GNA Covid-19, more people queue to vaccinate in New Juaben North GNA Government cannot renege on its responsibility – Tema East MP GNA Ayorkor Botchwey calls for strengthening of Ghana-São Tomé and Príncipe relation GNA Give financial institutions confidence to lend to private sector– Dalex GNA AfCFTA/China sign MoU on establishing Expert Group on Economic Cooperation APS ATELIER DE RESTITUTION SUR LA RÉFORME DES TEXTES RELATIFS À LA DÉCLARATION DE PATRIMOINE, MARDI APS MOLY KANE REMPORTE LE POULAIN D’OR DE LA 27E ÉDITION DU FESPACO APS MACKY SALL PLAIDE POUR UN FONDS AFRICAIN DE PROMOTION DU CINÉMA APS COVID-19 : UN DÉCÈS ET 2 NOUVEAUX CAS APS CANCER DU COL DE L’UTÉRUS ET DU SEIN : 217 FEMMES DÉPISTÉES À TOUBA

Coûts des prestations portuaires au Gabon : Améliorer le climat des affaires à travers les prestations qu’offre le port


  20 Juin      83        Economie (13490),

   

Libreville, 20 Juin (AGP)- Le ministre de la Compétitivité, Madeleine Berre, a présidé, le mardi 19 juin, à Libreville, une réunion avec les opérateurs économiques de la filière bois et les administrations en charge des ports, dans l’optique d’améliorer le climat des affaires à travers les prestations qu’offre le port.

L’objectif  était de supprimer un grand nombre de facteurs qui font des  Ports du Gabon,  en l’occurrence celui d’Owendo, l’un des plus chers de l’Afrique centrale.

Pour le ministre de la Compétitivité, l’amélioration du climat des affaires, à travers le Plan de relance de l’Economie, énoncé par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, nécessitait la mise en œuvre d’une étude afin de renforcer la compétitivité de la filière transport et logistique. Une étude qui a vu les produits forestiers occuper une place de choix, en ce sens qu’ils représentent 90% des exports concernant le secteur bois.

« Comment améliorer le fonctionnement du port ?  Nous avons présenté les pré-conclusions de cette étude que nous allons remonter prochainement au niveau du Haut conseil des investissements, présidé par le Chef de l’Etat. En effet, les reformes identifiées en accord avec le secteur privé et public, au cours de cette étude, vont lui être soumises. L’objectif est d’améliorer le climat des affaires à travers les prestations qu’offre le port », a déclaré Madeleine Berre.

Une fois validé, les clients pourront, dans un proche avenir, bénéficier de la  mise en place d’un outil multimodal qui vise la  simplification des procédures, à travers la concentration de toutes les administrations en un seul endroit. L’amélioration de la tarification, à travers la prise d’un arrêté rendant obligatoire la publication des tarifications au sein des ports, est également une des solutions envisagées.

Pour y parvenir, Sayide Abeloko, le directeur général de l’Office des ports et Rades du Gabon (Oprag), a indiqué que l’entreprise, dont il a la responsabilité, n’étant pas le seul acteur intervenant dans la chaine logistique des ports ; les prix pratiqués ne dépendent pas de sa volonté. Il  prévoit d’organiser une réunion avec les opérateurs économiques des Ports, afin de regarder avec eux les coûts imputés aux clients et de se mettre d’accord sur une tarification encore plus clair »,  comme l’a dit le ministre Berre.

« Aujourd’hui, les problèmes logistiques au niveau du Gabon reposent surtout sur le manque de capacités, pour faire face à la demande. Avec la croissance de la production du bois, il y a un besoin en volume des conteneurs pour les exportations, parce que l’import ne contrebalance pas le besoin à l’export », a expliqué le directeur général de Precious Woods, Fréderic Ober qui a souligné que des négociations sont en cours avec les armateurs, afin de trouver des solutions.

Sur cette problématique, les experts nationaux ont noté, qu’à ce jour, les exportations ont atteint des niveaux historiques. Ce changement structurel a entrainé, par conséquent, un manque de containeurs vides sur le marché.

De même qu’il a été constaté un déficit de deux ou trois navires par mois, malgré la forte demande. Les productions restent ainsi immobilisées (environ 1 mois d’attente) avant d’être exportées, ce qui entraine des coûts supplémentaires pour les industriels du secteur bois.

ERAM/SM/FSS

Dans la même catégorie