APS MALI-AFRIQUE-MUSIQUE/NECROLOGIE / Décès de Toumani Diabaté, illustre joueur de kora (famille) APS SENEGAL-SANTE / Il faut “réorienter la réponse au VIH”, préconise Maguette Ndoye Ndiaye APS SENEGAL-PECHE-EMIGRATION / Aïssatou Mbodj invite les pêcheurs à rester au Sénégal APS SENEGAL-ECONOMIE-EQUIPEMENTS / Fatou Diouf réitère la volonté de l’État de moderniser la pêche artisanale APS SENEGAL-HYDRAULIQUE -GOUVERNANCE / Distribution de l’eau : l’Etat invité à publier le contrat d’affermage signé avec le Groupe Suez ANP Niger: Présentation au Drapeau de 1010 élèves gardes nationaux de la promotion 2023 MAP Sénégal : Mission multisectorielle du Club Afrique Développement AIP Dr Edouard Fonh-Gbéi, l’ingénieur chevronné de la géoinformation (Portrait) MAP RCA: Les besoins humanitaires aggravés par les conflits dans les pays voisins (ONU) AIP Les acteurs de l’industrie planchent sur les enjeux stratégiques de la souveraineté industrielle

Burkina Faso : 1.091 victimes des engins explosifs improvisés


  28 Mars      72        Société (45940),

 

Ouagadougou, 28/03/2023 (MAP) – Le gouvernement du Burkina Faso élabore un référentiel de lutte contre les Engins explosifs improvisés EEI, d’ici à l’horizon 2027, a-t-on indiqué, mardi, lors d’un atelier tenu à Ouagadougou.

 

Au Burkina, les engins explosifs ont été utilités dans 550 incidents par les groupes terroristes et ont fait environ 1091 victimes dont 544 morts et 547 blessés, de 2017 à 2023, a souligné le Secrétariat permanent de la Commission nationale de contrôle des armes (SP/CNCA).

 

« Ces engins de la mort détruisent aussi les infrastructures socio-économiques, entravent la progression des Forces de défense et de sécurité et le déploiement de l’aide humanitaire et sont source de stress et de psychose au sein des populations », a ajouté le ministre de la Défense et des Anciens combattants, le colonel-major Kassoum Coulibaly.

 

Alors que les EEI sont devenus « une menace réelle » et font désormais partie des modes opératoires des groupes terroristes, le Burkina Faso ne dispose pas de « législation claire » pour y faire face, a relevé l’intendant colonel-major, Anselme Sanou.

 

L’officier de l’armée burkinabè a affirmé que la Stratégie nationale de lutte contre les engins explosifs improvisés, en cours d’élaboration va couvrir la période 2023-2027 et combler le besoin d’instruments juridiques.

 

Son adoption et la mise en œuvre du référentiel permettront aussi de renforcer les capacités des acteurs, de détecter et de détruire des mines, de limiter la prolifération des éléments constitutifs des engins et de sensibiliser les populations, a ajouté Anselme Sanou.

« L’ampleur du phénomène nous oblige à inscrire la lutte dans un processus qui prend en compte, en amont, la prévention et en aval des actions de détection et de neutralisation », a-t-il insisté.

C’est la première fois qu’un pays africain peaufine un référentiel de lutte contre les engins explosifs. L’initiative bénéficie de l’accompagnement du Service de lutte anti-mine des Nations unies (UNMAS).

La directrice Ilene Cohn a estimé que le Burkina dispose des ressources nécessaires pour lutter contre les EEI. Toutefois, selon elle, « il est utile de regrouper toutes les stratégies dans un même document, dans une approche holistique et de sorte à avoir une synergie d’actions ».

A terme, la vision est de faire en sorte que d’ici à l’horizon 2027, le pays soit exempt de toute menace liée aux Engins explosifs improvisés.

Le Burkina Faso est le 1er pays sur le continent et le 2-ème pays au monde le plus touché selon l’Indice mondial du terrorisme (GTI) 2023, selon un rapport publié par l’Institut pour l’économie et la paix (IEP). Le pays a enregistré 310 incidents terroristes en 2022 contre 224 en 2021.

Dans la même catégorie