APS MALI-AFRIQUE-MUSIQUE/NECROLOGIE / Décès de Toumani Diabaté, illustre joueur de kora (famille) APS SENEGAL-SANTE / Il faut “réorienter la réponse au VIH”, préconise Maguette Ndoye Ndiaye APS SENEGAL-PECHE-EMIGRATION / Aïssatou Mbodj invite les pêcheurs à rester au Sénégal APS SENEGAL-ECONOMIE-EQUIPEMENTS / Fatou Diouf réitère la volonté de l’État de moderniser la pêche artisanale APS SENEGAL-HYDRAULIQUE -GOUVERNANCE / Distribution de l’eau : l’Etat invité à publier le contrat d’affermage signé avec le Groupe Suez ANP Niger: Présentation au Drapeau de 1010 élèves gardes nationaux de la promotion 2023 MAP Sénégal : Mission multisectorielle du Club Afrique Développement AIP Dr Edouard Fonh-Gbéi, l’ingénieur chevronné de la géoinformation (Portrait) MAP RCA: Les besoins humanitaires aggravés par les conflits dans les pays voisins (ONU) AIP Les acteurs de l’industrie planchent sur les enjeux stratégiques de la souveraineté industrielle

Changements climatique : développer les mécanismes de financements innovants


  2 Mars      54        Environnement/Eaux/Forêts (6790),

 

Libreville, 02 Mars 2023 (AGP) Les sessions introductives du «One Forest Summit», ouvertes le mercredi 1er mars 2023 à Libreville, ont permis aux différents panels de débattre sur plusieurs questions, parmi lesquelles, les mécanismes de financements innovants dont le développement des crédits carbone à haute valeur.

Le thème «Débloquer des sources de financements innovants», a été développé par un panel composé des organisations internationales, le secteur privé, les représentants de gouvernement entre autres. Ce panel a permis aux différents intervenants d’esquisser des pistes de solutions telles que la possibilité d’associer la question de biodiversité à celle de crédit carbone, pour mettre en place un super crédit carbone positif en biodiversité.

Par ailleurs, «les crédits carbone positifs pour la biodiversité et les certificats de nature doivent être mis à l’essai, dans le cadre de la stratégie et des plans nationaux en matière de biodiversité et de climat avant de s’étendre vers une masse critique de métiers », ont proposé certains panélistes.

«Le crédit carbone est la réduction des émissions du CO2. Et, en même temps, nous avons préservé la forêt en créant des aires protégées pour nos gorilles, chimpanzés et nos éléphants. Et donc ça colle exactement avec notre vision de créer des produits carbone positifs en biodiversité», a expliqué le ministre gabonais chargé des Eaux et Forêts, Lee White.

Pour l’envoyé spécial du ministère du Climat et de l’environnement norvégien, M. Hans Brattskar, «les crédits carbone sont la source de financement la plus prometteuse pour une transition qui nous éloigne des économies fondées sur la déforestation».

Dans la même catégorie