AIP La ministre Françoise Remarck s’engage à améliorer les conditions de travail de son personnel AIP Françoise Remarck promet de soutenir les initiatives culturelles pour dynamiser le secteur des arts MAP Niger: une personne tuée et cinq enlevées « par des bandits » près de la Libye (ministère de l’Intérieur) MAP Togo: levée de la suspension des accréditations pour la presse étrangère MAP Liberia : le FAD approuve un financement de 10 millions de dollars pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle MAP La CEDEAO lance officiellement ses programmes de promotion du genre et de l’égalité en Côte d’Ivoire AIP Digitalisation : La CIE primée au B2B digital 2024 pour ses avancées en intelligence artificielle AIP Adama Bictogo reçoit la nouvelle présidente du parlement de la CEDEAO MAP Rwanda: début de la campagne électorale pour la présidentielle et les législatives du 15 juillet MAP Cyclone Gamane: Madagascar a besoin de 124 millions de dollars pour la reconstruction

Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi


  25 Mai      8        Santé (15520),

 

Maradi, 25 Mai (ANP) – Le Ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales, le Colonel-Major Garba Hakimi a effectué, du 21 au 25 Mai 2024, une visite de travail dans la région de Maradi.

Cette visite de cinq (5) jours l’a conduit dans plusieurs formations sanitaires de la Région (Centres de Santé Intégrés, Cases de santé, Centre Hospitalier Régional de Maradi et l’hôpital de Référence de Maradi).

A la fin de cette visite, le Colonel-Major Garba Hakimi a présidé la cérémonie de réception d’un don de produits offerts par l’UNFPA à la région de Maradi. Il s’agit de 37 kits SR, ce qui représente 260 cartons pour une valeur de 66.600.000 FCFA destinés à la couverture des départements de Madarounfa, Guidan Roumdji, et du Centre Mères et Enfants de Maradi.

En recevant ce don, le Ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires sociales, a indiqué que la santé de la reproduction est un pilier central du Plan de développement sanitaire et social 2022-2026 dont le principal résultat attendu est la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

Selon lui, cet appui va contribuer à l’atteinte de trois résultats, notamment zéro décès maternel évitable, zéro besoin non satisfait en planification familiale et zéro violence basée sur le genre. Aussi, a-t-il remercié l’UNFPA pour ce geste louable et l’a encouragé à poursuivre les appuis pour l’amélioration de la santé des populations nigériennes.

Le Ministre en charge de la Santé Publique a ensuite assisté à la célébration de la journée de plaidoyer et de vulgarisation de la stratégie nationale d’élimination de la fistule génitale féminine, le prolapsus génital et les incontinences 2022-2024 au sein du Centre Mère et Enfant de Maradi.

La visite de l’Hôpital de Référence de Maradi a constitué la dernière étape de ce périple de cinq jours. Le Ministre et sa délégation ont notamment visité plusieurs services dans cet établissement et reçu des explications sur son fonctionnement.

A l’issue de toutes ces visites, une réunion de synthèse a réuni autour du Ministre Colonel Major Garba Hakimi tous les responsables régionaux de la santé et les partenaires techniques et financiers.

« Nous avons relevé une forte mobilisation de la population et des autorités traditionnelles et une disponibilité des médicaments, des vaccins, des produits contraceptifs, des intrants dans la prise en charge nutritionnelle, la gestion des épidémies et une chaine de froid fonctionnelle », s’est-il réjoui.

Il dit avoir également constaté, entre autres, une importante contribution des particuliers et des collectivités aux activités de santé et des partenaires techniques et financiers dans le financement des actions de santé et du social, la tenue des réunions transfrontalières et la création d’un groupe WhatsApp regroupant les acteurs, la bonne prise en charge des nouveaux nés de faibles poids de naissance au CSME de Maradi.

Comme points à améliorer, le Ministre retient la qualité et la régularité de la supervision et l’encadrement des cases de santé et centres de santé intégrés par les équipes cadres de district ; l’utilisation du tableau de bord pour le suivi de la mise en œuvre du plan du développement sanitaire et social ; l’élaboration des micro-plans et l’insuffisance d’intégration des soins au niveau des centres de santé intégré ; la documentation des documents de surveillance transfrontalière.

Des instructions ont été données à la Direction Régionale de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales et aux districts sanitaires telles que veiller à la supervision intégrée de qualité des soins de santé à tous les niveaux ; coordonner le ravitaillement des structures de soins de la région en bouteille d’oxygène produit au centre hospitalier régional ; renseigner et transmettre les données retenues pour le tableau de bord à tous les niveaux de la pyramide sanitaire régionale ; renforcer l’analyse et l’utilisation des données produites pour la prise de décision appropriée ; renforcer la surveillance épidémiologique avec un accent particulier sur la surveillance transfrontalière ; déterminer et documenter la proportion des patients venus du Nigéria pris en charge au niveau des CSI et des hôpitaux de district ; faire ressortir systématiquement la contribution des partenaires techniques et financiers dans les présentations lors des visites terrain et des revues, entre autres.

Au Centre Hospitalier de Maradi, il est demandé de faire la situation détaillée du personnel et transmettre au niveau de la DRSP et au niveau central avant fin juin 2024 ; déterminer et documenter la proportion des patients venus du Nigéria et pris en charge au niveau du centre hospitalier régional ; assurer le fonctionnement des blocs opératoires.

Au Centre Mère et Enfant, il est recommandé de faire assister les papas des nouveau-nés à la méthode Kangourou ; acheminer les déchets au niveau du CHR pour un traitement en attendant l’acquisition en cours de l’incinérateur.

Au niveau central, il est recommandé d’exprimer le besoin en spécialistes biomédicaux auprès du Ministère en charge de l’Enseignement supérieur ; élaborer des fiches techniques de détection de cas de maladies à potentiel épidémique en particulier celles relatives à l’intoxication aux métaux lourds apparues dans le pays voisin comme rapporté par l’OMS à l’usage de tous les acteurs de la surveillance ; créer et rendre fonctionnel les cadres de concertation avec les partenaires techniques et financiers au niveau de la direction régionale, des districts sanitaires et centres de santé intégrés ; accélérer le processus de production locale des intrants nutritionnels nécessaires à la prévention et à la prise en charge de la malnutrition au Niger.

A l’issue de cette mission, note-t-on en outre, des partenaires techniques et financiers ont pris un certain nombre d’engagements. Ainsi, l’UNFPA s’engage à doter le District sanitaire de Tessaoua d’une ventouse obstétricale et de deux tables d’accouchement ; de mettre à la disposition de la région de Maradi onze (11) sages femmes ; d’appuyer la tenue d’une réunion nationale sur la gestion des données y compris la logistique et de doter le Centre Mère et Enfant de trois tables d’accouchement.

Pour sa part, l’UNICEF entend appuyer le Ministère de l’Hydraulique, de l’Assainissement et de l’Environnement et celui en charge de la Santé dans l’évaluation de la faisabilité des forages dans la zone de Dadin Kowa (Tessaoua) ; de doter le CSI de Nafouta d’une table d’accouchement ; de réhabiliter la maternité de Dan Issa en 2025 ; de financer les cliniques mobiles intégrées de Mai à Juin 2024 ; de doter le CHR de kits malaria et doter le CME en médicaments et consommables pour la prise en charge des urgences familiales ; renforcer les capacités des agents des CHR en surveillance intégrée des maladies et ripostes de prise en charge des cas de paludisme.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) compte appuyer l’Hôpital de Référence d’un projet d’établissement ; appuyer la riposte à la méningite dès que le seuil épidémique sera atteint ; doter le CSI de Maijirgui de deux balances pèse adulte ; appuyer la recherche au niveau de la région ; doter le CSME en appareil d’électrophorèse ; financer le plan blanc de l’hôpital de Référence de Maradi.

Pour sa part, le Ministère de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales s’est engagé à transformer les cases de santé de Firji (Madarounfa) et Dadin Kowa en Centres de Santé Intégré ; Contacter le Ministère de l’Urbanisme pour la finalisation des travaux de construction du CHR de Maradi ; doter le CSME d’un appareil de Mammographie.

Il est recommandé au niveau central d’explorer la faisabilité de réalisation de nouveaux forages en collaboration avec l’UNICEF au niveau du village de Dadin Kowa ; prévoir systématiquement la connexion internet lors de la construction ; réhabiliter des CSI et les doter de deux ordinateurs ; considérer tout décès maternel comme une urgence ; renforcer le plateau technique du CHR de Maradi, finaliser et équiper son bloc opératoire.

A l’endroit de l’hôpital de Référence de Maradi, d’engager un processus de digitalisation, de suivi de la ponctualité et présence du personnel ; mettre un mécanisme d’amortissement des gros équipements ; élaborer et mettre en œuvre le plan d’établissement de l’hôpital ; analyser mensuellement les données avec feedback au district ; faire respecter les consignes d’exigence d’une escorte des FDS lors des déplacements des partenaires techniques et financiers, ainsi que du personnel de santé dans des zones définies par les autorités.

Le Ministre a saisi cette occasion pour transmettre la reconnaissance du président du CNSP, Chef de l’Etat pour le soutien indéfectible de la population et sa résilience aux sanctions imposées au pays et leur demande de faire confiance aux services de santé, tout en les exhortant à leur utilisation notamment ceux de la santé de la reproduction.

Il a enfin transmis ses remerciements aux autorités régionales, aux partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement et une motion spéciale aux agents de santé pour leur dévouement et engagement dans la gestion des services de santé.

Il était accompagné du Gouverneur de la Région de Maradi, le Contrôleur Général de Police Mamane Issoufou, des Directeurs centraux, des partenaires techniques et financiers, des responsables d’ONG nationales qui interviennent dans le secteur de la santé et des responsables régionaux.

Dans la même catégorie