APS Le partenariat public-privé,  »une alternative au financement des infrastructures » (PM égyptien) APS Mahawa Sémou Diouf installé comme président de la Cour de justice de l’UEMOA MAP Le CPS de l’UA adopte la «Déclaration de Tanger» sur la promotion du lien Paix-Sécurité-Développement et décide de la soumettre au Sommet de l’UA MAP RDC: L’ONU alerte sur la crise de la faim, la « plus grande » en Afrique MAP Afrique du Sud : Dix morts dans deux fusillades au Cap-Oriental ATOP Vo/ Santé : revue annuelle des activités 2022 du district sanitaire ATOP Kozah/ Promotion de l’entreprenariat : les opportunités offertes aux PME par la loi de finances 2023 expliquées aux entrepreneurs de la kara ATOP Visite du Président Faure Gnassingbé au Gabon : des questions bilatérales, régionales, continentales et internationales évoquées APS Hôpital Amath-Dansokho : plus de 10 000 consultations et 700 scanners réalisés en 2022 (directeur) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Plus de 3000 actes d’insécurité en 2022 dans l’espace des sept pays ayant ratifié l’Initiative d’Accra

Côte d’Ivoire-AIP/Le ministère de l’Enseignement Technique veut relever le taux d’insertion de ses diplômés de 32% à 65% d’ici à 2025


  7 Décembre      21        Education (955),

   

Abidjan, 06 déc 2022 (AIP)-Le ministère de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage veut porter le taux de l’insertion de ses diplômés à 65% d’ici à 2025 contre 32% selon les statistiques de 2020.

La promesse a été faite par le directeur de l’Apprentissage et de l’Insertion professionnelle au ministère de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage, Tuo Nangalourou, lors de la tribune d’échange ‘’Tout savoir’’ du Centre d’information et de communication gouvernementale (CICG), mardi 06 décembre 2022.

Pour y parvenir, il a précisé qu’à travers le programme de l’Académie des Talents, le ministère met l’accent sur le partenariat directement avec les entreprises notamment sur la co-construction des parcours de formation et d’insertion, la mise en place d’un écosystème d’entreprises autour de chaque établissement, la signature de partenariats académiques avec des grandes institutions pour mettre aux normes internationales ses programmes de formation et le personnel d’encadrement.

« Toutes ces actions concourent à faciliter l’insertion professionnelle des formés », a indiqué M.Tuo précisant qu’en 2023, le premier chantier sera l’intensification des formations dans le cadre de l’Ecole de la deuxième chance (E2C), après une phase pilote en 2022.

Ce programme, dont l’une des composantes est l’apprentissage, vise à former et insérer, à l’horizon 2030, un million de personnes sans emploi ou mal insérées, avec un objectif intermédiaire de 400.000 personnes dans le cadre du Programme social du gouvernement (PSGOUV2) sur la période 2022-2024.

Le dispositif d’apprentissage et d’insertion professionnelle sera au cœur de l’E2C avec la formation de 200 000 apprentis, la formation de 10 000 maitres d’apprentissage, la certification par la Validation des acquis de l’expérience (VAE) de 3 000 maitres d’apprentissage, la mise en stage de 20 000 formés.

Dans ce programme, pour agir sur la qualité de la formation et favoriser l’insertion, en 2023 a expliqué le directeur de l’Apprentissage et de l’Insertion professionnelle, le ministère va accélérer la mobilisation des entreprises autour des établissements, la rénovation des programmes, l’amélioration de l’accompagnement des formés.

Aussi est-il prévu le renforcement du partenariat avec le ministère de la Promotion de la Jeunesse, de l’Insertion Professionnelle et du Service Civique en 2023 pour accélérer l’installation des guichets emplois dans les établissements de formation professionnelle.

Le ministère de l’Enseignement technique, de la Formation professionnelle et de l’Apprentissage a mis en œuvre deux programmes majeurs notamment l’Ecole de la deuxième chance et l’Académie des Talents pour la formation et l’insertion des jeunes ivoiriens.

Dans la même catégorie