ANP Tahoua : Cérémonie de réception d’un centre de prise en charge holistique des victimes de violences basées sur le genre ANP Tillabéri : Inauguration du laboratoire d’agro-écologie de l’Université Boubakar Bâ couplée à une journée porte ouverte ANP La journée mondiale contre le travail des enfants célébrée à Dosso ANP Niger : La Fondation Issoufou Mahamadou (FIM) tient sa première Assemblée Générale à Niamey GNA Assemblyman donates 30 coconuts seedlings GNA Komenda College of Education launches ‘One Student, One Tree’ Project. ACI l’Arpce appelée à plus de rigueur pour la sécurité des consommateurs ACI Point sur les chiffres fiscaux du budget indicatif de la loi rectificative APS ABDOULAYE FAYE ÉTAIT PÉTRI DE COURAGE ET D’INTÉGRITÉ (MACKY SALL) APS CORONAVIRUS : UN DÉCÈS ET 52 NOUVEAUX CAS ANNONCÉS

Des progrès considérables enregistrés chez les femmes africaines depuis la déclaration de Beijing (ONU)


  9 Mars      13        LeaderShip Feminin (320),

   

bidjan, 09 mars (AIP)- Depuis la déclaration du programme d’action de Beijing, les femmes africaines ont connu des progrès considérables, a déclaré le coordonnateur du Système des Nations-Unies en Côte d`Ivoire, Philippe Poinsot, lors de la célébration officielle de la Journée internationale de la femme (JIF) à Anyama.

« Depuis l’accord de Beijing, les femmes africaines ont fait entendre leur voix. La représentation politique des femmes a doublé biens que les hommes détiennent encore actuellement plus de 75% des sièges aux parlements africains, l’accès des filles à l’éducation et aux soins de santé continue à s’améliorer et l’Afrique est la seule région au monde où plusieurs femmes que d’hommes choisissent de devenir entrepreneures », a relevé samedi M. Poinsot.

Pourtant, les progrès rentent inférieurs aux engagements pris en 1995, année de signature de l’accord de Beijing, selon Philippe Poinsot. «La pauvreté en Afrique comme dans le reste du monde a trop souvent un visage de femme. Les femmes occupent surtout des emplois précaires. La violence à l’égard des femmes reste omniprésente.

« Bien que nous comprenions maintenant clairement l’avantage, voire l’impératif de l’inclusion et de l’égalité des sexes pour la réalisation de la paix et du développement, les actions ne sont pas à la hauteur », a-t-il soutenu.

Pour le coordonnateur, l’inégalité entre les sexes demeure le plus grand défi en termes de droit de l’homme. Il a réaffirmé le soutien de son organisme à la Côte d’Ivoire pour œuvrer à surmonter les défis de sécurité, de développement et de droit de l’homme, qui continuent de limiter le potentiel des femmes et des filles africaines.

« Surmonter ces défis implique de supprimer ces obstacles à l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Nous devons faciliter les contributions significatives des femmes aux communautés dans lesquelles elles vivent, améliorer leur intégration sociale, économique et financière. Cela signifie fournir une véritable protection contre les violences dans les rues comme à la maison », a-t-il signalé.

Philippe Poinsot qui intervenait dans le cadre de la JIF, a signifié que le thème international« Je suis de la génération égalité: levez-vous pour les droits des femmes  », est une interpellation sur la nécessité de redoubler d’effort pour soutenir les droits des femmes dans tous les domaines et poursuivre la lutte contre l’inégalité des sexes.

Dans la même catégorie