ACI Congo : Plaidoyer pour la réduction échelonnée des importations des produits carnés ACI Congo : Le gouvernement invité à accélérer la validation de la Feuille de route Le ministère de la Salubrité lance la 48e édition de l’opération grand ménage AIP Le conseil municipal adopte le budget 2022 de plus d’un milliard de FCFA de la commune d’Adiaké AIP Lancement de l’évaluation des instituts et centres de recherche de l’enseignement supérieur AIP Plusieurs élèves sensibilisés sur les dangers de l’hypertension artérielle à Abidjan AIB Burkina : le ministre Tamboura invite ses compatriotes à ne pas tomber dans le piège des terroristes (Actualisée) AIB Burkina : La corruption a baissé après l’insurrection mais est remontée faute de sanction (Marius Ibriga) APS DES BILLES EN CRISTAL À LA PLACE DES BULLETINS ET ENVELOPPES DE VOTE, UNE ORIGINALITÉ DU SYSTÈME ÉLECTORAL GAMBIEN AIB Blocus du convoi militaire français: Ousseni Tamboura planche pour une relecture des accords entre le Burkina et la France (Actualisée)

Côte d’Ivoire/ Mode : révélation d’une « cocao fashion » à la JNCC 2020 (Magazine)


  3 Octobre      24        Mode (25),

   

Abidjan, 03 oct 2020 (AIP)- Vêtements faits de sacs de cacao, pagnes à l’effigie de l’or brun, décoration : la 7ème édition des Journées du cacao et du chocolat qui se tiennent depuis jeudi 1er octobre 2020 à Yamoussoukro, s’est voulu, au-delà des débats scientifiques et expositions, révélateur d’une cacao fashion.

Chemise, pantalon et chaussures en sac de couleur brun-clair impeccablement cousus, surmontés d’un melon de la même matière sur la tête, Coulibaly Idriss grand planteur de cacao à Divo est majestueux et sans complexe.

« Ca veut dire qu’on peut tout faire avec le cacao », lance-t-il, sourire en coin.

Non loin, dans les allées de la zone d’exposition à la fondation Félix Houphouët-Boigny, le pagne de la JNCC, aux couleurs du cacao et du chocolat est visibles partout, chacun y allant de son modèle de coupe.

Une dame laisse le hidjab orange qui la couvre de la tête aux épaules, se mêler avec harmonie à la longue jupe ample du « pagne cacao » qu’elle porte. Une autre dame opte pour sa part pour un mix du même pagne et de morceaux de kita, un pagne traditionnel tissé ivoirien.

Plusieurs hommes, préfèrent, eux, enrouler autour du coup des écharpes étoilés de fèves d’or brun et de cabosses.

Peignant la Côte d’Ivoire vestimentaire dans sa diversité, la cacao fashion s’ouvre aussi au monde du spectacle, avec une troupe artistique traditionnelle aux accoutrements spéciaux : bottes au pied, feuilles de cacaoyer sur les têtes et en boucles d’oreilles, sacs de cacao transformés en robes, les membres de ce groupes chantent et dansent au son des tam-tams, souhaitant le traditionnel Akwaba aux participants.

«Je pense qu’on doit sérieusement réfléchir à valoriser cette mode qui nait autour du cacao. C’est tout à qui doit faire partie de la valeur ajoutée de la filière », commente Kouakou Maurice, un visiteur.

Ces JNCC mettent également en exergue l’art de la décoration par le cacao, avec des cacaoyers et accessoires de la chaine de valeurs transposés dans le hall de la Fondation Félix-Houphouët Boigny.

La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao, avec en moyenne 1,5 millions de tonnes par an, soit 40% de l’offre mondiale.

Dans la même catégorie