ACP Installation de trois cellules de l’ONG « FEDECO » ACP La « FMT » contente de l’organisation du 1er colloque panafricain sur la sensibilisation à l’albinisme. ACP Parution à Kinshasa d’un ouvrage sur l’esprit d’entreprise à l’entrepreneuriat ACP Le ministre d’Etat Rubota pour la desserte des quartiers Urbano- Rural de Ngaliema en eau potable ACP La coopération entre le Japon et la RDC essentiellement basée sur la relance de l’économie ACP 3ème Forum économique et d’affaires Turquie-Afrique : Denise Nyakeru Tshisekedi plaide pour un leadership féminin ANG Presidente da República anuncia inauguração de quatro substações no país em dezembro deste ano ANG Ministro garante que está empenhado na criação de condições para início em Janeiro do próximo da exportação do pescado ANG Coletivo de advogados pede Ministério Público para pronunciar sobre detenção dos líderes sindicais ANG São Tomé e Príncipe acolhe em Novembro a II edição da Cimeira de Negócios da CE-CPLP

FILIÈRE MANIOC : LA RÉGION DE THIÈS ATTEND UNE PRODUCTION DE PLUS DE 600.000 TONNES (RESPONSABLE FILIÈRE)


  17 Septembre      23        Santé (11956),

   

Thiès, 17 sept (APS) – La région de Thiès (ouest) attend cette année une production de plus de 600.000 tonnes de manioc, a indiqué jeudi le président de cette filière, Assane Ndiaye.

’’L’année dernière, nous avions plus de 1.300.000 tonnes ; cette année, on attend autant, sinon plus’’, a-t-il dit à l’APS. Selon lui, la région devrait réaliser une production de ’’plus de 600.000 tonnes’’, cette année.

Il a indiqué en marge d’une remise de tracteurs à des producteurs de la région par le ministre de l’Agriculture, Moussa Baldé, que le manioc ’’se porte très bien’’ dans la région de Thiès, qui représente 70% de la production nationale.

Selon lui, un recensement des producteurs de manioc sur l’étendue du territoire national est en cours, avec l’appui du Fonds national de développement agro-sylvo-pastoral (Fndaps).

Les transformateurs sont aussi concernés par cette opération visant une meilleure lisibilité dans la filière.

Le manioc fait face à des défis de mécanisation, de transformation, de recherche, a-t-il dit.

Pour lui, il faut tendre vers une amélioration des variétés locales de manioc, en les croisant avec d’autres provenant notamment du Ghana et du Nigeria où beaucoup de recherche se font dans ce sens.

La filière travaille déjà avec l’Institut de technologie alimentaire (ITA) sur l’identification des variétés produisant la plus grande quantité de farine, ou celles aptes à produire de l’amidon.

L’Agence nationale de conseoil agricole et rural (ANCAR) et l’Isra, l’Institut sénégalais de recherches agricoles, aident aussi à la dissémination de ces travaux.

Thiès concentre environ 60.000 hectares sur les quelque 86.000 hectares emblavés sur l’étendue du territoire national, a noté Assane Ndiaye.

Selon lui, l’un des avantages du manioc est que son rendement à l’hectare vaut deux à trois fois celui de l’arachide.

S’y ajoute que la récolte peut être retardée d’un an pour attendre que le marché soit plus favorable.
ADI/ASG/BK

Dans la même catégorie