AIP Le ministre Laurent Tchagba en Italie à Rome pour la 27ème session du COFO et la 9ème semaine mondiale des forêts AIB Namentenga : Le haut-commissaire constate la dégradation du radié du barrage de Boulsa AIB Burkina/FSP : La douane mobilise plus de 7 milliards FCFA au premier semestre de l’année 2024 MAP Le Nigeria inflige au groupe Meta 220 millions de dollars d’amende pour violations de la protection des données personnelles (communiqué) AIB Burkina/Terrorisme : Le Premier ministre Kyelem charge l’Allemagne et la France MAP Cameroun : deux civils tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord AIB Garango/Religion: Des populations sollicitent les faveurs de la colline sacrée Boulgou AIB Paix et cohésion sociale : Les Sahéliens prennent langue à travers un colloque régional à Dori APS SENEGAL-MONDE-MEDIAS / Forum des médias de Susha : la détection des fausses informations et la lutte contre la désinformation au menu des échanges APS AFRIQUE-MONDE-CLIMAT / COP 29 : plusieurs chefs d’Etat africains attendus à Baku (Ilham Aliyev)

Dans ‘’Femmes sous silence’’, Fatoumata Bernadette Sonko explique ‘’l’idéologie patriarcale à travers les médias et les institutions’’


  5 Mars      30        Médias (2954),

 

Dakar, 4 mars (APS) – L’enseignante-chercheure Fatoumata Bernadette Sonko vient de publier, aux Editions L’Harmatan, ‘’Femmes sous silence au Sénégal, Une fabrique du patriarcat’’, un ouvrage qui explique comment ‘l’idéologie patriarcale, à travers les médias et les institutions, construit et nourrit ce silence’’.

‘’Loin des stéréotypes les confinant dans un espace domestique subalterne, des mécanismes sont subtilement tissés pour perpétuer cette représentation dans leur vécu et dans l’imaginaire collectif. L’idéologie patriarcale, à travers les médias et les institutions, construit et nourrit ce silence’’, lit-on sur la 4e de couverture de cette publication.

La même source note que ‘’dans les journaux, l’actualité s’écrit sans elles’’ tandis que ‘’sur les ondes’’, c’est ‘’+silence radio+’’ et que ‘’des écrans d’invisibilité cernent la télévision’’.

Le document parle d’‘’’une mainmise patriarcale que renforcent la socialisation différenciée, l’exclusion de l’histoire et la législation avec des dispositions juridiques défavorables’’.

L’auteure estime qu’une approche globale et complexe ‘’est nécessaire pour comprendre les fondements de ce silence forgé à partir de la trajectoire des femmes ramifiée par des contingences historiques, religieuses, culturelles internes et externes’’.

Selon elle, ‘’une profonde remise en cause s’impose’’ pour ‘’déconstruire un silence dépassant largement la sphère médiatique’’.

Docteure en sciences de l’information et de la communication, Fatoumata Bernadette Sonko enseigne à l’école de journalisme (CESTI) de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar et donne des cours en Communication internationale à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

Auteure de plusieurs articles, ses recherches portent sur les femmes et médias, les violences basées sur le genre et l’histoire des femmes. Engagée dans la défense des droits des femmes, elle a aussi fondé le site d’informations ww.lescommeres.sn.

Fatoumata Bernadette Sonko a travaillé à l’Agence de presse sénégalaise (APS) avant de poursuivre ses études au Canada.

Dans la même catégorie