MAP L’ambassadeur de SM le Roi au Caire présente ses lettres de créance au Président égyptien MAP Kenya: huit corps retrouvés dans une décharge à Nairobi (nouveau bilan) APS AG de la FSF : le comité exécutif va proposer la date du 21 septembre (président) ANP Les leaders Arabes d’Agadez et Tahoua reçus par le Président du CNSP APS Acteurs politiques, société civile et universitaires planchent sur l’intégrité du système électoral APS Zone des Niayes : des producteurs listent les défis et proposent des solutions APS Le président Faye aborde les urgences sociales, la fiscalité, l’emploi, ses rapports avec le Premier ministre, etc APS AVC: un neurologue alerte sur les cas d’hospitalisations de sujets de plus en plus jeunes AIP La lutte contre la déforestation devrait s’inscrire dans un cadre de coopération sud-sud (Le président CESEC) MAP Niger : 22 terroristes « neutralisés » par l’armée dans l’ouest

Côte d’Ivoire -AIP/ Deux journées pour sensibiliser sur les maladies rénales à Daloa


  10 Mars      65        Santé (15583),

 

Daloa, 10 mars 2023 (AIP) – Le Centre national de prévention et de traitement de l’insuffisance rénale (CNPTIR) a initié une campagne de sensibilisation sur les maladies du rein, mercredi 8 et jeudi 9 mars 2023, à Daloa, pour marquer la célébration de la 18è Journée mondiale du rein en Côte d’Ivoire.

Cette campagne avait pour but d’informer la population sur les risques et les conséquences des maladies rénales, l’importance d’un dépistage précoce comme moyen de prévention et de procéder à des dépistages gratuits des anomalies du rein, de l’hypertension artérielle et du diabète.

Ces deux dernières maladies sont, avec le VHI/SIDA, les trois principales causes de l’insuffisance rénale chez l’adulte, souligne-t-on.

La campagne a été également une occasion pour les spécialistes du CNPTIR de renforcer les capacités de certains professionnels de la santé du district sanitaire de Daloa matière de prise en charge médicale de l’hypertension artérielle.

Les maladies et l’insuffisance rénale sont préoccupantes du fait de leur importante morbidité et mortalité. En Côte d’Ivoire, la prévalence hospitalière de l’insuffisance rénale varie entre 39 et 52 % avec un taux de mortalité de 39 % dans le seul service de néphrologie du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yopougon, mentionne une note du CNPTIR parvenue à l’AIP.

La note souligne que des milliers d’autres enfants, jeunes, adultes et personnes âgées en meurent sans diagnostic préalable. Le coût de la santé constitue une barrière au traitement pour de nombreux ivoiriens.

Dans la même catégorie