APS SENEGAL-SOCIETE / Madina Gounass : le ministre de l’Intérieur annonce des discussions pour dénouer la crise MAP Kenya: troisième journée de mobilisation contre le PLF 2024 MAP Sénégal: Ouverture d’une enquête sur les incidents survenus entre deux communautés religieuses dans le sud du pays (communiqué) APS SENEGAL-MEDIAS-PARTENARIAT / Une convention APS-RTS pour ”redynamiser l’échange de contenus” entre les deux médias APS SENEGAL-SANTE-POINT / Drépanocytose : 4900 enfants suivis à l’hôpital d’enfants Albert Royer de Fann (responsable) APS SENEGAL-MEDIAS-CINEMA / La RTS entame la diffusion d’une série de documentaires consacrés à des figures emblématiques du pays ANP FSSP: Plus de trois cents millions de contributions reçues ce 19 juin 2024 APS SENEGAL-ECONOMIE / La croissance économique projetée à plus de 10 % en 2025 (FMI) APS SENEGAL-ECONOMIE / Le Sénégal pourrait avoir accès à 230 milliards de FCFA vers la mi-juillet (FMI) ANP BEPC Session 2024 : Près de 120.000 candidats en lice

Bulletin quotidien d’informations économiques africaines


  21 Février      28        Bulletin d'info économiques africaines (534),

 

Rabat, 21/02/2020 (MAP) – Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du vendredi 21 février :

 

Sénégal-Agriculture

Le taux de transformation des produits agricoles au Sénégal est inférieur à 30%, a révélé jeudi le directeur des petites et moyennes industries au ministère du Développement industriel et des Petites et moyennes industries, Eladji Djily Mbaye Lo.

 »Le Sénégal a un grand potentiel en matière d’agriculture. Mais ce potentiel reste insuffisamment exploité. Nous avons un faible taux de transformation des produits agricoles […]. Au Sénégal, le taux de transformation des produits agricoles est à moins de 30%‘’, a-t-il fait remarquer en marge d’un comité régional de développement (CRD) axé sur la présentation du projet agropole centre aux acteurs agricoles de la région de Kaffrine.

 

+++++

 

Sénégal-CEDEAO-Pêche

Une mission de ‘’haut niveau’’ de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) effectuera, dimanche prochain, une visite au siège de la Commission sous-régionale des pêches (CSRP), à Dakar, annonce un communiqué.

La mission qui entre dans le cadre des activités du Programme régional pour l’amélioration de la gouvernance régionale de la pêche en Afrique de l’Ouest (PESCAO), va ‘’évaluer les progrès réalisés par la CSRP dans la mise en œuvre de ses activités’’, précise la même source.

 

+++++

 

Ghana-Electricité

La compagnie d’électricité du Ghana (ECG) compte adopter l’intelligence artificielle pour combattre le vol d’énergie électrique, a fait savoir le vice-président de la République, Mahamudu Bawumia.

Il a souligné que l’adoption des TIC par la compagnie publique devrait l’aider à mieux répondre au défi majeur qu’est la difficulté de collecte du paiement de l’électricité fournie qui débouche souvent en vol d’électricité.

« La question de la résolution du problème de collecte du paiement à l’ECG est un élément majeur de la résolution du problème de l’énergie au Ghana. […] si tout se passe bien, nous aurons mis en place un nouveau système, à partir de cette année, et personne ne pourra plus voler à nouveau l’électricité au Ghana », a-t-il précisé.

 


Nigeria-Inflation

Au Nigeria, l’indice des prix à la consommation (IPC) qui mesure l’inflation, a atteint en janvier dernier son plus haut niveau depuis 21 mois, selon le Bureau nigérian des statistiques (NBS).

En janvier 2020, les prix à la consommation ont augmenté de 12,1 % par rapport à l’année précédente, indique l’institution dans un rapport publié cette semaine. Ce chiffre représente une hausse de 0,15% par rapport au mois de décembre 2019 qui affichait une augmentation de 11,9% des prix à la consommation.

Cette situation est entre autres liée à la fermeture des frontières terrestres du Nigeria avec son voisin béninois qui réexportait vers lui de nombreuses denrées alimentaires, en particulier le riz.

 

+++++

Togo-Agriculture

En moins de 10 ans (de 2010 à 2019), les ressources allouées par le gouvernement au secteur agricole togolais ont quasiment doublé, passant de 25,99 milliards franc CFA en 2010 à plus de 50,79 milliards de francs CFA en 2019.

Ces niveaux d’investissement du pouvoir public en faveur du secteur agricole sur la période sous revue ont permis au pays, notamment, de faire passer la richesse créée de 644 milliards FCFA, à plus de 1 350 milliards FCFA.

En terme de sécurité alimentaire, le taux de couverture des besoins en produits vivriers est actuellement à 137% (chiffres de 2019), pour la production végétale, et 60% pour les produits carnés (contre 90% en 2008 pour le végétal, et 51 % en 2012 pour les produits carnés). Dans le même temps, le pays aura su se prémunir des flambées de prix de maïs, comme ce fut le cas, il y a 15 ans, en 2005.

 

+++++

Côte d’Ivoire-économie

Les performances économiques de la Côte d’Ivoire, dès 2015, ont permis d’inverser les courbes du taux de pauvreté qui étaient croissantes depuis 1995 pour se situer, selon les résultats provisoires  de la toute dernière enquête sur le niveau des ménages, pour l’année 2018, autour de 37,2 %, s’est félicité, jeudi à Abidjan, le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly.

Selon les prévisions du gouvernement, ce taux devrait s’établir à 35% en 2020 contre 51 % en 2011, « en dépit des conséquences socio-économiques de la décennie de la crise polico-militaire », a relevé M. Gon Coulibaly lors d’une conférence de presse.

Pour lui, la Côte d’Ivoire a retrouvé la stabilité et la paix, depuis 2012, avec un taux de croissance important, régulièrement à plus de 8 %, soulignant qu’il est actuellement « l’un des plus élevés au monde, ce qui témoigne de la vitalité de notre économie ».


Côte d’Ivoire-tourisme

Le premier forum mondial de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) sur l’investissement touristique en Afrique, une rencontre internationale visant à améliorer l’attractivité du continent, s’est ouvert jeudi à Abidjan.

Ce forum mondial de trois jours a été annoncé lors de la 23è Assemblée générale de l’OMT, qui s’est tenue en septembre 2019 à Saint-Pétersbourg (Russie).
Cette rencontre devrait rassembler près de 800 délégués, des ministres, directeurs centraux et généraux d’offices et de hauts responsables de structures connexes au tourisme, au voyage, aux loisirs et infrastructures hôtelières.

Intervenant à cette occasion, le vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan, qui a relevé les défis de l’économie touristique sur le continent, le tourisme est « un puissant générateur » d’emplois et de ressources. Au nombre de ces défis, il a énuméré entre autres, l’enjeu sécuritaire et l’insuffisance des personnes qualifiées pour les activités touristiques en Afrique.

+++++

Les emprunts intérieurs nets du gouvernement kényan pour la période de six mois se terminant en décembre 2019 ont battu un nouveau record grâce à l’endettement à échéance rapide et à la sous-performance des recettes, selon les statistiques officielles publiées par la Banque centrale du Kenya (CBK).

Les données de la CBK montrent que le Trésor a contracté 156,16 milliards de shillings (environ 1,56 milliard de dollars us) en nouveaux emprunts auprès d’investisseurs locaux entre juillet et décembre 2019, soit plus du double du montant levé au cours d’une période similaire un an plus tôt.

Au total, la croissance de la dette publique (dette intérieure et extérieure) au cours de la période de six mois s’est élevée à 239,85 milliards de shillings (environ 2,39 milliards de dollars), la plus élevée depuis 326,71 milliards de shillings à la même période de 2015. La dette était de 6,05 billions de shillings à la fin de l’année, composée de 2,94 billions de shillings en dette intérieure et de 3,11 billions de shillings en dette extérieure.

Au cours de la période de six mois considérée, le gouvernement a été contraint d’honorer la dette arrivant à échéance avec une option de reconduction de certaines d’entre elles, tandis que les revenus ont été nettement inférieurs à l’objectif de 138,7 milliards de shillings.

+++++

Le ministre congolais de l’industrie, Julien Paluku Kahongya, séjourne depuis mercredi à Kalemie, chef-lieu de la province du Tanganyika. Objectif, discuter avec les autorités provinciales sur l’érection de la Zone économique spéciale de Manono, au sud-est du pays.

Julien Paluku avait déjà signé la semaine dernière à Kinshasa, un protocole d’accord avec l’entreprise AVZ Minérales, partenaire de la Cominiere (entreprise minière publique créée sur les cendres de l’ex-Zairetain) pour la création d’une Zone Économique Spéciale à Manono.

Le port de Kalemie qui va être construit dans les jours qui viennent constitue une des voies d’évacuation des marchandises qui seront produites made in Congo, a souligné le ministre de l’industrie.

+++++

Gabon-FANAF-assurances

Le Gabonais César Ekomie Afène a été élu, jeudi, à l’unanimité à la présidence de Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF) à l’occasion de la 44ème assemblée générale de cette association panafricaine, tenue dans la capitale gabonaise Libreville.

Son principal challenger, le camerounais Théophile Moulong, Directeur général de Saham Cameroun et président de l’Association des Sociétés d’Assurances du Cameroun (ASAC) qui a battu campagne jusqu’à la dernière minute a finalement désisté en faveur du candidat gabonais soutenu par toute l’Afrique centrale et celle de l’ouest.

Dans la même catégorie