AIP Football : 32 équipes pour le tournoi Zadi Djédjé à Gagnoa AGP Gabon : Le SNEC-USTM conditionne la reprise des activités par la satisfaction de leurs revendications ANP Niger : Le Gouvernement décide de la réouverture des frontières terrestres à compter du 17 juin 2021 GNA High operation cost affect Ghana’s pole and line fishing GNA Road to crowning Akyem’s Most Beautiful begins GNA Technology is key for attaining AU Agenda 2063 – Prof Alabi GNA MFWA to pay GHC1,500 to NCA for information on closure of TV stations ANP Report au Niger de la date des examens du BEPC, session 2021, au 6 juillet au lieu du 22 juin 2021 APS CORONAVIRUS : CIRCULATION DES VARIANTS, PASTEUR EXHORTE AU ’’RESPECT STRICT DES MESURES BARRIÈRES’’ APS KANEL : MACKY SALL LANCE DES TRAVAUX ET INAUGURE DES INFRASTRUCTURES DE DÉSENCLAVEMENT

Des partenaires sociaux à la recherche de solutions pour bannir la violence en milieu scolaire


  8 Juin      53        Développement humain (241), Société (33226),

   

Porto-Novo, 08 Juin (ABP)- Les responsables du Centre Béninois pour le Développement des Initiatives à la Base (CBDIBA) en partenariat avec Plan International Bénin ont débattu des questions relatives à la protection de l’enfant à l’école, au cours d’une table ronde, aux fins de trouver des solutions idoines pour la réduction des violences scolaires dans le département du Couffo.
Les résultats issus des  tables rondes communales sur la question dans les six communes du département du Couffo, montrent que le châtiment corporel est encore d’actualité, les enfants sont mal entretenus par les parents et les élèves filles ne sont pas à l’abri du harcèlement sexuel, du mariage précoce et forcé.
Face à ce tableau sombre, les participants à la table ronde départementale ont fait un certains nombre de recommandation dont, entre autres, l’application de la charte de l’école, l’application des mesures alternatives par les enseignants dans les salles de classe,  la vulgarisation du code de l’enfant et  la sensibilisation des filles sur les bons comportements vestimentaires.
Selon M. Charlot Edouvoh, facilitateur du projet de promotion de la culture, de la non violence à l’école (PPCNE) connu sous le nom du projet « AQUENVIE », une lutte implacable doit être menée contre ces violences  et les auteurs de ces pratiques doivent être sanctionnés.
Le préfet du département du Couffo, Christophe H. Mègbédji avec le responsable du  PPCNE, ont indiqué qu’il faut que des solutions alternatives soient trouvées pour éviter la violence psychologique chez les enfants à l’école.
A  l’issue de la table ronde les différents acteurs présents  ont pris des engagements pour appuyer les ONG partenaires pour mettre en oeuvre des actions de sensibilisation dans les communautés.
ABP/CBA/AE

Dans la même catégorie