ATOP Kozah/autonomisation économique des femmes rurales : des groupements renforces sur la vie associative à Kara ATOP Lacs/campagne de dépistage et de chirurgie de la cataracte :2000 yeux recouvrent la vue APS SENEGAL-ENVIRONNEMENT-TRANSPORT / Le GGGI et le CETUD en accord pour impulser la dynamique de transformation de la mobilité urbaine à Dakar APS SENEGAL-PECHES-GESTION / De nouvelles mesures de surveillance des activités de pêche annoncées – Agence de presse sénégalaise – APS APS SENEGAL-FRANCE-MONDE-CULTURE / Dakar, hôte d’une exposition collective de travaux résonnant avec les métiers d’art APS SENEGAL-AFRIQUE-JUSTICE / Cour de justice de la CEDEAO : des avocats formés au système de gestion électronique des affaires APS SENEGAL-FOOTBALL-DECISION / ‘’Affaire Ababacar Sarr’’ : la commission de Recours de la FSF statue en faveur du Jaraaf, le Stade de Mbour relégué APS SENEGAL-ENVIRONNEMENT / Gestion des écosystèmes : vers l’aménagement de 13 forêts dans cinq régions (officiel) APS SENEGAL-SPORT-DEVELOPPEMENT / Sadio Mané expose au PM ses projets sportifs et ses ambitions dans l’agro-industrie APS SENEGAL-SOCIETE / L’ONG Direct Aid Society offre des moutons de Tabaski à 110 familles de la région de Dakar – Agence de presse sénégalaise – APS

Bulletin quotidien d’informations économiques africaines


  28 Février      37        Bulletin d'info économiques africaines (534),

 

Rabat, 28/02/2020 (MAP) – Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du vendredi 28 février :

Sénégal-Economie

L’économie sénégalaise a enregistré des gains de compétitivité de 1,0%, en variation mensuelle, au mois de décembre 2019 comparé au mois précédent, selon les données de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE)

«Cette situation résulte d’un différentiel d’inflation favorable (-1,1%), partiellement contrebalancé par une faible appréciation du franc CFA par rapport aux monnaies des principaux partenaires commerciaux (+0,1%)», explique la DPEE.

+++++

Sénégal-Agriculture

Le Sénégal a plus que doublé ses exportations en horticulture qui sont passées de 56 778 à 122 412 tonnes entre 2012 et 2018, soit une rentrée de devise de plus de 75 milliards de francs CFA par année, a souligné jeudi Dr Macoumba Diouf, directeur de l’Horticulture en marge du Salon international de l’agricolture de Paris.

’’Nos exportations horticoles sont passées de 56 778 tonnes en 2012 à 122 412 tonnes en 2018 avec des rentrées de devises de l’ordre de plus de 75 milliards FCFA par année. Cela peut contribuer à la politique d’équilibrage de notre balance commerciale qui est très déficitaire de l’ordre de 1600 milliards en 2018’’, a déclaré Dr Diouf, cité par l’agence de presse sénégalaise APS.

+++++

Rwanda-Mines

Au Rwanda, l’Initiative des Minerais Responsables (RMI) a déclaré exempte de conflits les métaux produits à la fonderie d’étain LuNa Smelter après une évaluation de l’ensemble de la chaîne de production de la société.

La fonderie est désormais certifiée conforme à différentes normes internationales, dont celle de l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE), a indiqué le directeur général de l’Office rwandais des mines, du pétrole et du gaz (RMB), Francis Gatare.

Selon le DG de l’Office, diverses mesures ont été mises en place pour aboutir à la certification. Il s’agit notamment du déploiement de gestionnaires de labels dans les concessions minières pour sceller et enregistrer les minéraux produits afin d’empêcher le trafic illégal.

+++++

Kenya-électricité

Le principal distributeur d’électricité au Kenya, Kenya Power, a licencié au cours de la dernière année 110 employés qui ont été reconnus coupables de complicité de fraude, de connexions illégales et d’autres délits.

Le vol est en partie à blâmer pour les difficultés financières de l’entreprise qui a déclaré une baisse de 71% de son bénéfice net pour le semestre clos en décembre.

La société a déclaré jeudi que son bénéfice net pour la période de six mois avait chuté à 693 millions de shillings, contre 2,45 milliards de shillings sur une période similaire en 2018.

Les charges énergétiques supplémentaires des nouvelles centrales électriques et l’augmentation des coûts de transport ont également pesé sur ses bénéfices. Les frais financiers, qui étaient en hausse l’année précédente et ont considérablement réduit les bénéfices, ont diminué de 20%.

Côte d’Ivoire-télécoms

En Côte d’Ivoire, le nombre de chiffre des numéros de téléphones mobiles et fixes passeront de 8 à 10 chiffres à partir janvier 2021.

 » Le Plan National de Numérotation actuel, constitué de l’ensemble des numéros téléphoniques disponibles, arrive bientôt à saturation en raison du rythme de consommation et des besoins importants en numéros « , a indiqué le gouvernement ivoirien qui adoptait ce 26 février en conseil des ministres un nouveau plan national de numérotation.

Cette décision qui a été prise de concert avec l’Autorité nationale de régulation des télécommunications (ARTCI) vise à  » anticiper les perturbations des réseaux et à sauvegarder l’économie nationale « , explique les autorités ivoiriennes.

Ainsi ce nouveau plan national de numérotation de 10 chiffres offrira aux opérateurs de télécommunications une large combinaison de chiffres pouvant former jusqu’à 10 milliards de nouveaux numéros au profit des particuliers et entreprises.

+++++

Côte d’Ivoire-trésor

Encore une fois, la Côte d’Ivoire réussit sa énième (6ème) émission sur le marché des titres publics de l’UMOA en mobilisant ce 25 janvier 60,5 milliards FCFA (92 millions d’euros), soit plus que les 55 milliards FCFA initialement sollicités auprès des investisseurs de la zone.

Même si l’opération (émission de BAT) a réuni peu de participants, soit 9 en moyenne, provenant de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Togo, la soumission du pays a été sursouscrite à 170,21% par ces investisseurs.

Dans le détail, le BAT de l’échéance 3 mois a permis de capter 26 milliards FCFA à un taux d’intérêt de 3,91%, tandis que celui de 6 mois a réussi à collecter 34,5 milliards FCFA rémunérés à un taux de 4,26%.

+++++

Togo-Banques

Atlantic Business International (ABI), holding subsaharienne du groupe marocain Banque Centrale Populaire (BCP), vient de lancer une solution digitale dénommée « Atlantique Domaine Assurance » (ADA) au sein de ses filiales togolaises GTA Assurances VIE et Banque Atlantique, apprend-on auprès d’ABI.

Ce lancement, qui intervient un an après le déploiement de Atlantique Assurance Vie en Côte d’ivoire, s’inscrit essentiellement dans le cadre de la poursuite des initiatives visant à renforcer le modèle « bancassurance » et garantir la croissance sur ce segment de marché, souligne la holding subsaharienne de la BCP.

ADA est une application informatique conçue pour, d’une part, faciliter les interactions entre les compagnies d’assurance du Groupe et les banques partenaires et, d’autre ADA entend améliorer de manière significative l’environnement de commercialisation des produits d’assurance entre les filiales banques et assurances du Groupe.

RDC-mines

En RD Congo, la tendance des valeurs de base des produits miniers marchands, pour la période allant du lundi 24 au 29 février courant, révèle que le prix du cobalt, qui était de 5 688,80 dollars américains par tonne au cours de la période du 17 au 22 février 2020, passe à 5 744,60 soit une tendance haussière de 2,14%.

Quant au zinc, sa valeur de base chute de 2 169,60 à 2 141,90 U$/t, soit une tendance baissière de -1,28%. L’argent et le tantale demeurent stables respectivement à 0,58 U$/g et à 223,40 U$/Kg.

+++++

Ghana-Finance

La Banque du Ghana (BoG) a annoncé le lancement d’un programme de crédit aux entreprises pour aider les petites et moyennes entreprises (PME) à obtenir des financements auprès des banques locales.

Ce programme fait partie des efforts visant à garantir aux PME un accès plus facile aux facilités de crédit, en particulier dans la chaîne de valeur agricole.

+++++

Nigeria-Total

La firme d’analyse et d’investissement CardinalStone, basée au Nigeria, a invité les investisseurs à céder de leurs portefeuilles les actions de Total Nigeria.

L’argument majeur avancé est que cette entreprise cotée sur le marché financier de Lagos affiche actuellement une valeur boursière représentant 21 fois son dernier résultat net. Cet indicateur est en moyenne de 8 fois pour les entreprises du même secteur au Nigeria qui ont réalisé de meilleures performances.

En effet, l’année 2019 a été rude pour cette filiale du groupe français Total active dans le segment de la distribution de produits pétroliers et de gestion des stations-services au Nigeria. Son résultat net de la période a été de 2,4 milliards de nairas (6,58 millions $).

Dans la même catégorie