AIP Côte d’Ivoire-AIP/Des acteurs du secteur cacao planchent sur la durabilité et la bonne gouvernance dans la filière à Abidjan AIB Burkina/CENI : Le rapport public 2022-2023 remis au Chef de l’Etat AIB Burkina : La CIL a enregistré une centaine de plaintes en 2022, présidente AIB Burkina : IssiakaSoulama souhaite renforcer l’efficacité de l’Agence nationale de régulation pharmaceutique AIB African Initiative rapproche davantage les populations burkinabè, maliennes et nigériennes à travers le Sambo AIB Le maïs n’est pas la solution à la souveraineté alimentaire, selon un agriculteur AIB Burkina/SIAEL 2024 : Des meilleurs acteurs du monde rural primés MAP 74-ème Berlinale : le documentaire ‘’Dahomey’’ de la Sénégalaise Mati Diop remporte l’Ours d’or MAP Ouganda: La Sollicitude dont SM le Roi, Amir Al Mouminine, entoure les ouléma africains, hautement saluée à Kampala ANP Projet de création de la confédération des Etats de l’AES: le M62 salue l’initiative des trois Etats du Sahel

Coyah- 08 Mars : Une briqueterie gérée par une femme


  8 Mars      40        LeaderShip Feminin (446), Société (44486),

 

Coyah : 06 mars (AGP) : Dans le cadre  des festivités du 08 mars 2023, la rédaction de l’AGP a rencontré une  femme évoluant dans la fabrication des briques.
Couturière de profession, Mme Camara  Fatoumata Binta Keïta,s’est convertie  en gérante d’une   briqueterie vu les circonstances  difficiles du moment. Selon elle, le  métier  de couture n’a  pas assez de  chance d’évoluer en ce temps. Elle  a sollicité l’aide de son mari pour mettre en place une briqueterie.
Circonstance oblige, Mme Camara s’est vite lancée pour saisir  l’opportunité qui se présentait à elle dans le secteur Fanyah, quartier Sogoyah, dans la préfecture de Coyah.
« Le 08 mars  est un jour de commémoration en l’honneur des femmes  dans tous les domaines d’activités, afin que les femmes  puissent se retrouver et partager  ce moment de joie en ensemble. En  ce qui concerne  mon travail, arrivée dans cette localité, je ne pouvais pas exercer  ma profession.  Donc  je me suis convertie  en gestionnaire de  briqueterie. C’était l’activité qui se  présentait à moi. J’en suis  fière. Et il fallait saisir l’opportunité pour avoir de l’argent et venir en aide à mon mari dans les dépenses quotidiennes de la famille.» ; a-t-elle expliqué.
Mme Fatoumata rencontre certaines difficultés dans ce métier qui requiert une consistance en force physique : « Il y a beaucoup de difficultés  liés au manque de moyens logistiques. Je puise de l’eau moi-même parce que les citernes sont chères. Du coulage à  la confection des produits finis, il y a des accidents de travail. Après séchage, il faut aussi mouiller  les briques avec de l’eau pendant 3 jours successifs. Lorsqu’on les déplace ou classe, certaines briques  tombent et se brisent. Et cela constitue des pertes pour moi. » ; a-t-elle souligné.
A cette occasion du 8mars, mois de la femme,  Mme Camara appelle la junte féminine à plus de persévérance et d’abnégation dans tout ce qu’elles entreprennent dans la vie. « Je demande à l’État de nous compter parmi les femmes fonctionnaires dans le partage des pagnes. Nous pouvons coudre nos complets et se joindre à elles en payant nos transports pour participer à cette festivité. Elles ne  sont pas les seules  fonctionnaires mais nous toutes qui y travaillons d’arrache pieds. Tout travail est bon. Il suffit d’être patient dans ce qu’on entreprend. Quel qu’en soit l’amour que ton mari te porte, il ne parviendra pas à  combler tous tes désirs. Il faut  épauler les maris  dans certaines dépenses de la famille. Seul  le travail paye. Bonne fête à nous les femmes. » ; a-t-elle conclu.

Dans la même catégorie