ au cours des 5 prochaines années pour stimuler la production de soja. C’est ce qu’a révélé Robert Ankobia, directeur général au ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture.

L’initiative s’inscrit dans le cadre des résolutions prises par le pays au cours de la deuxième édition du sommet africain sur la souveraineté alimentaire (Dakar 2 Summit) qui s’est tenu à Dakar du 25 au 27 janvier dernier.

Dans les détails, 21 millions $ seront dédiés à la mise en œuvre de programmes de recherche et de développement visant à mettre au point des variétés de soja améliorées et à haut rendement.

En outre, 63 millions $ seront dédiés à des programmes de développement des terres pour la production de soja tandis que le reste de l’enveloppe sera utilisé pour le financement de programmes visant à réduire les pertes post-récoltes.

D’après M. Ankobia, ce plan d’investissement devrait permettre à terme de presque tripler à 50.000 tonnes l’offre locale de semences certifiées de soja contre un niveau actuel de 17.500 tonnes par an et d’accroître la superficie emblavée de la graine oléagineuse de 50.000 hectares supplémentaires.

Kenya:

– Le comté de Nakuru a acquis un terrain de 10 hectares pour la construction d’une usine intégrée de récupération des déchets, a déclaré la gouverneure Susan Kihika.

La gestion des déchets solides est un défi majeur pour le comté avec des conséquences considérables sur la santé et la qualité de vie des résidents, a noté la responsable locale, indiquant que la construction de l’installation sera financée avec le soutien du gouvernement japonais.

S’exprimant après une réunion avec l’ambassadeur du Japon, Kihika a déclaré que le comté ambitionne de développer un cadre institutionnel stratégique de gestion des déchets solides notamment dans les zones urbaines du comté.

Nakuru se trouve dans un écosystème fragile abritant le lac Nakuru, un plan d’eau important sous la surveillance du Comité international de l’environnement des lacs, a-t-elle fait observer, indiquant que la coopération avec le Japon couvre également les domaines du logement et l’urbanisme, de l’agriculture, de l’énergie verte et des transports.

Afrique du Sud:

– Le Conseil pour la recherche scientifique et industrielle (CSIR) en Afrique du Sud a plaidé pour l’amélioration de la qualité de l’air de la ville de Johannesburg, le cœur battant de l’économie du pays.

«En moyenne, la qualité de l’air dans la ville est assez mauvaise, mais elle ne figure pas dans le top 5 des villes les plus polluées de la planète», a déclaré Mogesh Naidoo, chercheur au sein du CSIR, mettant l’accent sur la nécessité de prendre le problème de la pollution au sérieux.

Notant que les stations de surveillance de la qualité de l’air sont tenues par la loi de publier les données sur la pollution de l’air dans les différentes villes du pays, il a nié les informations selon lesquelles la métropole de Johannesburg et classée deuxième en termes de pollution après la capitale indienne Delhi.

Par ailleurs, le chercheur a souligné l’importance de la sensibilisation du public et des responsables sur les effets néfastes de la pollution de l’air, aussi bien pour la santé humaine que l’environnement, afin de lutter contre ce phénomène

Dans la même catégorie