ACI Monde/Football: Le Maroc s’affirme comme une puissance mondiale, selon Gianni Infantino MAP La Côte d’Ivoire bénéficiera d’un projet de la FAO destiné à promouvoir une agriculture résiliente MAP Adaptation climatique de l’agriculture : M. Sadiki appelle à intensifier les efforts pour soutenir la recherche et l’innovation MAP Immigration irrégulière: 19 corps repêchés au large de la Tunisie AIP L’impact transformateur de l’intelligence artificielle dans le domaine des médias expliqué au cours d’une formation virtuelle AIP Eugène Dié Kacou dédicace son ouvrage « Mes meilleures CAN » AIP Le ministre Vagondo Diomandé sollicite le concours de l’Allemagne dans la lutte contre les fraudes documentaires MAP L’Afrique australe aux prise avec le phénomène El Nino et la sécheresse (rencontre) ACI Maroc/France: Darmanin se félicite de la qualité de la coopération sécuritaire des deux pays ACI Maroc/Football: Le Roi Mohammed VI félicite l’équipe nationale de futsal sacrée championne de la Can 2024

Congo/Administration: L’évaluation une solution pour la mise en place du dispositif national


  4 Février      18        Administration (204),

 

Brazzaville, 3 février  (ACI) – Le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la réforme de l’Etat, M. Luc Joseph Okio, a déclaré, le 1er février dernier à Brazzaville, que l’évaluation des capacités nationales en suivi et évaluation est une occasion inestimable de mesurer les forces et faiblesses du dispositif actuel, afin d’en avoir une compréhension approfondie.

Cette déclaration a été faite lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de partage des résultats préliminaires du diagnostic des capacités nationales en suivi et évaluation qui s’inscrit dans la continuité de la mise en œuvre des orientations stratégiques du Président de la République en matière de suivi et évaluation et en résonnance  de la 12e bataille du Programme d’action du gouvernement consacrée à l’amélioration de la gouvernance.

Pour le ministre, cette évaluation facilitera la mise en place d’un dispositif national de suivi et évaluation cohérent, s’appuyant sur la maîtrise et la gestion des données probantes en vue de mesurer de manière pertinente l’impact des politiques publiques.

Il s’agira, également, d’identifier des opportunités d’employabilité pour les jeunes, gérer les ressources de manière efficiente, orienter les efforts du gouvernement vers l’amélioration continue de la gouvernance publique, par le renforcement des compétences du personnel, l’adoption de meilleures pratiques et l’investissement dans des outils technologiques modernes.

Les résultats préliminaires du diagnostic des capacités nationales en suivi et évaluation soumis à examen des participants à cet atelier, sont issus de la collecte des données, de la revue documentaire, des entretiens individuels et de groupe.

Leurs analyses et recommandations, a-t-il dit, participeront à la réalisation d’un état de lieu conséquent, en vue de parvenir à l’institutionnalisation du suivi-évaluation dans la formulation, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques sur la base des données probantes et la mise en place d’un programme national de renforcement des capacités en suivi-évaluation aux fins de développement des compétences et des expertises dans ce domaine. Les résultats de cet atelier vont façonner le paysage évaluatif en République du Congo, a-t-il rassuré.

Intervenant à cette occasion, le coordonnateur du Centre de renforcement des capacités en évaluation et gestion de la performance (Clear), M. Edoé Djimitri Agbodjan, a indiqué que l’utilité du suivi et évaluation pour l’amélioration de la gouvernance est mieux optimiser lorsque les pays se dotent de système national fonctionnel, au lieu de promouvoir des évaluations comme une étape du cycle de vie de la politique.

Dans une démarche systémique du suivi et évaluation, il s’agit de créer les conditions pour que le suivi et l’évaluation servent comme de processus d’apprentissage continu pour la diversité des parties prenantes des politiques publiques, a-t-il notifié.

« Notre plus grande satisfaction aujourd’hui est de voir le Congo emprunter cette voie dans la mise en œuvre des réformes en suivi et évaluation. C’est une voie de sagesse. Notre rôle à votre côté est d’accompagner ce processus en mettant à la disposition des décideurs, le maximum possible d’informations sur ce qui marche et ce qui ne marche pas, sur les scénarii possibles et leurs chances de réussites, pour vous permettre de prendre les décisions les plus avisés.», a-t-il dit.

Dans la même catégorie