AIP Le ministre Laurent Tchagba en Italie à Rome pour la 27ème session du COFO et la 9ème semaine mondiale des forêts AIB Namentenga : Le haut-commissaire constate la dégradation du radié du barrage de Boulsa AIB Burkina/FSP : La douane mobilise plus de 7 milliards FCFA au premier semestre de l’année 2024 MAP Le Nigeria inflige au groupe Meta 220 millions de dollars d’amende pour violations de la protection des données personnelles (communiqué) AIB Burkina/Terrorisme : Le Premier ministre Kyelem charge l’Allemagne et la France MAP Cameroun : deux civils tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord AIB Garango/Religion: Des populations sollicitent les faveurs de la colline sacrée Boulgou AIB Paix et cohésion sociale : Les Sahéliens prennent langue à travers un colloque régional à Dori APS SENEGAL-MONDE-MEDIAS / Forum des médias de Susha : la détection des fausses informations et la lutte contre la désinformation au menu des échanges APS AFRIQUE-MONDE-CLIMAT / COP 29 : plusieurs chefs d’Etat africains attendus à Baku (Ilham Aliyev)

Bulletin d’informations économiques africaines


  2 Mars      90        Economie (21789),

 

Dakar, 02/03/2023 (MAP)- Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du jeudi 02 mars 2023:

Sénégal:

– Le Comité de politique monétaire (CPM) de la BCEAO a annoncé avoir décidé de relever de 25 points de base le principal taux directeur auquel l’institut d’émission de l’UMOA prête ses ressources aux banques pour le porter à 3%.

Cette hausse, la quatrième depuis juin 2022, entre en vigueur le 16 mars 2023, précise un communiqué publié à l’issue de la session ordinaire du CPM présidée mercredi à Dakar par le gouverneur de la BCEAO. Dans le même temps, le taux d’intérêt de prêt marginal passe de 4,75% à 5%, signale le texte.

Cette augmentation s’inscrit dans le cadre de la normalisation graduelle de la politique monétaire de la Banque centrale, a expliqué le président du comité, le gouverneur de la BCEAO, Jean Claude Kassi Brou, à la fin des travaux, qui se sont tenus à huis clos.

Cette hausse devrait contribuer à ramener l’inflation dans l’intervalle cible (1 à 3%) de la BCEAO, a-t-il expliqué.

Burkina Faso:

– Le Conseil des ministres a adopté, mercredi, un rapport relatif à une autorisation de cession des actifs miniers pour l’exploitation industrielle du manganèse de Tambao et celle de la grande mine d’or d’INATA, à la société AFRO TURK TAMBAO SA, par la procédure d’entente directe.

Selon le rapport du Conseil des ministres, le gouvernement Burkinabè a pris un décret portant autorisation d’exploitation de la mine d’or d’Inata et le gisement de manganèse de Tambao, rapporte l’agence d’information du Burkina AIB.

Ces mines constituent des projets intégrés et des vecteurs de développement de la région du Sahel.

L’exploitation de ces deux mines a été accordée à la société AFRO TURK TAMBAO SA, par la procédure d’entente directe.

Ces projets sont un facteur d’intégration sous-régionale par leurs contributions au désenclavement des pays de l’Autorité du Liptako-Gourma que sont le Burkina Faso, le Mali et le Niger.

L’exploitation du manganèse permettra de générer 1 000 emplois directs et 3 000 emplois indirects ainsi que des recettes au profit du budget de l’Etat, précise le décret, cité par l’AIB.

Nigeria:

– L’aéroport de fret agricole construit dans l’État d’Ogun au Nigeria a entamé ses opérations commerciales avec un vol inaugural opéré la semaine dernière.

Il dispose entre autres d’une piste d’atterrissage de 4 km, d’une tour de contrôle, d’un centre d’essai international pour les marchandises prêtes à l’exportation, d’une caserne de pompiers et de bâtiments administratifs.

Tous les travaux prévus dans le plan architectural ne sont pas encore achevés, mais selon le gouverneur d’Ogun, Dapo Abiodun, l’aéroport en son état actuel peut déjà accueillir tout type d’aéronef.

Le projet élaboré il y a plus de 14 ans avait souffert d’un manque de financement, les travaux n’ayant été lancés qu’en 2021 grâce au soutien de Arise Integrated Industrial Platforms et de Afreximbank.

Conçu suivant le modèle Aérotropolis, il a pour vocation de stimuler le développement économique de cet de l’État d’Ogun.

Togo:

– Le Togo renforce sa position dans les opérations de manutention portuaire, en augmentant de 25% ses parts dans la société Togo Terminal (filiale du groupe Bolloré, elle-même reprise par MSC).

Désormais, les droits économiques du pays, obtenus dans le cadre de la convention de concession de Togo Terminal passent de 5% précédemment à 30%.

L’information a été rendue publique mercredi en Conseil des ministres, et vient conclure un litige entre le gouvernement togolais et Togo Terminal, qui a été résolu à l’amiable après quatre années de procédure judiciaire.

« Le conseil a salué cet accord gagnant-gagnant qui marque la maturité du partenariat entre les deux acteurs », s’est félicité le gouvernement, alors que le pays consolide également son emprise en nommant deux administrateurs supplémentaires au conseil d’administration, dans la gouvernance de la structure.

Zambie:

– Les emplois dans le secteur minier zambien sont en baisse constante à cause de la mécanisation et de l’automatisation des processus de production, a indiqué le Syndicat des mineurs de Zambie (MUZ).

«Les progrès technologiques, les nouvelles méthodes d’exploitation minière, la mécanisation et l’automatisation des processus de production ont entrainé une demande de plus en plus faible de main-d’œuvre», a déclaré le président du MUZ, Joseph Chewe, lors de la 15ème conférence quadriennale du syndicat.

Il a ajouté que les sociétés minières utilisent la réduction des effectifs comme première réponse aux fluctuations des prix mondiaux des matières premières, ce qui a entraîné une baisse du nombre de mineurs directement employés de plus de 60 % depuis l’an 2000.

«De plus, certaines mines évitent les coûts de main-d’œuvre en ayant recours à l’externalisation et à la sous-traitance à des entreprises», a-t-il précisé.

Madagascar :

– Les exportations de Madagascar ont enregistré une hausse de 31 % en 2022, marquant une reprise significative des activités économiques au lendemain de la crise de la Covid-19, a indiqué la Banque centrale malgache (BCM).

«Ce rebondissement est dû aux produits miniers tels que le nickel et le cobalt, ainsi qu’aux exportations de la zone franche», a déclaré la BCM dans sa dernière note sur la conjoncture économique du pays.

Elle a précisé que le prix du nickel a augmenté de 36,3 %, accompagné d’une hausse de 27,4 % du volume exporté par rapport à 2021, alors que les exportations du cobalt se sont améliorées de plus de 67 %.

Quant aux recettes générées par les exportations des entreprises franches, elles ont connu une hausse de 12,1 %, avec un regain de 9,0 % en termes de volume et de 2,9 % pour le prix, a ajouté l’institution.

Dans la même catégorie