AIB Les agences publiques de presse burkinabè et ivoirienne sollicitent davantage les appuis de leurs Etats AIB Burkina/Orientation des nouveaux bacheliers : Le ministre Maïga conseille de passer par des structures officielles AIB Burkina/Forum africain : L’Afrique invité à gérer son identité numérique (ministre) AIB Côte d’Ivoire : Le président Ouattara se félicite de sa rencontre avec l’ancien président Gbagbo AGP Siguiri/Faits divers : un jeune meurt par suite d’affrontements entre groupes rivaux à Siguirini AGP AFICCON/ Exercice 2021: Validation de 16 projets d’intercommunalité d’un montant de 1301.099 782.461 pour Conakry ANP Tillabéri : L’UE et le PNUD dotent les services techniques régionaux en matériels d’hygiène et de protection contre la Covid-19 ANP Clôture de la session extraordinaire du parlement : Seini Oumarou se félicite de l’affectation de ressources pour améliorer les effectifs des FDS ANG Política/Governo adopta via bancária como única forma de pagamento de salários nas instituições públicas ANG Marcha de funcionários públicos/”Mais de 700 policias não recebem salários”, diz Júlio Mendonça

Coûts des prestations portuaires au Gabon : Améliorer le climat des affaires à travers les prestations qu’offre le port


  20 Juin      82        Economie (12679),

   

Libreville, 20 Juin (AGP)- Le ministre de la Compétitivité, Madeleine Berre, a présidé, le mardi 19 juin, à Libreville, une réunion avec les opérateurs économiques de la filière bois et les administrations en charge des ports, dans l’optique d’améliorer le climat des affaires à travers les prestations qu’offre le port.

L’objectif  était de supprimer un grand nombre de facteurs qui font des  Ports du Gabon,  en l’occurrence celui d’Owendo, l’un des plus chers de l’Afrique centrale.

Pour le ministre de la Compétitivité, l’amélioration du climat des affaires, à travers le Plan de relance de l’Economie, énoncé par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, nécessitait la mise en œuvre d’une étude afin de renforcer la compétitivité de la filière transport et logistique. Une étude qui a vu les produits forestiers occuper une place de choix, en ce sens qu’ils représentent 90% des exports concernant le secteur bois.

« Comment améliorer le fonctionnement du port ?  Nous avons présenté les pré-conclusions de cette étude que nous allons remonter prochainement au niveau du Haut conseil des investissements, présidé par le Chef de l’Etat. En effet, les reformes identifiées en accord avec le secteur privé et public, au cours de cette étude, vont lui être soumises. L’objectif est d’améliorer le climat des affaires à travers les prestations qu’offre le port », a déclaré Madeleine Berre.

Une fois validé, les clients pourront, dans un proche avenir, bénéficier de la  mise en place d’un outil multimodal qui vise la  simplification des procédures, à travers la concentration de toutes les administrations en un seul endroit. L’amélioration de la tarification, à travers la prise d’un arrêté rendant obligatoire la publication des tarifications au sein des ports, est également une des solutions envisagées.

Pour y parvenir, Sayide Abeloko, le directeur général de l’Office des ports et Rades du Gabon (Oprag), a indiqué que l’entreprise, dont il a la responsabilité, n’étant pas le seul acteur intervenant dans la chaine logistique des ports ; les prix pratiqués ne dépendent pas de sa volonté. Il  prévoit d’organiser une réunion avec les opérateurs économiques des Ports, afin de regarder avec eux les coûts imputés aux clients et de se mettre d’accord sur une tarification encore plus clair »,  comme l’a dit le ministre Berre.

« Aujourd’hui, les problèmes logistiques au niveau du Gabon reposent surtout sur le manque de capacités, pour faire face à la demande. Avec la croissance de la production du bois, il y a un besoin en volume des conteneurs pour les exportations, parce que l’import ne contrebalance pas le besoin à l’export », a expliqué le directeur général de Precious Woods, Fréderic Ober qui a souligné que des négociations sont en cours avec les armateurs, afin de trouver des solutions.

Sur cette problématique, les experts nationaux ont noté, qu’à ce jour, les exportations ont atteint des niveaux historiques. Ce changement structurel a entrainé, par conséquent, un manque de containeurs vides sur le marché.

De même qu’il a été constaté un déficit de deux ou trois navires par mois, malgré la forte demande. Les productions restent ainsi immobilisées (environ 1 mois d’attente) avant d’être exportées, ce qui entraine des coûts supplémentaires pour les industriels du secteur bois.

ERAM/SM/FSS

Dans la même catégorie