Côte d’Ivoire-AIP : Plaidoyer pour une subvention de la chimiothérapie des enfants atteints de cancer Togo : L’AFD offre 6,5 milliards FCFA au Togo pour la phase II Togo : Le conseil des droits de l’Homme salue les efforts « significatifs » du Togo Togo : La distribution d’allocations de bourse d’étude aux orphelins de l’ONG AOIB lancée a Lome Togo : Le médiateur de la République déclare ses biens et avoirs devant la cour constitutionnelle ANP Le président Bazoum Mohamed reçoit le bureau du CESOC ANP Niamey : Saisie de 1,433kg de métamphétamine d’une valeur de plus de 96 millions de francs CFA à l’aéroport international Diori Hamani ACAP Le Président de la République reçoit la lettre de créance du nouvel ambassadeur du Rwanda AIP Des femmes leaders exhortées au changement de mentalité pour le développement de San Pedro AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le commissaire du gouvernement de l’OIA-riz présente ses recettes pour une autosuffisance en riz

Burkina : le ministre Tamboura invite ses compatriotes à ne pas tomber dans le piège des terroristes (Actualisée)


  5 Décembre      26        Politique (20034),

   

Ouagadougou, 05 déc. 2021(AIB)-La lutte contre le terrorisme passe par la construction d’institutions fortes et non leur désorganisation, a affirmé le ministre Ousseni Tamboura en réponse à ceux qui demandent le départ du président Roch Kaboré, à cause des attaques terroristes répétées.

« La première réponse au terrorisme, c’est de bâtir des institutions démocratiques, c’est de bâtir des Forces armées pour qu’elles apportent des réponses conséquentes. Ce n’est pas de venir détruire ces institutions », a confié dimanche le ministre de la Communication Ousseni Tamboura à la télévision privée Omega TV.

M. Tamboura fait allusion aux récentes manifestations demandant le départ du président Roch Kaboré, à cause de la multiplication des attaques terroristes.

« Est-ce que demander la démission du président parce qu’il y a eu une attaque terroriste, va arrêter le terrorisme, à moins qu’on établisse un lien de cause à effet entre le président Kaboré et le terrorisme ? », s’est interrogé le ministre.

Selon le porte-parole du gouvernement, « ce piège tendu par les terroristes aux démocraties africaines », est souvent utilisé par des acteurs politiques et de la société civile, pour demander à ce que les institutions soient « dissoutes ou désorganisées ».

« C’est une erreur d’analyse et de jugement. On a besoin d’institutions fortes pour organiser la lutte contre le terrorisme », a dit M. Tamboura pour qui « Il faut arrêter d’instrumentaliser le terrorisme ».

Ousseni Tamboura a exhorté l’opposition à recourir aux leviers institutionnels et constitutionnels prévus.

Dans la même catégorie