APS COACH DES LIONNES : LA FÉDÉRATION PRIVILÉGIE LA CONTINUITÉ EN MISANT SUR YACINE MESSAOUDI (PRÉSIDENT) APS LANCEMENT DE LA DEUXIÈME ÉDITION DU GRAND CARNAVAL DE DAKAR APS APRÈS OMAN, LES LIONS ONT DÉFAIT LES EMIRATS ARABES UNIS APS CONFÉRENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU FESPACO À DAKAR, LUNDI APS A DAKAR ET MBOUR, DES RESTAURANTS LABELLISÉS ’’ZÉRO DÉCHET’’ APS LE FOOTBALLEUR MAKHÈTE DIOP RACONTE SON EXPÉRIENCE DANS LE GOLFE DANS UN OUVRAGE MAP Calvaire des populations de Tindouf et violences contre les migrants: l’Algérie devant ses responsabilités APS MAME FAMEW CAMARA EXPLIQUE L’IMPORTANCE DE LA PLACE DE LA FEMME DANS SES ŒUVRES APS CETTE RENCONTRE CONTRE LES EMIRATS ARABES UNIS EST UTILE (COACH) GNA Africa should address challenges of Covid-19 – President Akuffo Addo

CONTRIBUTION DE L’EGLISE CATHOLIQUE AU DEVELOPPEMENT : COMMENT EDIFIER UNE NATION AU XXIème SIECLE EN AFRIQUE AU CŒUR D’UNE CONFERENCE-DEBAT


  10 Mai      12        Religion (829), Société (33431),

   

Lomé, 10 mai (ATOP) – Une conférence-débat sur le thème « Comment édifier une nation au XXIème siècle en Afrique Sub-Saharienne ? » a eu lieu le samedi 8 mai à Lomé dans le cadre de la contribution de l’église catholique au changement de mentalité des populations pour le développement des pays africains.
Cette conférence-débat est initiée pour la sixième fois par l’Institut de Pédagogie Religieuse Saint Paul de Lomé en partenariat avec la Fondation Hanns Seidel. Elle permet de créer un cadre de partage et d’informations à l’intention des étudiants en fin de formation de cet institut pour qu’ils aient un minimum de connaissance sur des thématiques d’ordre socio-politique, économique et culturel en vue d’enrichir leur formation. Il s’agit surtout pour l’institut d’amener ces étudiants à mettre au service du développement du Togo leur connaissance pastorale et théologique, fondée sur la doctrine sociale de l’Eglise, qui met l’homme au centre de ses réflexions.
Outre la communication sur le thème de la rencontre, les participants ont également suivi deux exposés sur les « Droits et devoirs du citoyen dans une République et sur l’Etat africain à la recherche de bons réflexes démocratiques ». Ces thématiques ont été développées par les professeurs, Guy Mipamb Nahm-Tchougli et Hétchéli Kokou Folly ainsi que Me Célestine Abbey-Kounté.
Selon ces orateurs, édifier une nation au XXIème en Afrique sub-saharienne, est une question assez complexe et qui nécessite un certain nombre de conditions. Pour eux, la première condition est l’institutionnalisation du pouvoir dans les pays et qui doit passer par le constitutionnalisme. Evoquant la seconde condition, ils précisent qu’elle réside dans la conformité des gouvernés et des gouvernant à la règle de droit et une justice indépendante qui sont des éléments essentiels pour donner le sentiment aux citoyens qu’ils appartiennent au même pays et soumis aux mêmes règles.
Les conférenciers ont, aussi, mis l’accent sur la décentralisation qui comporte deux aspects essentiels. Il s’agit, selon eux, de permettre aux populations de se prendre en charge en termes de développement et d’amorcer toutes les questions de développement économique à la base dans un cadre beaucoup plus cohérent afin de permettre aux Etats d’avoir des structures d’intégration économique efficientes. C’est pourquoi, ont-ils dit, en alliant les deux dans un cadre beaucoup plus institutionnel, on est sûr qu’on tend vers l’Etat-nation tant souhaitée par les peuples africains.
Le directeur de l’institut, révérend père Agbagnon Jean Prospère a indiqué que la direction de son établissement entend, à travers ces conférences, contribuer à l’ouverture d’esprit de ses étudiants et à l’amélioration des connaissances sur des thèmes que la population ne maîtrise pas forcément. « La rencontre se veut également une école où on apprend à dialoguer avec les autres, malgré les différences d’opinion, de confession religieuse ou d’appartenance politique », a rappelé le directeur.

Dans la même catégorie