MAP Le Lesotho adhère au Centre des opérations humanitaires et d’urgence de la SADC MAP Para-athlétisme : Le 8e Meeting international Moulay El Hassan du 26 au 28 avril à Marrakech ANP Accès aux soins : la population de Diffa paie un double tribut aux menaces terroristes et au couvre-feu MAP Rwanda: prison à vie pour une ancienne politique accusée de crimes de génocide MAP Guinée: un prêt de 40 millions de dollars pour des projets d’eau potable en milieu rural AIP Le virus de la Peste porcine africaine détecté à Daloa (MIRAH) AIP Une entreprise de paris sportifs se réjouit de son partenariat avec la FIF lors de la CAN 2023 AIP 200 élèves formés sur l’acceptation des personnes en situation d’handicap à Attécoubé AIP La Côte d’Ivoire déploie un projet de formation par alternance AIP Cancer : les enseignants-chercheurs veulent implémenter la qualité de la prise en charge du CNRAO

Décès de Katherine Johnson, une pionnière mathématicienne afro-américaine de la NASA


  24 Février      132        LeaderShip Feminin (448), Photos (4436),

 

Washington- Katherine Johnson, une mathématicienne qui a calculé les trajectoires des fusées et les orbites terrestres pour les premières missions spatiales de l’agence spatiale américaine NASA, dont le parcours a été honoré dans le film à succès « Hidden Figures » (2016) dédié aux pionnières afro-américaines de l’espace, est décédée à l’âge de 101 ans.

Johnson est décédé lundi de causes naturelles dans une maison de retraités de Newport News, en Virginie, selon l’avocat de la famille Donyale Reavis.

L’administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, a déclaré dans un communiqué que Johnson « a aidé notre nation à élargir les frontières de l’espace alors même qu’elle faisait d’énormes progrès qui ont également ouvert des portes aux femmes et aux personnes de couleur ».

Johnson était l’un des « ordinateurs » qui ont résolu les équations à la main pendant les premières années de la NASA et celles de son organisation prédécesseur, le National Advisory Committee for Aeronautics (NACA).

Johnson et d’autres femmes noires ont d’abord travaillé dans une unité informatique à ségrégation raciale à Hampton, en Virginie, qui n’a pas été officiellement dissoute avant que la NACA ne devienne la NASA en 1958.

Elle s’est d’abord concentrée sur les avions et d’autres recherches. Mais son travail au Langley Research Center de la NASA s’est finalement déplacé vers Project Mercury, le premier programme spatial humain du pays.

« Notre bureau a calculé toutes les trajectoires (des fusées) », a déclaré Johnson au journal Virginian-Pilot en 2012. « Vous me dites quand et où vous voulez que ça tombe, et je vous dirai où, quand et comment le lancer ».

En 1961, Johnson a fait une analyse de trajectoire pour la mission Freedom 7 d’Alan Shepard, la première à transporter un Américain dans l’espace. L’année suivante, elle a vérifié manuellement les calculs d’un ordinateur naissant de la NASA, un IBM 7090, qui a tracé les orbites de John Glenn autour de la planète.

Johnson considérait son travail sur les missions lunaires d’Apollo comme sa plus grande contribution à l’exploration spatiale. Ses calculs ont aidé l’atterrisseur lunaire à prendre rendez-vous avec le module de service de commande en orbite. Elle a également travaillé sur le programme de la navette spatiale avant de prendre sa retraite en 1986.

Johnson et ses collègues étaient des héros relativement méconnus de la course spatiale américaine. En 2015, l’ancien président Barack Obama lui a décerné la Médaille présidentielle de la liberté, la plus haute distinction civile du pays.

Le film « Hidden Figures » racontant les histoires de Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson, entre autres, a été nominé pour l’Oscar du meilleur film et a rapporté plus de 200 millions de dollars de recettes dans le monde.

Dans la même catégorie