APS COACH DES LIONNES : LA FÉDÉRATION PRIVILÉGIE LA CONTINUITÉ EN MISANT SUR YACINE MESSAOUDI (PRÉSIDENT) APS LANCEMENT DE LA DEUXIÈME ÉDITION DU GRAND CARNAVAL DE DAKAR APS APRÈS OMAN, LES LIONS ONT DÉFAIT LES EMIRATS ARABES UNIS APS CONFÉRENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU FESPACO À DAKAR, LUNDI APS A DAKAR ET MBOUR, DES RESTAURANTS LABELLISÉS ’’ZÉRO DÉCHET’’ APS LE FOOTBALLEUR MAKHÈTE DIOP RACONTE SON EXPÉRIENCE DANS LE GOLFE DANS UN OUVRAGE MAP Calvaire des populations de Tindouf et violences contre les migrants: l’Algérie devant ses responsabilités APS MAME FAMEW CAMARA EXPLIQUE L’IMPORTANCE DE LA PLACE DE LA FEMME DANS SES ŒUVRES APS CETTE RENCONTRE CONTRE LES EMIRATS ARABES UNIS EST UTILE (COACH) GNA Africa should address challenges of Covid-19 – President Akuffo Addo

Des initiatives durables d’acteurs non-étatiques africains au menu d’un atelier virtuel


  29 Avril      72        Environnement/Eaux/Forêts (3005),

   

Rabat, 29/04/2021 (MAP) – Des initiatives durables, menées par des acteurs non-étatiques dans les secteurs de l’agriculture, de l’alimentation et de la reforestation en Afrique, ont été au menu d’un atelier virtuel, organisé jeudi par l’association Climate Chance, basée à Paris.

La directrice de la planification et du développement durable à la municipalité de Dakar, Ndeye Ndack Pouye, a présenté l’initiative de micro-jardinage à la capitale sénégalaise Dakar, un projet introduit en 2006 par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le micro- jardin consiste à faire du maraichage sur table avec de petites unités de production simples et peu coûteuses, adaptées au quartier urbain à forte densité, a expliqué Mme Ndack Pouye, également membre de la Convention des maires pour l’Afrique subsaharienne (COMSSA), notant que des matériaux de récupération, notamment les pneus et les seaux sont réutilisés à cette fin.

« Cette initiative cible en majorité les femmes (83% des bénéficiaires) et les jeunes (50% des bénéficiaires ont moins de 36 ans), et nous essayons de la vulgariser au niveau des centres pour les personnes en situation de handicap, les centres de détention et dans les écoles », a-t-elle relevé.

En ce qui concerne l’impact de ce projet sur la santé, les produits du micro-jardin ont « permis une amélioration de la santé des femmes qui souffrent de diabète, d’anémie ou d’obésité car elles ont pu suivre un régime alimentaire riche en légumes frais, dont la consommation est devenue possible », a-t-elle soutenu, notant une évolution vers la culture du +manger sain+ chez la population.

S’agissant du volet économique, le micro-jardinage représente une source de revenu pour les femmes au milieu urbain qui en profitent pour développer certaines activités de micro-commerce, a affirmé Mme Pouye.

Pour sa part, Jean Goepp, directeur de Nébéday, une association sénégalaise de protection de l’environnement, a souligné l’importance de la plantation d’arbres, une initiative qui garantira un avenir sûr et durable.

« Il faut que les jeunes grandissent avec l’amour de l’arbre », a dit d’un ton énergique le directeur de Nébéday, un nom wolof de l’arbre de Moringa qui symbolise la vie.

Nébéday intervient dans cent écoles de la région de Fatick, en travaillant avec environ cent enfants des classes de CE2, CM1 et CM2, à travers des films et des petites animations très participatives.

Dans la cour, ils apprennent « à collecter une graine, à la réveiller, à la mettre en pépinière et à entretenir une pépinière », et à la fin de l’année scolaire, chaque enfant va ramener chez lui trois arbres, a-t-il fait savoir. En intervenant dans cent écoles, M. Goepp ambitionne de planter 30.000 arbres cette année avec les enfants.

La fondatrice et directrice générale de Women in Nature Conservation Organisation (WINCO), Emem Umoh, a relevé, de son côté, que dans le cadre du projet « Stubb’s Creek », son organisation a établi des activités en lien avec le développement durable et le développement des forêts au Nigeria.

« Nous avons également fait un programme de suivi pour des femmes, lancé une campagne de replantation d’arbres et une campagne de sensibilisation dans les écoles pour apprendre à réduire l’impact sur le climat », a avancé Mme Umoh.

Dans le cadre du projet « Ibom Greener Project », « nous avons mené des campagnes de sensibilisation dans les écoles et les communautés par le biais d’ateliers de formation », a poursuivi la directrice de WINCO.

Modérée par Evra Radek, chargée des événements et des Coalitions à Climate Chance, cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’un cycle d’ateliers en ligne, qui invite de grands témoins à débattre des principaux enjeux que connaîssent leurs secteurs d’activité pour garantir la continuité de leurs actions climatiques et avancer sur les différentes feuilles de route des coalitions de l’association, dans ce contexte de pandémie.

Créée en 2015, Climate Chance a pour objectifs de renforcer l’action climatique des collectivités locales, des entreprises et de la société civile par la mise en réseau des acteurs et le partage des pratiques, défendre et diffuser des priorités et des propositions communes et contribuer à l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris.

Dans la même catégorie