ACI Congo/Transports: Le budget du fonds routier exercice 2024 arrêté à plus de 21 milliards de Fcfa ACI Sangha/Sécurité: Quatre délinquants présumés interpellés à Ouesso MAP Cameroun : sept personnes calcinées dans l’incendie d’un minibus MAP Marsa Maroc sélectionné pour gérer des Terminaux du Port de Cotonou MAP La Côte d’Ivoire n’a « aucun problème » avec ses pays voisins (parti au pouvoir) ACI Congo/Unicef: Francine Ntoumi nommée ambassadrice nationale AGP Guinée: Lancement d’une campagne de traitement gratuit des anomalies visuelles financée par le Royaume d’Arabie Saoudite AGP Guinée: 100 OPJ et autres fonctionnaires de justice reçoivent leur habilitation à Forécariah AGP Guinée : Le barreau décide de boycotter les audiences jusqu’au 31 juillet pour protester contre ce qu’il qualifie ‘’d’arrestations et détentions arbitraires’’ ANG Política/Porta-voz da Coligação PAI Terra Ranka considera que não há condições para a realização de eleições no ano em curso

Burkina Faso: le FESPACO ou la résistance par la culture


  5 Mars      99        Culture (1575),

 

Ouagadougou, 05/03/2023 (MAP)- Plus qu’un simple rendez-vous culturel, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) est devenu un symbole de résistance face aux défis de sécurité et de santé, dont fait l’objet le Burkina Faso, et un vecteur de développement économique et touristique pour le pays.

En dépit des adversités, la 28ème édition du FESPACO a su, encore une fois, rebondir grâce à une équipe d’organisateurs engagée et déterminée. Le festival se tient cette année sous le signe de la résilience et de la paix, c’est en cela que le thème de cette 28ème édition « Cinémas d’Afrique et culture de la paix » tient tout son sens.

Dans le village artisanal de Ouagadougou, les commerçants se réjouissent de la tenue de cette édition qui relance leur activité mercantile après plusieurs mois de faible activité, notamment à cause du Covid-19.

Approché par la MAP, Hamed, artiste, modeleur et fondeur de bronze de père en fils, fait part de sa satisfaction de voir les gens afflués peu à peu au village artisanal.

« Le covid-19 a lourdement impacté notre activité. On arrivait plus à vendre à cause de l’interruption des vols partout dans le monde, de plus, les gens ont peur de se rendre au Burkina à cause de l’insécurité », a-t-il fait observer.

Les événements, tel que le FESPACO, font amener beaucoup de personnes de l’étranger qui profitent pour voir, outre les productions cinématographiques, les produits d’artisanat local fabriqués par des artistes du Burkina, a-t-il relevé.

Même son de cloche chez Asseta Compaoré, vendeuse de produits artisanaux qui a fait part de sa satisfaction quant à la tenue du FESPACO en dépit des rumeurs faisant état de son annulation, saluant par la même occasion,le travail mené par les organisateurs afin de mener à bon port cette manifestation africaine.

Exposant des statuettes en bronze modelées à la main, Koro Traoré a pour sa part mis en avant l’intérêt des manifestations cultuelles dans la promotion de l’artisanat local, notant une légère amélioration dans l’activité commerciale.

Outre leurs dimensions culturelles, le FESPACO et le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) entre autres rendez‐vous, représentent des occasions pour mettre en avant la culture locale et l’identité burkinabè, notamment les messages de résilience et de paix que véhiculent l’histoire du pays, comme en témoigne l’héritage de la légendaire princesse Yennenga.

De son côté, Boukare Compaore, propriétaire d’une boutique de produits artisanaux à la capitale, a mis en avant les retombées positives des différents festivals tenus à Ouagadougou sur les affaires, en dépit des soucis d’insécurité dont fait l’objet le pays.

Grâce à ces rendez-vous culturels, Boukare s’est forgé une notoriété internationale, exposant ses créations artisanales au delà des frontières. « J’expose mes produits au marché des producteurs des allées de l’Oulle à l’occasion du festival d’Avignon » a‐t‐il fièrement confié à la MAP.

Depuis 2002, l’artiste originaire de la commune de Méguet à l’est de Ouagadougou, se rend également à Marciac en France a-t-il renchéri, pour commercialiser ses produits en marge du Festival « Jazz in Marciac ».

Placée sous le thème « Cinémas africains et culture de la paix », cette 28ème édition du plus grand festival de cinéma africain a véhiculé auprès des peuples du Burkina Faso et d’Afrique des messages de résilience et résistance face aux différentes adversités sécuritaire et sanitaire.

El Hassan BENYAHIA

Dans la même catégorie