GNA Ambassador of the Kingdom of Netherlands bids farewell to Foreign Minister GNA UPSA confers honorary doctorate on Matthew Opoku Prempeh GNA COVID-19: GHS to source more vaccines GNA NYA develops programme framework to encourage youth volunteerism GNA Diasporan Africans in Canada donate to Street Academy APS CORONAVIRUS : 712 NOUVELLES CONTAMINATIONS ET 05 DÉCÈS ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Plus de 300.000 doses de vaccin Johnson-Johnson offertes à la RCA ACP Les ministres provinciaux de l’éducation invités à lutter contre les antivaleurs dans leurs entités

FLUX FINANCIERS ILLICITES : L’AFRIQUE POURRAIT PERDRE PLUS DE 50 MILLIARDS DE DOLLARS US


  28 Mai      90        Economie (12663), Finance (550),

   

Dakar, 27 mai (APS) – Les flux financiers illicites pourraient faire perdre à l’Afrique plus de 50 milliards de dollars Us par an, a affirmé lundi Hatem Fellah, agronome principal au bureau régional du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) au Sénégal.

« Les estimations sur les flux financiers illicites sont très disparates en raison des différences de méthodologie. Selon les estimations actuelles, l’Afrique pourrait perdre plus de 50 milliards de dollars américains par an dans les flux financiers illicites », a-t-il notamment dit.

Il s’exprimait à Saly-Portudal (Mbour, ouest) lors d’un atelier organisé par le groupe de la BAD, en partenariat avec le Groupe inter-gouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA).

Cette rencontre destinée aux parlementaires lusophones des pays membres régionaux, est axée sur la problématique des flux financiers illicites en provenance d’Afrique.

Selon Hatem Fellah, la perte de 50 milliards de dollars causée à l’Afrique correspond environ au même montant que l’investissement total ou l’envoi total de fonds des migrants et est légèrement supérieure à l’aide publique au développement (APD).

« Mais, ces estimations pourraient bien être inférieures aux sorties réelles, car il n’existe pas de données précises pour tous les pays africains, et certaines formes distinctes de flux financiers illicites sont inclues et donc difficiles à suivre et encore moins à estimer », a-t-il fait remarquer.

Il a souligné le caractère fondamental du rôle des parlementaires dans la promotion de la relance économique et du développement durable.

« Les parlementaires ont le mandat constitutionnel de superviser les gouvernements et de leur demander des comptes, mais ils jouent un rôle primordial dans la promotion d’une bonne gouvernance économique et financière grâce à un contrôle efficace du budget et de la gestion des dépenses publiques », a-t-il souligné.

Il révèle que la BAD a élaboré un cadre stratégique et un plan d’action dans le cadre de la lutte contre les flux financiers illicites sur le continent.

D’après lui, le premier pilier de cette stratégie repose sur le renforcement des capacités des pays membres régionaux et des communautés économiques régionales à lutter contre ce phénomène.

ADE/ASG/BK

Dans la même catégorie