APS MALI-AFRIQUE-MUSIQUE/NECROLOGIE / Décès de Toumani Diabaté, illustre joueur de kora (famille) APS SENEGAL-SANTE / Il faut “réorienter la réponse au VIH”, préconise Maguette Ndoye Ndiaye APS SENEGAL-PECHE-EMIGRATION / Aïssatou Mbodj invite les pêcheurs à rester au Sénégal APS SENEGAL-ECONOMIE-EQUIPEMENTS / Fatou Diouf réitère la volonté de l’État de moderniser la pêche artisanale APS SENEGAL-HYDRAULIQUE -GOUVERNANCE / Distribution de l’eau : l’Etat invité à publier le contrat d’affermage signé avec le Groupe Suez ANP Niger: Présentation au Drapeau de 1010 élèves gardes nationaux de la promotion 2023 MAP Sénégal : Mission multisectorielle du Club Afrique Développement AIP Dr Edouard Fonh-Gbéi, l’ingénieur chevronné de la géoinformation (Portrait) MAP RCA: Les besoins humanitaires aggravés par les conflits dans les pays voisins (ONU) AIP Les acteurs de l’industrie planchent sur les enjeux stratégiques de la souveraineté industrielle

Congo/Société : L’observatoire congolais des droits des consommateurs exige l’audit de E2C et la Lcde


  8 Juin      10        Société (45940),

 

Brazzaville, 08 Juin (ACI)- Le secrétaire exécutif de l’Observatoire congolais des droits des consommateurs (O2cd),  M. Mermans Babounga, a exigé, le 7 juin à Brazzaville, l’audit  de des sociétés Energie électrique du Congo (E2c) et La Congolaise de l’Eau (Lcde) pour les exercices partant de 2019 à 2023.

« Nous exigeons l’audit de E2C et Lcde pour les exercices 2019 à 2023 pour qu’on comprenne ce qui s’est réellement passé depuis qu’on a ouvert ce capital de ces deux sociétés aux privés », a relevé M. Babounga au cours d’une conférence de presse.

 « Nous avons à notre niveau, en tant que société civile évalué l’impact des coupures d’électricité et d’eau au niveau des très petites entreprises pour avoir une idée sur les pertes que cela occasionne et les dépenses supplémentaires que ces opérateurs sont obligés de faire, surtout au niveau de l’électricité où la situation est très alarmante », a-t-il expliqué.

 M. Babounga a fait savoir que les pertes  de ces entreprises vont de 50.000  à 700.000 F Cfa par mois. Au niveau de Lcde les pertes vont de 5.000 à 20.000 Fcfa et les boulangeries par exemple ont une perte d’au moins 100.000 F Cfa. Ce sont des opérateurs économiques, leur objectif c’est réaliser des bénéfices. Et pour rentabiliser leurs activités, les boulangers par exemple  ne respectent plus le grammage, a renchéri le secrétaire exécutif de l’Observatoire congolais des droits des consommateurs.

Pour M. Babounga, les difficultés auxquelles sont confrontées E2c et Lcde dans la fourniture en électricité et en eau ne se justifient pas puisque ces deux sociétés font des recettes exorbitantes par année.

 Aussi, s’est-il interrogé sur l’utilisation  des sommes encaissées par les deux sociétés assumant les services publics. « E2C c’est 200.000 abonnés qui lui permettent d’encaisser 18 milliards de F cfa par année depuis 2022. Pensez-vous qu’avec 18 milliards on ne peut pas réserver 4 à 5 milliards pour entretenir le réseau si on a la bonne volonté ? Si LCDE justifie un portefeuille clients actifs de plus 114.000 abonnés, annuellement LCDE encaisse plus de 8 milliards de Fcfa  et elle a dans ces 8 milliards, 2 milliards de Fcfa pour l’entretien réseau qu’on facture aux consommateurs. Qu’est-ce qu’ils font avec cet argent ? C’est comme vous le constater un problème de management et de gestion ».

Il a, en outre, a appelé les deux sociétés à ne plus faire payer les frais de pénalités en cas de retard de paiement d’une facture, de même aux abonnés de ne pas faire des collectes en cas de câbles ou poteaux défectueux de E2c ou un tuyau abîmé de Lcde puisque ces deux sociétés ont suffisamment d’argent qu’elles font payer aux abonnés.

L’enquête menée par O2cd s’est basée sur la période allant du 15 au 24 Mai 2024, a-t-on précisé.

Dans la même catégorie