AIP Les nouveaux certifiés en MDDCT exhortés au respect des valeurs clés pour une réussite professionnelle ANG Cooperação/PR defende necessidade de mais esforços coletivo para fazer face à situação de alterações climáticas no litoral da sub região ANG Desporto/Sport Bissau e Benfica mantém-se isolada na liderança da Guiness-Liga MAP Développement en Afrique : Mme Benali appelle à des financements abordables à long terme MAP Le Maroc et la Sierra Leone engagés à conclure une feuille de route 2024-2026 de coopération de nouvelle génération (Communiqué conjoint) MAP Maroc/Mauritanie : les collectivités territoriales invitées à s’inscrire pleinement dans l’Initiative Royale pour l’Atlantique MAP La Sierra Leone s’inscrit pleinement dans les Initiatives Royales pour l’Afrique de l’Ouest (Communiqué conjoint) ATOP Les ZAAP, une solution pour le développement de l’agriculture togolaise ATOP L’agropole de Kara enregistre des résultats « satisfaisants » ATOP des jeunes d2sœuvres et apprenants en peinture renforcent leurs capacit2s

Côte d’Ivoire: L’accaparement des terres par des multinationales dénoncé à Aboisso


Abidjan, 20 nov (AIP) – L’accaparement des terres résiduelles pour les monocultures extensibles par des multinationales dans le département d’Aboisso a été dénoncé lors d’un symposium tenu lundi au centre saint Jean-Baptiste de la ville à l’occasion de la caravane de la convergence ouest-africaine des luttes pour la terre, l’eau et les semences paysannes.

Selon le chef du village de Diby, dans la sous-préfecture de Maféré et président de l’ONG Yétiho, plusieurs entreprises agro-industrielles occupent plus de 1118 ha dans le Sud-Comoé.

Le chef Arsène Gnamin a relevé les conséquences de cet accaparement qui sont, entre autres, pollution et assèchement des cours d’eau, la pollution de l’atmosphère, la contamination du sol par l’utilisation massive des produits phytosanitaires, la destruction de la biodiversité, la réduction de l’espace vital et le manque de terres cultivables pour les populations vulnérables.

Une situation qui provoque frustration des femmes, conflits fonciers intercommunautaires et cherté de la vie, a ajouté le porte-parole de la plate-forme ouest-africaine qui a aussi déploré le caractère agressif, subversif et déloyal des opérateurs économiques.

La plate-forme a appelé au sens sacré du devoir de protection des populations par les autorités, interpellant toutes les personnes vulnérables, en particulier les femmes rurales, à changer de comportement et à adopter la bonne attitude, celle de se former, de s’informer et de se mettre en marche pour prendre une part active à leur épanouissement.

Venus de la Mauritanie, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Burkina-Faso, de la Guinée, de la Sierra-Leone, les membres de la convergence ont mené des activités à Man, à Daloa et à Aboisso avant de mettre le cap, mardi, sur le Ghana et le Bénin où ils comptent remettre un livre vert au président Patrice Talon, président en exercice de la CEDEAO, a-t-on appris.

Dans la même catégorie