ANP L’UNA et Sputnik organisent une formation sur l’intelligence artificielle et la production vidéo ANP N’gourti : deux citoyens contribuent au FSSP à hauteur de 200.000 FCFA MAP Tanzanie: de fortes pluies ont fait 58 morts depuis début avril AIP La ministre Françoise Remarck encourage les acteurs culturels à saisir les opportunités du MASA AIP MASA 2024: la secrétaire d’Etat rwandaise appelle à l’unité culturelle pour l’avenir des générations africaines AIB Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo annonce du «beau spectacle», dans quelques jours, à l’ouverture de la 21e SNC AIB La commune de Kantchari ravitaillée doublement MAP Conflit au Soudan: L’ONU renouvelle son appel à un cessez-le-feu immédiat MAP Tarfaya: La Marine Royale porte assistance à 118 candidats à la migration irrégulière MAP Le parti MK de Zuma appelle à la démission de la présidente de la Commission électorale

Congo/Education : Plaidoyer pour l’ajout à la politique publique d’un supplémentaire à la lutte contre l’incivisme


  22 Février      21        Education (7118),

 

Brazzaville, 22 février (ACI) – Le ministre du contrôle d’Etat, de la qualité du service public et de la lutte contre les antivaleurs, le Pr Jean-Rosaire Ibara,  a plaidé, le 22 février à Brazzaville, pour un supplémentaire au nombre des politiques publiques traitant de la lutte contre l’incivisme et les violences en milieu scolaire dans le pays.

Cette plaidoirie a été faite à l’occasion du lancement de la campagne de promotion de la culture citoyenne et civique dans les établissements d’enseignement général et technique.

« Il est  temps de prendre des mesures pour mettre un terme à ce phénomène qui menace nos acquis, notre patrimoine et surtout les héritiers à qui nous léguerons notre pays », a déclaré M. Ibara.

Pour demeurer dans la vision du Chef de l’Etat, a-t-il rassuré, le gouvernement a l’obligation et les moyens de sortir la violence de l’école qui doit demeurer un lieu de formation et de formatage de la jeunesse et le creuset de l’élite de demain.

« Il est important de faire la part des choses en séparant la violence et l’incivisme à l’école, de la délinquance juvénile qui sévit hors de l’école,  même si la frontière entre les deux ne cesse de s’éroder. D’où l’urgence d’agir ! », a-t- il demandé.

A cette occasion, il rassuré que le Congo dispose d’un arsenal juridique riche qu’il suffit de mettre en œuvre pour faire face à ces actes et un effort des forces de l’ordre d’adapter leurs méthodes pour éradiquer toutes formes de violence et d’incivisme dans les écoles comme elles le font  face au banditisme, a-t-il souligné.

Pour sa part, le ministre de l’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation, M. Jean Luc Mouthou, a estimé qu’au regard des dérives comportementales observées depuis quelques temps, il est nécessaire d’édifier les jeunes, les enseignants en charge de la jeunesse et les autres parties prenantes sur le caractère essentiel de la démarche qualité   La prise en compte de certaines valeurs s’impose à tous les acteurs.

A cet effet, il a invité les parties prenantes à s’investir pour que les résultats escomptés de cette campagne de sensibilisation soient à la hauteur des attentes.

Cette activité,  qui a démarré à Brazzaville, se poursuivra à Pointe-Noire,  à Oyo, Owando et à Ouesso, a-t-on appris.

Dans la même catégorie