MAP L’ambassadeur de SM le Roi au Caire présente ses lettres de créance au Président égyptien MAP Kenya: huit corps retrouvés dans une décharge à Nairobi (nouveau bilan) APS AG de la FSF : le comité exécutif va proposer la date du 21 septembre (président) ANP Les leaders Arabes d’Agadez et Tahoua reçus par le Président du CNSP APS Acteurs politiques, société civile et universitaires planchent sur l’intégrité du système électoral APS Zone des Niayes : des producteurs listent les défis et proposent des solutions APS Le président Faye aborde les urgences sociales, la fiscalité, l’emploi, ses rapports avec le Premier ministre, etc APS AVC: un neurologue alerte sur les cas d’hospitalisations de sujets de plus en plus jeunes AIP La lutte contre la déforestation devrait s’inscrire dans un cadre de coopération sud-sud (Le président CESEC) MAP Niger : 22 terroristes « neutralisés » par l’armée dans l’ouest

Bulletin d’informations économiques africaines


  18 Mars      61        Economie (21743),

 

Dakar, 18/03/2023 (MAP)- Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du samedi 18 mars 2023:

Sénégal:

– La Société financière internationale (IFC) a annoncé avoir noué un partenariat avec agCelerant et Bank of Africa-Sénégal, dans le but d’augmenter la production de riz et de contribuer à la sécurité alimentaire au Sénégal.

L’accord permettra d’aider les petits exploitants et les petites et moyennes entreprises de la filière rizicole à accéder plus facilement aux financements dont ils ont besoin pour se développer, selon un communiqué de l’IFC et de ses partenaires.

‘’Dans le cadre de ce partenariat, affirme la même source, l’IFC investira l’équivalent en monnaie locale de 7,2 millions de dollars US (environ 4.430.477.800 francs CFA), dans un mécanisme de partage des risques.’’

L’objectif du partenariat est de permettre à Bank of Africa de financer des milliers de petits exploitants et de petites entreprises spécialisées dans la production de riz et de les aider à accéder à l’assurance, à des intrants et à des équipements, selon le communiqué. Il s’agira notamment des semences, des engrais et des moissonneuses.

‘’Bank of Africa entend optimiser l’impact de ses prêts en collaborant avec agCelerant, une entreprise d’agritech basée au Sénégal, qui propose des formations et des solutions fondées sur les données numériques, pour permettre aux agriculteurs de bénéficier de l’assistance technique et financière dont ils ont besoin pour accroître leur productivité’’, expliquent les trois partenaires.

‘’Ce partenariat est en adéquation avec le plan de développement triennal de Bank of Africa, qui fait de l’accompagnement des PME du secteur agricole une priorité stratégique. Les financements permettront d’accroître l’offre de riz local’’, affirme Abdel Zampalegre, le directeur général de Bank of Africa-Sénégal.

‘’La dépendance du Sénégal des importations de denrées alimentaires n’est pas soutenable. Nous sommes fiers de nous associer à l’IFC et à Bank of Africa pour réduire les risques liés au financement des entreprises agroalimentaires et renforcer les chaînes de valeur locales’’, a dit le directeur général de agCelerant Sénégal, Daniel Annerose.

Aliou Maïga, le directeur régional de l’IFC pour les institutions financières en Afrique, estime que le fait d’‘accroître la sécurité alimentaire par un meilleur accès au financement et [de] soutenir les chaînes de valeur agroalimentaires sont deux piliers de la stratégie d’IFC en Afrique’’.

Le communiqué citant MM. Zampalegre, Annerose et Maïga rappelle que le riz est un aliment extrêmement important au Sénégal.

Côte d’Ivoire:

– La Banque ouest africaine de développement (BOAD) a présenté, vendredi, ses solutions d’accompagnement et de financement disponibles ainsi que son taux d’intérêt 2023 au secteur privé, notamment à la Chambre de commerce et d’industrie libanaise en Côte d’Ivoire (CCIL-CI).

Lors d’une rencontre organisée à Abidjan, le chef de mission résidente de la BOAD en Côte d’Ivoire, Francky Nago, a situé l’importance des entreprises libanaises dans le pays, indiquant vouloir leur montrer ce que l’institution peut lui apporter.

Il a indiqué que la BOAD est engagée dans un processus de réorganisation visant à injecter 3 300 milliards FCFA dans la période 2021-2025 au niveau régional. De ce montant, 885 milliards FCFA seront dévolus au secteur privé.

En Côte d’Ivoire, la Banque va investir plus de 900 milliards FCFA sur la même période, en guise de contribution au Plan national de développement (PND) dont 60% en faveur du privé.

Quant au directeur du département Développement pays, Almamy Mbengue, il s’est appesanti que la stratégie d’intervention de la BOAD, ses conditions indicatives de financement notamment sur les lignes de refinancement en faveur des banques.

Portée sur les fonts baptismaux en 1973, la BOAD regroupe les huit pays ouest-africains ayant en partage le Franc CFA. En 50 ans d’existence, la Banque a injecté 7 200 milliards FCFA au niveau de ses cinq secteurs prioritaires dans ces pays dont plus de 1 400 milliards en Côte d’Ivoire (représentant 20% de ses engagements globaux nets).

Auparavant, le président de la CCIL-CI, Joseph Khoury, par la voix de l’administrateur de la chambre consulaire, également président de la Commission banque, finance et capital, a salué le rôle de la BOAD dans le financement du développement économique de la région. La CCIL-CI, a-t-il assuré, veut travailler en étroite collaboration avec la BOAD pour le développement du tissu économique ivoirien.

RD Congo:

Six (6) milliards de dollars américains ont été affectés par la banque commerciale du Congo « Equity bank BCDC » au développement du secteur agricole en Afrique en général et de la République démocratique du Congo en particulier en vue de booster l’entrepreneuriat congolais.

 

« Nous sommes déterminés à changer la donne dans ce monde, nous ne voulons plus que ce pays puisse dépendre que du sous-sol. C’est aussi au sol de prendre sa revanche à travers les différents programmes que l’Equity BCDC a mise en place dans le secteur agricole », a dit le directeur de direction des projets commerciaux de l’Equity Bank BCDC,  Paty Paterne Mushagalusa, cité par l’agence congolaise de presse ACP.

 

Il a fait savoir que « la banque a disponibilisé 6 milliards de dollars américains pour le développement de l’Afrique et une partie est réservée à la RDC, afin d’aider les jeunes entrepreneurs à aller de l’avant ».

Cameroun:

– Entre juillet et septembre 2022, le volume de crédits octroyés aux PME par les banques de la zone CEMAC (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, RCA et Guinée équatoriale), enregistre « une progression significative de 27,69% », selon les chiffres de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC).

Selon l’Institut d’émission commun aux États de la CEMAC, ce volume de crédits est passé de 337,5 milliards FCFA (549 millions $) à presque 431 milliards FCFA en glissement annuel.

L’analyse des données de la Banque centrale permet de constater que le dynamisme des PME sur le marché du crédit au cours de la période s’est fait au détriment des grandes entreprises et des « autres personnes morales ».

En effet, bien qu’ayant reçu la plus grosse enveloppe des nouveaux crédits mis en place dans l’espace CEMAC au 3e trimestre 2022, les grandes entreprises voient cette enveloppe baisser de 18,2% entre le 3e trimestre 2021 (1.165,6 milliards FCFA) et la même période en 2022 (952,82 milliards FCFA).

Zimbabwe :

– Le Zimbabwe a entamé son cinquième recensement national de la population, qui verra des milliers d’agents recenseurs se déplacer à travers le pays d’Afrique australe pour un exercice organisé une fois par décennie.

Selon l’Agence nationale des statistiques du Zimbabwe (ZIMSTAT), plus de 40.000 recenseurs ont effectué des visites de porte-à-porte dans les foyers des dix provinces du pays au cours du recensement.

Les résultats préliminaires sont attendus en août de cette année, et les résultats définitifs vers octobre. Les résultats seront utilisés pour la délimitation des circonscriptions électorales avant les élections générales de l’année prochaine.

La population du Zimbabwe s’élevait à environ 14 millions d’habitants lors du dernier recensement qui a eu lieu en 2012.

Pour la première fois, le recensement a eu lieu sans papier, car ZIMSTAT utilise la technique des entretiens personnels assistés par ordinateur (CAPI) pour collecter les données.

La CAPI est une méthode de collecte de données en face-à-face dans laquelle celui qui fait l’interview utilise une tablette, un téléphone mobile ou un ordinateur portable pour enregistrer les réponses données pendant l’entretien.

Selon ZIMSTAT, ce système est plus efficace car il permet d’éviter les erreurs en facilitant les contrôles logiques, les schémas de saut et les validations.

Les précédents recensements de la population ont eu lieu en 1982, 1992, 2002 et 2012.

Dans la même catégorie