MAP Le CRASTE-LF, une plateforme au service du rayonnement du Maroc à l’échelle continentale (M.Miraoui) APS SENEGAL-AFRIQUE-FINANCE / L’État sénégalais a levé 1.865 milliards de francs CFA sur le marché financier de l’UEMOA en vingt-huit ans MAP Burkina: Un bureau de MSF visé par des tirs lors d’une « attaque armée » MAP Trente ans après la fin de l’apartheid, des millions de Sud-africains vivent toujours dans la pauvreté (Président) APS SENEGAL-SPORTS-NECROLOGIE / Décès de l’ancien basketteur sénégalais Doudou Leydi Camara, double champion d’Afrique APS SENEGAL-ENVIRONNEMENT / Un projet lancé à Dakar en vue d’une pêche durable et transparente APS SENEGAL-TRANSPORTS / Transports : vers l’élaboration de stratégies répondant aux besoins actuels et futurs APS SENEGAL-AFRIQUE-ECONOMIE / L’AMF-UMOA joue un rôle fondamental de modernisation du marché financier régional, selon son président ANP Fin de projet : Le MCA rétrocède ses biens à l’Etat du Niger (Présidence) AIP Chaque document émis par l’ONECI est authentique et infalsifiable grâce à la biométrie (directeur général)

Burkina : L’association des femmes scientifiques appelle à impliquer la femme dans le processus de recherche de la paix


  14 Mars      21        Société (45928),

 

Ouagadougou 7 mars 2023 (AIB)- L’Association des femmes scientifiques du Burkina (AFSCI-B) a appelé mardi à Ouagadougou, lors d’un panel, les décideurs à impliquer davantage la femme dans le processus de recherche de la paix et de la reconstruction de l’Etat.

« L’organisation de ce panel traduit l’engagement de l’Association des femmes scientifiques du Burkina (AFSCI-B) à accompagner le pays et à contribuer activement à la prévention des conflits et aux processus de paix ainsi qu’à la reconstruction de l’Etat et à la réconciliation après la fin des hostilités », a déclaré la présidente de l’Association des femmes scientifiques du Burkina (AFSCI-B), Dr Mamounata Belem / Ouédraogo.

Dr Belem a précisé que le panel visait également à améliorer les compétences et les connaissances des participants (es) sur la résolution 1325 des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité du 31 octobre 2000 à laquelle le Burkina Faso a adhéré.

« Cette résolution demande qu’en vertu du droit international, les femmes soient associées, sur un pied d’égalité et à tous les niveaux à la prévention des conflits, à la politique de sécurité et à la reconstruction de l’Etat », a-t-elle indiqué.

Le parrain de ce panel, Dr Ludovic Kibora, a précisé que si les progrès se poursuivent au rythme actuel, il faudra plus de 88 ans pour parvenir à l’égalité de genre dans le monde.

Il a insisté sur la nécessité de la participation et le leadership des femmes en politique qui contribuent selon lui, « à la gouvernance démocratique et au processus décisionnel ».

« Chères femmes scientifiques, de par vos compétences, votre diversité et votre engagement vous avez ainsi toutes les potentialités pour vous impliquer dans ce combat pour la paix et la sécurité afin de préserver les droits de la femme, du jeune et des personnes vulnérables dans un contexte d’insécurité », a conclu Dr Ludovic Kibora.

Pour la Colonel des eaux et forêt, Antoinette Guiro, c’est un honneur que les différents corps soit associés au panel.

« Si on parle de femme, paix et sécurité, nous sommes interpelées. Notre contribution c’est de partager l’expérience et contribuer à répondre à certaines questions sur implication de la femme pour la sécurité et la restauration de notre pays», a-t-elle précisé.

Ce panel est organisé sous le thème « Femmes, Paix et Sécurité », entre dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme.

Dans la même catégorie