ACI Congo : Plaidoyer pour la réduction échelonnée des importations des produits carnés ACI Congo : Le gouvernement invité à accélérer la validation de la Feuille de route Le ministère de la Salubrité lance la 48e édition de l’opération grand ménage AIP Le conseil municipal adopte le budget 2022 de plus d’un milliard de FCFA de la commune d’Adiaké AIP Lancement de l’évaluation des instituts et centres de recherche de l’enseignement supérieur AIP Plusieurs élèves sensibilisés sur les dangers de l’hypertension artérielle à Abidjan AIB Burkina : le ministre Tamboura invite ses compatriotes à ne pas tomber dans le piège des terroristes (Actualisée) AIB Burkina : La corruption a baissé après l’insurrection mais est remontée faute de sanction (Marius Ibriga) APS DES BILLES EN CRISTAL À LA PLACE DES BULLETINS ET ENVELOPPES DE VOTE, UNE ORIGINALITÉ DU SYSTÈME ÉLECTORAL GAMBIEN AIB Blocus du convoi militaire français: Ousseni Tamboura planche pour une relecture des accords entre le Burkina et la France (Actualisée)

Côte d’Ivoire-AIP/ Les comités de veille de la cohésion sociale proposent un pacte de non-agression entre communautés du Gôh


  28 Février      35        Société (37079),

   

Gagnoa, 28 fev 2021 (AIP)- Les Comité de veille et de suivi (CVS) de la situation de la cohésion sociale de la délégation de Le Médiateur de la République de Gagnoa, étendus aux comités ad’hoc des localités de Téhiri, Liliyo et de Hiré, ont proposé samedi 27 février 2021, la rédaction d’un pacte de non-agression et de non-violence, pour juguler les conflits communautaires à base ethnique ou politique.

« Nous y adhérons », a d’emblée affirmé le médiateur-délégué des régions du Gôh, du Lôh-Djiboua et de la Nawa, Guéhi Brissi Lucas, à la fin du séminaire de formation des présidents et secrétaires généraux des CVS de la délégation de Gagnoa, étendu aux comités ad’hoc des localités de Téhiri, Liliyo et de Hiré, qui ont connu des situations de conflits pré et post-électoraux durant la présidentielle de 2020.

Selon le préfet hors grade, ces solutions prônées par la vingtaine de participants eux-mêmes devraient faire tâche d’huile dans la région et partout ailleurs, en ce sens que ce pacte de non-agression entre les différentes communautés, est assorti d’un certain nombre de sanctions au plan communautaire, de sorte que celui qui contrevient à ce pacte, devra se soumettre à des amendes pour ramener l’ordre.

Au niveau des élections, les participants ont proposé que les candidats prennent des engagements écrits, cette fois dans un pacte de non-violence. Il s’agira d’amener les candidats à mettre dans leur discours, à côté des programmes politiques, des déclarations de renforcement de la cohésion sociale, de sorte que leurs différents staffs comprennent que le leader et/ou candidat est inscrit dans la paix.

Le séminaire de Gagnoa a réaffirmé la nécessité de l’indépendance des responsables des comités vis-à-vis des politiques et de la politique, en faisant preuve de neutralité, en n’étant pas candidat ou lieutenant de candidat. « Vous ne pouvez de façon ostentatoire, soutenir une cause politique. Ca va être difficile, d’être juge et parti », a insisté le médiateur délégué.

Dans la même catégorie