APS SENEGAL-SOCIETE / Madina Gounass : le ministre de l’Intérieur annonce des discussions pour dénouer la crise MAP Kenya: troisième journée de mobilisation contre le PLF 2024 MAP Sénégal: Ouverture d’une enquête sur les incidents survenus entre deux communautés religieuses dans le sud du pays (communiqué) APS SENEGAL-MEDIAS-PARTENARIAT / Une convention APS-RTS pour ”redynamiser l’échange de contenus” entre les deux médias APS SENEGAL-SANTE-POINT / Drépanocytose : 4900 enfants suivis à l’hôpital d’enfants Albert Royer de Fann (responsable) APS SENEGAL-MEDIAS-CINEMA / La RTS entame la diffusion d’une série de documentaires consacrés à des figures emblématiques du pays ANP FSSP: Plus de trois cents millions de contributions reçues ce 19 juin 2024 APS SENEGAL-ECONOMIE / La croissance économique projetée à plus de 10 % en 2025 (FMI) APS SENEGAL-ECONOMIE / Le Sénégal pourrait avoir accès à 230 milliards de FCFA vers la mi-juillet (FMI) ANP BEPC Session 2024 : Près de 120.000 candidats en lice

Bulletin quotidien d’informations économiques africaines


  11 Mars      48        Bulletin d'info économiques africaines (534),

 

Dakar, 11/03/2019 (MAP) – Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du lundi 11 mars :

Sénégal-Economie-Emploi

Un quart des gains du secteur formel, soit 25,1%, provient du secteur industriel au Sénégal, selon les résultats de l’enquête sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail (EERH) réalisée par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

L’ANSD ajoute que ce secteur est suivi du secteur primaire avec 21,9%. Les secteurs des services et de la construction couvrent, pour leur part, respectivement 19,3% et 19,1% de la rémunération totale de l’ensemble des entreprises du secteur formel.

De son côté, le secteur du commerce n’absorbe que 14,6% des rémunérations.

+++++

Côte d’Ivoire-logement

Le ministre ivoirien de la construction, du logement et de l’urbanisme, Bruno Nabagné Koné a annoncé vendredi à Abidjan, que « tout est mis en œuvre» par son département ministériel pour que les logements sociaux commencent à être « réalisés à grande échelle le plus rapidement possible ».

« Nous mettons tout en œuvre pour que les logements sociaux commencent à être réalisés le plus rapidement possible», a dit M. Koné dans une conférence de presse.

« L’objectif que nous avions fixé, c’était la construction de 150.000 logements. Initialement 60. 000 logements devraient être construits jusqu’en 2015 et 150.000 jusqu’en 2020. Et aujourd’hui, nous sommes à moins de 12.000 logements construits. C’est très faible », a reconnu le ministre, réaffirmant cependant la « volonté forte » du président ivoirien Alassane Ouattara et de son gouvernement à trouver des solutions à cette situation.
+++++

Côte d’Ivoire-femmes-autonomisation

En sept ans d’existence, le système de crédit du Fonds d’appui aux femmes de Côte d’Ivoire FAFCI a permis d’investir un montant total de 25 milliards de FCFA pour l’autonomisation des femmes à travers la Côte d’Ivoire, a fait savoir, vendredi, à Bouaké, première Dame ivoirienne, Dominique Ouattara, dans son allocution de la journée internationale de la femme.

Mme Ouattara a indiqué que ce capital investi a permis à plus de 170.000 bénéficiaires de réaliser des activités génératrices de revenus au profit de leurs enfants et leurs familles. Ces femmes ont reçu également des formations en gestion de projets et en comptabilité simplifiée pour mieux gérer leurs activités.

Elle a annoncé que le FAFCI qui était doté d’un capital de 10 milliards FCFA passe à 12 milliards FCFA, grâce à la confiance renouvelée du Chef de l’Etat qui est «le meilleur avocat» de ce fonds.

+++++

Kenya-Inflation

La hausse du coût de la vie devrait encore se modérer au cours des prochains mois en raison de la baisse continue des prix des produits alimentaires, qui devrait annuler les effets inflationnistes de la hausse des prix des carburants, ont déclaré des analystes.

En février, le taux d’inflation au Kenya a atteint son plus bas niveau en six mois, à 4,1%, principalement en raison de la baisse des prix de produits alimentaires tels que les céréales et la farine de maïs, les légumes verts et le sucre sur une base annuelle.

Bien que les prix des carburants aient diminué au cours des trois derniers cycles de révision après la chute des prix du brut au dernier trimestre de 2018, la reprise progressive depuis janvier signifie que les prix à la pompe peuvent commencer à augmenter à partir du mois prochain (en raison de l’effet de retard dans la livraison des importations raffinées).

Rwanda-Electricité

Le gouvernement rwandais et la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique ont signé un accord de prêt de 20 millions de dollars pour l’électrification des zones rurales des districts Nyamagabe et Nyaruguru, situés dans la province du Sud du pays.

Signé la semaine passée à Kigali entre le ministre rwandais de l’Economie et des finances, Uzziel Ndagijimana et le directeur général de la banque arabe, Sidi Ould Tah, cet accord permettra l’électrification de plus de 24.000 ménages vivant en milieu rural d’ici à Mars 2023, rapportent des médias locaux.

« Ce financement sera alloué à la mise en œuvre d’un projet national d’électrification visant à porter le taux d’électrification de 33% à 52% dans les districts Nyamagabe et Nyaruguru », a déclaré à la presse le ministre rwandais des Infrastructures et de l’Energie, Claver Gatete.

+++++
Ghana-Fuel

Le prix du carburant ne cesse d’augmenter pour dépasser la barre de 5 cedis, suite à la dépréciation du cedi par rapport aux principales devises, en particulier le dollar.

Le Cedi, la monnaie du Ghana qui a atteint son plus bas niveau historique face au dollar américain, connaîtra une dépréciation de plus de 15% en 2019, a estimé la banque centrale du Ghana (BoG).

« La dépréciation du cedi par rapport au dollar américain devrait se poursuivre tout au long de l’année, sur fond de chocs externes », relève un rapport de la BoG évaluant l’impact des chocs externes sur l’économie ghanéenne.
+++++

Nigeria-Télécoms

La filiale nigériane du groupe télécoms sud-africain MTN a achevé l’année 2018 dans le vert, avec une croissance dans tous ses segments de marché.

Pourtant, le second semestre 2018, marqué par des tensions avec les autorités d’Abuja sur le rapatriement illégal de dividendes de 2007 à 2015, laissait peser un risque de perte de confiance des consommateurs.

Sur le Johannesburg Stock Exchange, cette nouvelle avait fait plonger l’action du groupe de près de 20% lors de son annonce le 30 août 2018. Surtout que la banque centrale du Nigeria réclamait un remboursement de 8,1 milliards de dollars US. Mais dans le rapport financier de MTN Nigeria, cette crise n’a pas véritablement eu d’impact.

+++++
Burkina-entreprenariat

Le Premier ministre burkinabè, Christophe Marie Joseph Dabiré, a présidé, récemment à Ouagadougou, une réunion du Comité de pilotage du cadre de concertation gouvernement-secteur privé.

La mise en œuvre des 61 engagements et recommandations issus de la rencontre de novembre dernier entre le gouvernement et le secteur privé connaît des avancées et a permis de traiter conjoncturellement et structurellement les problèmes des unités économiques implantées au Burkina Faso.

Selon le ministère du Commerce, les agents économiques privés ont exécuté à 90% leurs engagements et une dizaine de sociétés minières sur 13 ont versé leur contribution au Fonds minier pour le développement, estimant que le secteur privé prend sa place de moteur de l’économie nationale.

Burkina-finances

Le ministère burkinabè de l’Economie et des Finances a organisé à Ouagadougou la première revue sectorielle de l’année.

Le portefeuille des projets et programmes, placé sous la tutelle technique du ministère, est constitué de 18 projets et programmes dont 1 en formulation, 9 en démarrage, 5 en exécution et 3 en phase de clôture.

Au titre de l’année 2018, les taux de leurs exécutions physique et financière sont respectivement de 76,11 et 20,26%, selon le ministère.
+++++
Burkina-Danemark-alimentation

Le Danemark accordera un appui financier de 2,4 millions de dollars (plus de 1 milliard F CFA) au Burkina Faso à travers le Programme alimentaire mondiale (PAM) au profit des régions de l’Est, du Nord et du Sahel.

Cette annonce a été faite par la ministre danoise de la Coopération, Ulla Toernaes, à l’issue d’une rencontre, récemment, avec le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré.
+++++
Niger-BID-agriculture

Le gouvernement nigérien vient d’adopter un projet autorisant la ratification de l’accord de financement composé d’un prêt d’un montant de 2 millions USD, d’une subvention de 215 000 dinars islamiques et d’un accord de mandat pour le financement du Programme de développement des chaines de valeurs du riz au Niger.

Ces accords entre le gouvernement nigérien et la Banque islamique de développement (BID) ont été signés, le 19 janvier 2019 à Niamey.

L’objectif de ces accords est de contribuer à réduire le taux élevé d’importation du riz et à renforcer la croissance économique par l’amélioration de la production, de la transformation et de la commercialisation du riz nigérien et par le renforcement de la participation du secteur privé.
+++++
CEEAC-FAO-agriculture

Le Coordonnateur du Bureau sous-régional de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation (FAO) pour l’Afrique centrale, Hélder Muteia et le secrétaire général adjoint de la communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) Tabu Addallah Manirakiza viennent de signer un accord de projet portant sur l’appui à la promotion de l’entrepreneuriat et de l’employabilité des jeunes dans les chaînes de valeurs agricoles en Afrique centrale.

Ce financement de 78 mille de dollars américains permettra au secrétariat général de la CEEAC de réaliser des études portant sur la typologie des exploitants et des exploitations, selon les chaines de valeurs agricoles prioritaires des Etats, en plus de la mise en place d’un incubateur sous-régional pour les jeunes entrepreneurs agricoles selon les modèles appropriés.

Dans la même catégorie