ANP Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage s’enquiert de la situation pastorale dans le Nord-Tahoua AGP Guinée : 172199 candidats affrontent les épreuves du Brevet d’Etudes de Premier Cycle AGP GUINÉE/MÉDIA : DEUX COMMISSAIRES DE LA HAC SUSPENDUS POUR FAUTE LOURDE (COMMUNIQUÉ) AGP Guinée/Tribunal Militaire : 10 ans de prison requis contre le Général SadibaKoulibaly AGP Guinée/Collectivité :Les 356 communes rurale et urbaine du pays dotées en équipements informatiques par l’ANAFIC ANG Telecomunicações/Ministro diz que o projeto do Cabo submarino “Amilcar Cabral” vai reforçar a integração da Guiné Bissau ao mundo global ANG Saúde Pública/”As doações de sangue não satisfazem as necessidades da Guiné-Bissau”, diz Bacar Mané ANP Hadj 2024 : Plus de 3300 invités du Roi dont un journaliste de l’ANP AIP La Journée africaine des frontières, facteur de cohésion sociale (ONG Coginta) AIP Signature d’une convention pour le financement des PME et start-ups

Côte d’Ivoire-AIP/ Un atelier pour sélectionner les produits prioritaires pour un meilleur positionnement du pays sur le marché de la ZLECAf


  29 Novembre      49        Economie (21484),

 

Abidjan, 29 nov 2022 (AIP)-  Des acteurs du secteur privé, notamment des représentants des faîtières et filières agricoles et industrielles, et des structures d’appui au commerce se sont réunis, mardi 29 novembre à Abidjan, dans le cadre d’un atelier initié par le Comité national de la zone de libre-échange continentale africaine (CN-ZLECAf), afin de sélectionner des produits prioritaires devant permettre à la Côte d’Ivoire d’être davantage compétitive et de se positionner sur le marché continental de la zone.

Placé sous la présidence du ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, cet atelier est organisé avec l’appui de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).

Selon le représentant du ministre en charge du commerce, le conseiller technique Alain Konan, il s’agit de mettre en avant tous « les avantages comparatifs » des produits et services ivoiriens, de sorte à identifier les éléments sur lesquels s’appuyer dans le cadre de cette intégration continentale.

Ainsi, un certain nombre de produits déjà examinés par le ministère, notamment le café, le cacao, l’anacarde, le coton, l’hévéa, faisant partie des habitudes d’exportation du pays en Europe et en Amérique, sont intégrés à cette sélection.

Ces produits identifiés permettront à la Côte d’Ivoire de « s’attaquer » à des marchés plus vastes et variés du continent, a déclaré M. Konan.

Pour le chef de la Section des initiatives sous-régionales à la CEA- Afrique de l’ouest, Amadou Diouf, cet examen des produits prioritaires permettra à la Côte d’Ivoire de se positionner non seulement sur le marché sous-régional où elle a déjà une place « dominante », mais aussi d’aller explorer des opportunités au niveau des autres sous-régions africaines.

Cet atelier qui s’inscrit dans le cadre de l’étude de stratégie sectorielle de commerciale, diligentée par les différents acteurs de la zone, constitue une invitation du secteur privé ivoirien à donner son avis sur les produits prioritaires et également identifier les critères de sélection de ces produits.

Selon la représentante de la secrétaire exécutive du CN-ZLECAf, Marie-Clarence N’Guessan, tous les avis des filières de l’agro-industrie, du textile, des NTIC seront pris en compte dans l’élaboration de cet étude commerciale offensive.

Depuis le 1er janvier 2021, les pays africains ont officiellement commencé des échanges dans le cadre de la mise en oeuvre de la ZLECAf qui représente un marché de 1,2 milliard de consommateurs et un PIB combiné d’environ 3 000 milliards de dollars américains, pour les 54 États membres de l’Union africaine.

La ZLECAf est aujourd’hui la deuxième plus vaste zone de libre-échange à voir le jour depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce, après le Partenariat régional économique global en Asie et dans le Pacifique. Les économistes affirment que cette zone commerciale africaine pourrait aider des dizaines de millions de personnes à sortir de la pauvreté au cours des 15 prochaines années.

A ce jour, 44 des 55 pays africains ont ratifié l’accord et 88 % des négociations sur les règles d’origine spécifiques aux produits ont été conclues, couvrant ainsi plus de 70 % du commerce intra-africain, fait- on savoir.

Dans la même catégorie