GNA Ghana resolving EU threats over illegal fishing APS LE PROJET ’’PERMETTRE LA VENTE CROISSANTE DE FOYERS AMÉLIORÉS’’ LANCÉ À KAOLACK APS UN PROJET PROMOUVANT UNE « CUISINE RESPECTUEUSE DU CLIMAT » PRÉSENTÉ À TAMBACOUNDA GNA GOIL’s 52nd AGM slated for June 24 APS COSAFA CUP : LE SÉNÉGAL DANS LA POULE DU ZIMBABWE, DU MOZAMBIQUE ET DE LA NAMIBIE APS VERS UNE RÉFORME AUTORISANT LA DOUBLE NATIONALITÉ EN MAURITANIE APS LES ARTISTES LOCAUX À L’HONNEUR À LA 2E ÉDITION DU SALON « DAKAR MUSIC EXPO » ANP COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES APS MODE ALTERNATIF DE CUISSON : VERS LA VENTE DE PRÈS DE 800.000 FOYERS AMÉLIORÉS APS LA COSAFA CUP PERMETTRA D’AVOIR ’’UNE COMPÉTITION DANS LES JAMBES’’ (DTN)

Côte d’Ivoire – AIP / Projection de « Résolution », un film invitant à la dénonciation des violences faites aux femmes


  6 Décembre      22        Cinéma (185),

   

Abidjan, 06 déc 2020 (AIP) – Le film « Résolution » de la réalisatrice et productrice ivoirien, Evelyne Lly Juhen, sur la dénonciation des violences faites aux femmes a été projeté, samedi 5 décembre2020 à Abidjan, à l’endroit des jeunes, des femmes et des hommes pour les amener, à prendre conscience et à s’engager dans la dénonciation des violences pour sauver des vies.

Le long métrage « Résolution » est une histoire tirée de faits réels portant sur la vie d’une femme mariée. Elle subissait de façon récurrente les violences verbales et physiques de son conjoint. Cela a entrainé par la suite, la mort de leur fils qui a voulu défendre sa mère, qui n’osait dénoncer son époux à cause des violences sexuelles que cette dernière a subies dans son enfance.

La réalisatrice Evelyne Juhen, qui est intervenue à la suite de la présentation du film suivi d’un panel, a invité le public à dire non à la violence et à dénoncer ces pratiques qui ont des conséquences néfastes dans les couples, dans les familles et sur les enfants.

« Ce n’est pas le combat des femmes, ce n’est pas le combat des hommes, c’est notre combat, et c’est ensemble que nous allons changer les choses…On a besoin d’une nouvelle génération d’hommes et de femmes qui sont prêts à dire non à la violence. On est fatigué, que tous les trois jours, une femme meurt dans le monde pour les violences conjugales », a-t-elle renchéri.

Pour la réalisatrice, « la solution c’est l’éducation des filles, des garçons, c’est prendre des résolutions de vie, de sortir d’un foyer violent ».

Ce panel, qui a porté sur des questions-réponses, des échanges sur le film et sur les différentes types de violences et leurs impacts sur les victimes, s’inscrit dans le cadre des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes soutenus financièrement par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA).

Le film a été offert par l’Onu Femmes. D’autres organisations de lutte contre les violences, notamment le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), étaient présentent à cette projection de film.

Dans la même catégorie