AIP Côte d’Ivoire/ L’amnistie est une « opportunité à ne pas galvauder » (Porte-Parole du gouvernement) ATOP Rencontre nationale de l’academie politique des femmes leaders et remise de certificats aux academiciennes du cycle 2018 ATOP Les trois meilleurs projets beneficient chacun d’une subvention de 1.500.000 fcfa ATOP LE GTFJPS-OAS en réunion pour renforcer la synergie d’actions inter-Etats AIP Côte d’Ivoire / Le village de Blahou (San Pedro) désormais électrifié AIP Côte d’Ivoire / 306,8 milliards de FCFA approuvés par la BOAD au premier trimestre 2018 AIP Côte d’Ivoire / La question de l’énergie solaire au centre des 45 ans de la BOAD GNA Parents should encourage children to pursue higher education – chief GNA Churches urged to complement government’s efforts in skills training GNA UNFPA holds sexual education for youth of James Town

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


Dakar, 14/08/2018 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mardi 14 août:

Sénégal

Les projets de transport à faible émission, mis en œuvre par les Nations unies dans plusieurs pays en développement, ont pour objectif final  »une amélioration de la santé des populations et une réduction des gaz à effet de serre’’, a indiqué Ousseynou Dione, du Centre universitaire de recherche et d’étude de la mobilité (CUREM).

M. Dione s’exprimait à l’occasion de la restitution du projet ’’Stratégie de mise d’un parc de véhicules efficients et propres au Sénégal’’.

« Ces projets déployés particulièrement dans les pays en développement et les pays à économie de transition, ont pour objectif final une amélioration de la santé des populations et une réduction des gaz à effet de serre », a-t-il relevé.

A travers ce projet, l’objectif global « est d’amener notre pays à développer des politiques de véhicules plus propres et plus efficients », a-t-il souligné, rappelant que le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) « est en train de dérouler dans plusieurs pays des projets de transports durables à faible émission ».

+++++

Burkina

Le ministère burkinabè de l’Environnement vient de lancer un projet de branchement de 600 ménages et Petite et moyenne entreprise (PME) à l’énergie solaire.

Ce projet-pilote a pour objectif de soutenir les entreprises du secteur des énergies renouvelables pour accroître l’efficacité du programme national d’électrification.

Financé à plus de 2,5 milliards de francs CFA par la Suède, il va s’étaler sur deux ans et permettra de soulager environ 600 bénéficiaires. Le coût de l’installation des systèmes photovoltaïques sera subventionné jusqu’à 30% pour les PME et 70% pour les ménages.

+++++

Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire, engagée dans le projet « REDD » visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation, pourrait toucher son premier fonds de carbone autour de 2030, a indiqué le secrétaire exécutif permanent du programme Ernest Kouamé Ahoulou.

Selon le secrétaire exécutif permanent de REDD+, en Côte d’Ivoire « il y a des bénéfices liés au carbone » et au terme de la mise en œuvre des projets d’investissements, les pays engagés dans le reboisement ont des « retours basés sur les résultats enregistrés en termes de volume d’émission évité ».

Cela permet de « monnayer sur le marché de carbone des ressources financières », a déclaré à la presse M. Ahoulou, mentionnant que la Côte d’Ivoire espère, selon les estimations, récupérer son premier argent « autour de 2030 », soit dans 12 ans avec des essences à croissance rapide.

+++++

Nigeria

Le gouvernement fédéral du Nigeria vient d’allouer 72 milliards de nairas (environ 199 millions USD) aux entreprises de distribution d’électricité (DisCos) afin d’améliorer la desserte énergétique du pays, selon Mohammed Usman, directeur exécutif de la Transmission Company of Nigeria (TCN).

Le responsable a souligné que l’efficacité de la TCN n’est pas visible à cause de l’état du réseau de distribution électrique du pays, notant que 80% de l’énergie consommée au Bénin et au Togo provient du Nigeria.

« Si ces deux pays arrivent à fournir de l’énergie à leurs populations de manière stable parce que nous y avons construit des sous-stations électriques, il n’en est pas de même chez nous. Il nous faut investir plus dans nos compagnies de distribution afin de pouvoir résoudre ce problème « , a-t-il ajouté.

De nombreux équipements de transmission et de distribution ont, en effet, besoin d’être réhabilités dans le pays. En outre, les compagnies de distribution d’électricité ont reporté un gap d’investissement de 1 300 milliards de nairas (près de 3,6 milliards USD). Un déficit qui est aggravé par les sommes dues aux distributeurs par la Nigerian Bulk Electricity Trader et qui continueront à croitre si aucune mesure n’est prise par le gouvernement.

Dans la même catégorie