MAP Le CRASTE-LF, une plateforme au service du rayonnement du Maroc à l’échelle continentale (M.Miraoui) APS SENEGAL-AFRIQUE-FINANCE / L’État sénégalais a levé 1.865 milliards de francs CFA sur le marché financier de l’UEMOA en vingt-huit ans MAP Burkina: Un bureau de MSF visé par des tirs lors d’une « attaque armée » MAP Trente ans après la fin de l’apartheid, des millions de Sud-africains vivent toujours dans la pauvreté (Président) APS SENEGAL-SPORTS-NECROLOGIE / Décès de l’ancien basketteur sénégalais Doudou Leydi Camara, double champion d’Afrique APS SENEGAL-ENVIRONNEMENT / Un projet lancé à Dakar en vue d’une pêche durable et transparente APS SENEGAL-TRANSPORTS / Transports : vers l’élaboration de stratégies répondant aux besoins actuels et futurs APS SENEGAL-AFRIQUE-ECONOMIE / L’AMF-UMOA joue un rôle fondamental de modernisation du marché financier régional, selon son président ANP Fin de projet : Le MCA rétrocède ses biens à l’Etat du Niger (Présidence) AIP Chaque document émis par l’ONECI est authentique et infalsifiable grâce à la biométrie (directeur général)

Congo/Numérique: Vers la connectivité des administrations pour améliorer les services publics


  15 Juin      10        Technologie (1104),

 

Brazzaville, 15 Juin (ACI) – Les administrations publiques, notamment les mairies, les tribunaux, les hôpitaux, les centres de production des cartes nationales d’identité et les affaires sociales, seront connectées à internet haut débit et aux points d’accès wifi, en vue d’améliorer le travail desdits services, a annoncé, le 14 juin à Brazzaville, le ministre en charge du Numérique, M. Léon Juste Ibombo.

Il a donné cette information lors de la cérémonie de lancement des travaux de digitalisation des administrations publiques. Ces travaux visent à offrir des services numériques en ligne de quelques administrations publiques du pays.

A ce sujet, M. Ibombo a fait savoir que le coût de la mise en œuvre des services numériques en ligne s’élève à 3 millions 218 mille 339 euros, soit près de 2,2 milliards de Fcfa.

Poursuivant son propos, il a précisé que ce projet va impacter la connectivité des centres d’état civil, le renforcement du système intégré des faits d’état civil, la synchronisation efficace et permettra une meilleure gestion des données civiles.

A son avis, de façon similaire, les secteurs de la Santé et de la Justice verront augmenter leur connectivité, assurant ainsi une gestion fluide et transparente des données.

Les travaux de digitalisation des administrations publiques aideront aussi à la modernisation, à la facilitation de l’accès et au traitement des données du personnel à travers plusieurs ministères via le test du système intégré de gestion des Ressources humaines de l’Etat, notamment, du ministère en charge de la Fonction publique.

Par ailleurs, M. Ibombo a souligné que cet édifice digital va devenir la carte de développement d’une économie numérique robuste au service de l’Etat et des citoyens.

De son côté, la représentante résidente de la Banque mondiale en République du Congo, Mme Louise Pierrette Mvono, a indiqué que la connectivité des établissements publics vise à renforcer les capacités numériques du pays, notamment, en ce qui concerne la réalisation des infrastructures, le développement des compétences numériques et l’accès à l’information.

Selon elle, cette initiative vient à point nommé pour aider le pays à atteindre les objectifs de développement dans le domaine du numérique. Elle va aussi aider le Congo à relever son défi majeur, celui d’améliorer la qualité des services publics et le gouvernement à répondre efficacement à la demande des populations pour des services fiables, efficaces et accessibles.

Financés par la Banque mondiale à hauteur de 100 millions de dollars américains, les travaux de digitalisation des administrations publiques s’inscrivent dans le cadre du Projet d’accélération de la transformation numérique (Patn).

Le Patn est un projet d’investissement. Il est un modèle de collaboration entre les secteurs public et privé. D’une part, il vise à accroître l’accès des populations mal desservies à internet haut débit, d’autre part, il consiste à améliorer la capacité du gouvernement à fournir des services publics adaptés au numérique.

Dans la même catégorie