APS SENEGAL-USA-DIPLOMACIE / Bassirou Diomaye Faye et Kurt Campbell ont discuté du renforcement de la coopération bilatérale MAP Afrique du Sud : neuf personnes sur dix n’ont pas accès à un traitement de santé mentale (organisme) ANG Desporto/Sport Bissau e Benfica a duas vitórias para sagrar o campeão nacional da Guiness-Liga ANG Cooperação/”China está disposta a apoiar Guiné-Bissau dentro de sua capacidade para alcançar desenvolvimento almejado”, disse Embaixador Renhuo MAP Afrique du Sud : neuf personnes sur dix n’ont pas accès à un traitement de santé mentale (organisme) MAP Maroc: L’économie a fait preuve de résilience (Banque mondiale) ANG Desporto/Sport Bissau e Benfica a duas vitórias para sagrar o campeão nacional da Guiness-Liga MAP Sénégal: L’Afrique représente plus de la moitié des urgences sanitaires dans le monde (responsable OMS) ANG Cooperação/”Reino de Marrocos vai continuar a disponibilizar bolsas de estudos para estudantes guineenses”, afirma Carlos Pinto Pereira ANG Cooperação/”China está disposta a apoiar Guiné-Bissau dentro de sua capacidade para alcançar desenvolvimento almejado”, disse Embaixador Renhuo

DDE-CI plaide pour la prise en charge gratuite de cas de viol


  31 Mars      68        Société (45925),

 

Abidjan, 31 mars 2023 (AIP) –L’ONG Dignité et droits pour les enfants en Côte d’Ivoire (DDE-CI) a plaidé pour une prise en charge gratuite des enfants violés afin d’éviter les règlements amiables des parents.

« Le règlement amiable est dû à la vulnérabilité des parents qui vivent souvent dans des situations financières difficiles et précaires. Lorsque leur progéniture est confrontée à un cas de viol, ils préfèrent négocier avec les parents de l’auteur du délit, c’est pourquoi il faut une prise en charge gratuit », a expliqué jeudi 30 mars 2023, la coordonnatrice du projet promotion de la santé sexuelle et la coordonnatrice du projet promotion de la santé sexuelle et de la lutte contre les viols, les violences sexuelles et psychologiques faites aux filles et aux femmes handicapées et non handicapées, lors d’une conférence de presse.

Cette doléance a été faite lors de la présentation des résultats de l’analyse des données collectées, d’un rapport réalisé de janvier 2020 à mars 2023, dans le cadre du « Projet de promotion de la santé sexuelle reproductive et de la lutte contre les viols, les violences sexuelles et psychologiques faites aux filles et aux femmes handicapées et non handicapées ».

Aussi, Mme Edoukou a fait savoir également que le règlement amiable peut avoir des conséquences graves sur les victimes après plusieurs années.

Elle donné l’exemple d’une dame qui a été victime de cas de viol à plusieurs reprises chez elle, à la maison par le frère à son père et pendant des années, cette jeune femme n’as pu s’ouvrir pour en parler de ce qu’elles subissait, et aujourd’hui, elle n’arrive pas à être sociable.

Ce projet a exécuté à Port-Bouët, Yopougon, Koumassi et Bouaké respectivement en partenariat avec la Caritas Sainte-Anne de Port-Bouët, l’Organisation nationale des parents des handicapés auditifs de Côte d’Ivoire (ONPHACI), l’Union nationale des femmes handicapées de Côte d’Ivoire et la caritas diocésaine de Bouaké.

Il est financé par ONU femmes et la fondation Liliane Fonds.

Selon global et données et statistiques des activités du projet portant sue la promotion de la santé sexuelle reproductive et la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles handicapées et non handicapées,83,33% des enfants sont victimes de cas de viol en Côte d’Ivoire .

Dans la même catégorie