MAP Effondrement d’un immeuble au Nigeria : Sept personnes secourues MAP L’adoption par le CPS de l’UA de la «Déclaration de Tanger», une reconnaissance de la pertinence de l’approche multidimensionnelle du Maroc (Diplomate) MAP L’Angola a besoin de fonds supplémentaires pour achever le processus de déminage (responsable) MAP Le Grand stade d’Agadir, une « infrastructure sportive prometteuse » (média nigérien) AIP Lancement d’une semaine de la sécurité routière sur toute l’étendue du territoire national MAP Plus de 13 millions de Zambiens risquent d’être infectés par des maladies tropicales (ministre) MAP La SADC appelle à un dialogue national urgent en Eswatini AIP Un forum pour promouvoir la protection de l’environnement et le développement durable annoncé à Abidjan AIP Plus de 70 dossiers traités par la CACI de 2021 à 2022 MAP Le Complexe Mohammed VI de football, « l’un des plus importants dans le monde » (média nigérien)

DES PATRONS VEULENT ACCOMPAGNER LE CAMPUS FRANCO-SÉNÉGALAIS


  12 Juin      57        Arts plastiques (53), Economie (17241),

   

Dakar, 12 juin (APS) – Des patrons de sociétés ont fait part de leur volonté d’accompagner le Campus Franco-sénégalais dont les activités ont été lancées mardi à Dakar. ’’Nous comptons apporter notre connaissance du marché (…) Nous avons l’ambition d’accompagner le Campus Franco-sénégalais avec des stages, des contrats en alternance ou des signatures des conventions’’, a dit à l’APS, le directeur général de la société des brasseries de l’Ouest africain (SOBOA), Damien Baron.

Les entreprises ont souvent du mal à trouver dans certaines filières des compétences adaptées à leurs besoins, a t-il relevé, d’où l’importance de leur participation à l’élaboration du projet et à la bonne gouvernance du campus. ’’On est prêt à accompagner et même à mettre nos compétences pour former les jeunes afin qu’ils aient une formation adaptée à nos besoins’’, a-t-il fait valoir. ’’On attend des deux gouvernements de faire en sorte que la formation soit adaptée à nos besoins, car nous ne voyons pas que l’horizon 2019, mais plutôt des années à venir’’, a ajouté M. Baron. Il a indiqué la nécessité d’avoir ’’un vrai campus’’ sorti des terres et un lieu de formation physique où ’’l’on trouve des compétences requises’’.

’’Il y a une forte volonté à formaliser dans le cadre de ce campus. Il faudrait que les partenaires mettent beaucoup l’accent sur les compétences’’, a quant à lui, estimé le directeur général de la société de production de lait, Dolima, Bagoré Xavier Bathily. Ce Campus permettra d’avoir une meilleure adéquation sur les formations offertes, surtout en matière du management intermédiaire, où il existe un besoin sur le savoir des métiers et des capacités d’organisation et de leadership, a t-il souligné.

’’On sent que sur le management intermédiaire, il y a un enjeu énorme sur les entreprises en développement et un ralenti au niveau des dispositions en termes des ressources’’, a-t-il ajouté. Un campus franco-sénégalais a été lancé mardi à Dakar, dans le but de permettre à des établissements sénégalais et français de mettre en place en commun des nouvelles formations à travers « une démarche innovante ».

’’Il s’agit ici de co-construire entre des établissements français et sénégalais des nouvelles formations, en apportant des innovations avec un nouveau regard, sous un nouvel angle’’, a expliqué la ministre française de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal. Dans le cadre du lancement de ce campus, 15 formations seront dispensées dès la rentrée académique 2019 dans les établissements retenus au Sénégal, en collaboration avec les universités françaises.

Dans la même catégorie