Inforpress São Vicente: Governo vai abrir três centros de dia e reabilitar centros Nhô Djunga e de Emergência Infantil – ministro Inforpress Projecto CIRAWA tem dimensão “muito grande” sobre questões climáticas na agricultura na África Ocidental – coordenador Inforpress Nelson Freitas lança seu sétimo álbum « BlackButterfly » Inforpress Governo reforça conectividade aérea doméstica e internacional para impulsionar turismo – ministro Inforpress Governo aprova proposta de lei que cria Comissão Nacional Organizadora das celebrações dos 50 anos da independência nacional Inforpress Governo anuncia aprovação do segundo plano contra o tráfico humano para o horizonte 2024-2027 Inforpress “Criar Oportunidades e Conectar Futuros” é o lema da 1ª Cimeira de Investimento e Financiamento Jovem AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La ministre de la Culture félicite les lauréats du prix « Alberto Cortina » AIP Côte d’Ivoire-AIP/Trois principaux décrets pour la mise en œuvre du nouveau Statut général, selon le DG de la Fonction publique AIB Plus de 200 invités au 4e symposium international «Translog Africa» prévu du 27 au 29 février à Ouagadougou

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


  4 Avril      47        Environnement/Eaux/Forêts (6302),

 

Dakar, 04/04/2023 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mardi 4 avril 2023:

— Sénégal

– Quelque 9861 gros troncs d’arbres ont été saisis en 2022 pour des motifs liés à des infractions forestières sur toute l’étendue du territoire national, grâce à la bonne collaboration sur le terrain avec les Forces de défense et de sécurité (FDS), a indiqué lundi le colonel Babacar Dione, directeur général adjoint des Eaux-et-Forêts, Chasses et de la Conservation des sols.

‘’Cette collaboration entre les forces de défense et de sécurité a permis de saisir en 2022 au total de 9.861 troncs d’arbres ou gros troncs d’arbres sur toute l’étendue du territoire national’’, a dit M. Dione qui s’exprimait dans un entretien accordé à la presse sénégalaise, en prélude aux festivités marquant le 63e anniversaire de l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale. La fête a pour thème : ‘’Forces de défense et de sécurité et préservation des ressources naturelles’’.

Sur cette saisie de gros troncs d’arbres, a-t-il précisé, 60% des stocks saisis viennent des zones Sud et Sud-Est du pays. Il a expliqué que ces troncs d’arbres sont coupés clandestinement par des exploitants pour alimenter des réseaux de trafics de bois transfrontaliers mais aussi vers les zones intérieures du pays.

Des cargaisons de bois transitant frauduleusement vers d’autres pays ont été saisies également sur le territoire avec le concours de la Douane, a-t-il signalé, relevant que cette collaboration entre les forces de défense a permis de saisir 70.150 sacs de charbon en 2022, hors des zones de productions autorisées, les forêts aménagées.

Il a indiqué qu’une ‘’importante quantité » de produits forestiers non ligneux composés essentiellement de fruits avec un poids de 3665 kilogrammes a également été saisie.

Dans le cadre d’opérations et de patrouilles mixtes, les forces de défense et de sécurité ont mis la main sur 6.475 planches de bois d’œuvre sans permis de coupes. Des matériels de transport composés de 283 charrettes, de 60 motos et de 134 tricycles, des vélos ont été saisis en 2022.

Le colonel Babacar Dione a expliqué que ces engins sont utilisés par des exploitants clandestins dans le cadre du trafic transfrontalier de bois et vers les régions intérieures, rappelant que le Sénégal est signataire de ‘’beaucoup de conventions de protection des ressources naturelles », d’où ces efforts consentis dans cette lutte pour leur préservation à travers les FDS.

— Côte d’Ivoire

– Le directeur de Cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Parfait Kouadio, a exhorté, récemment à Grand-Bassam, les participants du secteur privé à s’approprier les enjeux du Plan National d’Adaptation qui nécessite des financements.

C’était à l’ouverture de l’atelier de pré-validation multisectorielle des acteurs du secteur privé dans le cadre du Plan National d’Adaptation aux changements climatiques.

«L’adaptation aux changements climatiques dont le coût est évalué à 12 milliards de dollars dans les Contributions Déterminées au niveau National (CDN) constitue un défi pour notre pays pour la mobilisation de ces ressources. Ainsi, pour mobiliser ces 12 milliards de dollars pour l’adaptation, le secteur privé est un acteur majeur dans l’atteinte de cet objectif », a signifié le représentant du ministre Jean-Luc Assi.

Cet atelier est organisé par le ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD), à travers le Programme National Changements Climatiques (PNCC) en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) dans le cadre du « Projet de renforcement de l’intégration de l’adaptation aux changements climatiques dans la planification du développement en Côte d’Ivoire (NAP-GCF) » financé par le Fonds Vert pour le Climat (GCF).

Ce projet, mis en œuvre par le PNCC, permettra, à termes, à la Côte d’Ivoire de disposer de son premier Plan National d’Adaptation aux changements climatiques (PNA).

— Gabon

– Un documentaire tourné au Gabon mettant en exergue les dessous du trafic international d’animaux intitulé « Coup de poing » de l’ONG Conservation Justice a permis l’arrestation de plus de 500 braconniers.

Diffusé sur la chaîne nationale avec une interview du fondateur de l’organisation non gouvernementale, ce film vise à sensibiliser mais met également en lumière le bilan des interpellations faites dans le cadre de ses activités.

Le documentaire a amené à se rendre dans des zones du Gabon très éloignées et très reculés des villes, sans aucune protection, ne pouvant compter que sur leur bonne étoile en cas de mauvaise rencontre.

Il a permis l’identification des trafiquants d’ivoire et d’autres produits fauniques illicites, la collaboration avec les autorités afin de faciliter leur arrestation, l’appui juridique pour renforcer les poursuites en justice, l’information du grand public sur l’application effective de la loi sur la faune pour ne citer que ceux-là.

Depuis le début, plus de 500 trafiquants de faune, principalement d’ivoire, ont été arrêtés et condamnés grâce à un partenariat avec les autorités gabonaises.

— Afrique du Sud

– Des groupes environnementaux sud-africains ont déposé un recours en justice pour bloquer un projet de centrale électrique à gaz de 2.000 MW prévu dans la ville balnéaire de Richards Bay (644 km de Pretoria).

«Les impacts du projet sur le climat, la qualité de l’air, la biodiversité et les zones humides n’ont pas été suffisamment pris en compte dans ce projet», ont déclaré les ONG GroundWork et South Durban Community Environmental Alliance (SDCEA), arguant que la construction de la turbine à gaz n’est pas nécessaire, en particulier lorsque des alternatives d’énergie renouvelable sont disponibles.

Le recours a été déposé après que le ministère des Forêts, de la pêche et de l’environnement a accordé, en novembre de l’année dernière, l’autorisation environnementale nécessaire pour établir la centrale électrique à gaz.

Le procès intenté par les ONG exige que le ministère annule cette décision en assurant que les évaluations des impacts potentiels du projet ne répondent pas aux exigences de la loi nationale sur la gestion de l’environnement.

— Kenya

– Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a déclaré lundi que l’Afrique présentait le taux de conformité le plus élevé aux Accords de Paris sur le changement climatique.

Intervenant lors du 3ème Symposium régional l’Ecologisation des systèmes judiciaires en Afrique (Nairobi 3-5 avril), la directrice exécutive adjointe du PNUE Elizabeth Mrema a expliqué que les pays africains avaient fait preuve de leadership, puisque 98% d’entre eux ont soumis leurs contributions déterminées sur le plan national qui définissent les objectifs de chaque pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

« Plus de 80% ont aussi soumis les mises à jour de leurs contributions déterminées sur le plan national », a-t-elle indiqué, faisant observer que les pays africains disposent ensemble d’une pléthore de lois et de politiques sur l’environnement et le changement climatique, qui complètent leurs contributions climatiques déterminées sur le plan national.

La responsable du PNUE a constaté qu’au niveau régional, l’Union africaine avait une stratégie climatique pour que les pays renforcent leurs législations et politiques locales.

— Somalie

– Des inondations causées par de fortes pluies ont fait au moins 21 morts, provoqué le déplacement de plus de 100.000 autres personnes et détruit des biens au cours des deux dernières semaines dans le sud de la Somalie, a annoncé lundi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de l’ONU.

Selon l’agence humanitaire de l’ONU, des victimes ont été enregistrées dans la région de Gedo, en particulier le district de Bardhere, le plus durement touché, qui a connu les plus fortes précipitations ces derniers jours.

« Les inondations ont également détruit six établissements de santé, 200 latrines et quatre écoles », a par ailleurs indiqué l’OCHA dans sa dernière mise à jour sur les crues soudaines en Somalie, précisant en outre que plus de 1.000 hectares de terres agricoles ont été inondés et que les cours ont été interrompus pour plus de 3.000 enfants.

Les inondations sont survenues à un moment où la Somalie connaît une grave sécheresse, laissant plus de 8,25 millions de personnes dans un besoin d’aide humanitaire.

— Togo

– Au Togo, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) apporte un appui financier à hauteur de près de 300 millions FCFA à des organisations de la société civile (OSC).

Elles sont 16 organisations intervenant dans la préservation de l’environnement et la lutte contre le changement climatique à bénéficier de cet appui.

Cette enveloppe devrait permettre aux bénéficiaires de réaliser des projets communautaires visant principalement une meilleure gestion des ressources naturelles, un renforcement de la résilience des populations vulnérables et la protection de l’environnement.

Cette subvention est accordée dans le cadre du Programme de Microfinancement du Fonds pour l’Environnement Mondial (PMF/FEM). Une année plus tôt, c’est un total de 241 millions FCFA que le PNUD avait mis à disposition de 15 OSC via ce mécanisme financier, créé en 1992.

— CEA-ONU-Afrique

– La Commission économique des Nations pour l’Afrique a noté, à l’issue de sa 55eme session tenue récemment à Addis-Abeba, avec préoccupation que, selon les estimations de l’Organisation météorologique mondiale, d’ici 2030, entre 108 et 116 millions de personnes en Afrique pourraient être exposées au risque d’élévation du niveau de la mer.

La Commission 3reconnaît que d’ici 2030, il faudra un montant d’environ 3 000 milliards de dollars pour financer les mesures d’atténuation et d’adaptation nécessaires pour faire face aux problèmes que posent les changements climatiques en Afrique ».

« Ce montant pourrait être mobilisé pour partie grâce à divers mécanismes, notamment une augmentation substantielle du nombre d’émissions d’obligations vertes, bleues et liées aux objectifs de développement durable destinées à stimuler les investissements », souligne-t-on.

Dans la même catégorie