ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra GNA Murdered Constable Emmanuel Osei laid to rest

Côte d’Ivoire-AIP/ Restitution d’une étude sur les migrations irrégulières à Daloa


  20 Juin      9        Société (34416),

   

Daloa, 20 juin 2021 (AIP)- Un enseignant chercheur à l’université de Daloa, Pr Maffou Kouassi, a procédé, dimanche 20 juin 2021, à la restitution d’une étude qu’il a réalisée sur la question des migrations irrégulières intitulée « La mort plutôt que la honte ».

« Le phénomène est tel que la mort n’effraie plus les candidats », a d’emblée situé Pr Kouasi, appelant à repenser la politique de sensibilisation pour décourager les candidats à la migration irrégulière, et créer « des emplois stables et garantis ».

La ville de Daloa, selon l’étude, n’est pas devenue une « plaque tournante au hasard », révélant cela fait 100 ans que Daloa connaît des migrations dans divers domaines dont le transport et le commerce.

Elle met en évidence l’implication de guides religieux et de marabouts qui, contre de l’argent, préparent moralement et spirituellement des candidats à la migration irrégulière, les montants des préparations à l’aventure mortelle variant entre 100 mille et 200 mille.

« Ce sont des illusions, mais les gens y croient quand même », a fustigé le professeur d’université, imputant ce fléau au manque d’emploi des jeunes, la destruction du black market de Daloa en 2014, et des pesanteurs familiales.

L’étude entamée en 2019, a pris fin en 2021. Sa restitution a été faite devant les autorités de la ville de Daloa. Elle a été réalisée pour L’Alliance pour le monde et la gouvernance en Afrique.

Dans la même catégorie