AGP Boké-Administration : Le nouveau chef de quartier de Yomboya installé AGP Guinée/Conseil des Ministres : Le chef de l’Etat a insisté sur la nécessité d’accroitre sensiblement les tests PCR AGP Guinée/ Conseil des Ministres : le chef de l’Etat ordonne le ministre des AE de produire un état détaillé du paiement des contributions AGP Guinée/ Conseil des Ministres : Le chef de l’Etat instruit le ministre du budget de veiller scrupuleusement au paiement destiné à l’état ANGOP Covid-19: Angola reports 189 recoveries, 178 new infections ANGOP Angola with $14.7 bn of international net reserves ANGOP Government hikes fuel export taxes ANGOP Les échanges entre l’Angola et l’Allemagne s’élèvent à 120 millions d’euros AGP Gabon : Décès de l’ancien ministre Fabien Owono Essono AGP Gabon : Des Barrières électriques comme solution au conflit homme-éléphant dans l’Ogooué-Maritime

Commémoration du 5ème anniversaire du décès de Tabu Ley Rochereau


  28 Novembre      72        Arts & Cultures (1679), Société (34379),

   

Kinshasa, 28 novembre 2018(ACP).- Le président de l’Union des musiciens congolais(UMUCO), Verckys Kiamuangana Mateta garde le souvenir d’un grand artiste en la personne de Pascal Emmanuel Sinamoyi alias Tabu Ley Rochereau ou Seigneur Ley, cinq ans après son décès le 30 novembre 2013 à l’Hôpital Saint Luc de Bruxelles, en Belgique, des suites d’une longue maladie.

Kiamuangana Mateta, qui s’entretenait mercredi, avec l’ACP, a fait savoir que Tabu Ley comme Franco Luambo Makiadi, Joseph Kabasele, ou grand Kallé Jeff, est irremplaçable dans les annales de la musique congolaise.

Sa présence, a-t-il renchéri, était encore nécessaire en RDC, étant donné qu’il constitue une véritable icône de la musique congolaise moderne.

Parlant de sa biographie, Kiamuangana Mateta a indiqué que Tabu Ley Rochereau est né le 13 novembre 1940, à Bagata, dans la province de Kwilu. Chanteur, parolier, compositeur, danseur et chorégraphe, il a fait ses débuts dans les groupes choristes et des animations au sein des églises et des établissements scolaires qu’il a fréquentés.

Il entama alors une carrière de fonctionnaire comme secrétaire administratif au Fonds du bien-être indigène puis en tant que responsable administratif et financier à l’athénée de Kalina (actuel Institut de la Gombe).

Il a fait ses premières composition musicale en 1950 avant de participer en 1956 à une séance d’enregistrement avec le musicien Joseph Kabasele, « grand Kallé Jeff », année où il proposera ces œuvres à l’African Jazz qui l’engage.

Muana Tabu appelé à une fulgurante carrière musicale

Tabu Ley prend alors son envol avec ses premiers titres à succès comme Kelya, Adios Théthé, Bonbon sucré qui le fera connaitre du grand public. Il quitte l’African Jazz et crée la formation musicale African Fiesta en 1965. A cette période, il composera près de 200 chansons.

En 1967, il se rend à Brazzaville, en République du Congo, puis à Montréal(Canada) à l’Exposition universelle avant d’atterrir en 1970 avec ses danseurs et danseuses(Rocherettes) à Paris, en France où il se produira à l’Olympia de Paris.

A l’instar de son mentor Kallé Jeff, Tabu Ley a apporté avec son orchestre « African Fiesta » beaucoup d’innovations dans la rumba congolaise, en adoptant la batterie à l’image de ce qu’on trouvait dans les groupes pop, le show biz et la chorégraphie.

D’abord chanteur en solo, il a réussi avec ses chansons quelques duo intéressants avec d’autres artistes musiciens dont Pépé Ndombe Opetum et Sam Mangwana. En 46 ans de carrière, il a composé plus de 3000 chansons et vendu plusieurs milliers de disques. Il est détenteur de plusieurs titres honorifiques de mérite artistique dont celui du Festival de Varadero en 2008 à Cuba où il fut nominé de 50 ans de carrière musicale.
Il faut citer ses titres phares, notamment Ana Mokoy, Djibebeke, Lina, Mokolo na kokufa, Laisse-toi aimer, Zando ya malonga, Maria Maria, Mutambula, Maze, Gipsy, Mado, Christina, Sorozo, Lily, Bazua ya bosenzi, Kaful mayay, Mongali, Congo avenir, …

Ses thèmes de prédilection sont la mort, le patriotisme, la beauté, l’amour, la femme, la fraternité, la solidarité, la paix et la réconciliation.

Les obsèques officielles de Rochereau furent organisées le 9 décembre 2013 au Palais du peuple à Kinshasa et son inhumation a eu lieu à la Nécropole Entre Terre et Ciel, dans la commune de la N’sele.

Outre la musique, Tabu Ley Rochereau fut aussi un homme politique. Il a été député national (2000-2001), vice-gouverneur de la ville de Kinshasa (2005-2007), député provincial élu (2006-2007) et ministre provincial de la Culture, des Arts et Sports (2007-2008). ACP/Kayu/Wet/KJI

Dans la même catégorie