MAP Le projet du Gazoduc Nigeria-Maroc est sur la bonne voie (Amina Benkhadra) MAP RDC: L’ONU alerte sur la détérioration de la situation sécuritaire dans l’Est du pays AIB Cascade /Finale de la coupe du gouverneur : La SN SOSUCO remporte le trophée AIB Ioba : 72h pour impulser le développement endogène de la commune de Guéguéré AIB Burkina : Save the Children renforce les capacités nutritionnelles des déplacés à Kaya AIB La dégradation des sols au Burkina compromet l’avenir des générations actuelles et futures (BUNASOLS) AGP Mandiana/Forum des jeunes : Plus de 90 jeunes venus des régions de Kankan et Faranah prennent part aux travaux ouverts ce lundi AGP Guinée/Procès des événements du 28 septembre : ‘’Il ne faut pas que le capitaine Dadis ait peur d’affronter la justice de son pays’’ dixit Me Lancinet Sylla AGP Guinée/Procès des événements du 28 septembre : ‘’Ce n’est pas par peur d’affronter les débats que le président Dadis s’est déclaré malade’’, répond Me Antoine Pépé Lamah AGP Guinée/Procès des événements du 28 septembre : L’audience renvoyée au 12 décembre 2022 pour des raisons de santé de l’accusé, Moussa Dadis Camara

Exposition à Bamako Art Gallery : Entre deux talents


  27 Mai      33        Arts & Cultures (2355), Arts plastiques (52),

   

Bamako, 27 mai (AMAP) «Entre deux» est une exposition des œuvres de deux artistes : Mariam Niaré, photographe conceptuelle et Diakaridia Traoré, un peintre autodidacte qui exposent, en ce moment, à Bamako Art Gallery.
Mariam Niaré, passionnée par l’art depuis son enfance, est la fille d’un peintre. Elle commence la pratique du dessin et de la photographie dès son plus jeune âge. Ses œuvres exposées sont, entre autres, série «héritage» de 2021, inspirée de la géomancie ouest-africaine, notamment des rites de purification par le lait mais, aussi, par les signes propres à la cosmogonie dogon.
Il y a aussi série «balafres» de 2021 qui a été inspirée par les pratiques de scarification traditionnelles où elle joue avec les entailles et cicatrices qui deviennent des motifs graphiques avec lesquels elle construit ses images, raconte ces visages et ces pratiques oubliées.
Enfin, il y a série « bain démarré» de 2022 qui fait référence au rituel de purification traditionnel par le lait présent dans plusieurs communautés d’Afrique mais, aussi, antillaises. «Démarré» signifie littéralement en créole «se libérer, se débarrasser de ses entraves».
Diakaridia Traoré est né en 1992 à Bougouni, dans le Sud du Mali. Ses œuvres livrent une vision personnelle des paradoxes de nos sociétés, soulevant les ambivalences qui nous habitent.
Réunies au sein de la série «Dans le bar», elles s’inscrivent dans une continuité, celle d’un processus de recherche plastique continuel qu’il mène sans relâche. Ses toiles explorent les paradoxes entre les cultures, précisément entre les cultures traditionnelles africaines et celle de l’islam, questionnant le rapport des hommes à la consommation d’alcool qui, autrefois, faisait partie des rites initiatiques, aujourd’hui prohibée.
Les thèmes qu’il traite évoquent ainsi les rites qui permettent de passer d’un état à un autre, cet état intermédiaire qui permet de se rapprocher d’une certaine vérité vécue, personnelle et intime, ésotérique ou spirituelle. «Entre deux» est souligné notamment dans leurs procédés respectifs de création qui se déclinent sous une forme sérielle, où préside la recherche de textures, de couleurs, de manières, de formes et de compositions, procédant ainsi par l’exploration originelle.
L’ambassadeur de l’Union européenne, (UE) Bart Ouvry, a souligné que Bamako Art Gallery a bien combiné les œuvres des deux artistes. «Je trouve que c’est un travail intrinsèque qui roule bien pour la chaîne artistique et culturelle ».
Pour le diplomate. amateur d’arts. Mariam Niaré a fait du travail. « Elle parle beaucoup de la société malienne. Elle est très perméable et travaille de manière très variée », dit-il. « Quant à Diakaridia Traoré que je suis depuis plusieurs années, il a une démarche très profonde. C’est un homme très ancré dans la culture malienne», a dit M. Ouvry.
Pour sa part, la directrice déléguée de Bamako Art Gallery, Marie Doussou Sangaré, a expliqué que sa structure, qui existe depuis 2019, est au service de l’art contemporain.
Elle a indiqué que Bamako Art Gallery a pour vocation de donner une visibilité aux artistes maliens qui évoluent dans l’art contemporain.

Dans la même catégorie