GNA Road crashes prevention is a shared responsibility – Mr Amegayibor ANP L’UE évalue la reforme curriculaire de l’éducation mise en œuvre par le gouvernement nigérien ANP 280 millions de CFA de l’UE pour lutter contre l’épidémie de choléra au Niger APS SÛRETÉ ET SÉCURITÉ DE L’AVIATION CIVILE AU MENU DES RÉUNIONS DU CP DE LA CAFAC APS PARERBA : PRÈS DE 1300 BÉNÉFICIAIRES (SUPERVISEUR) APS PLAIDOYER POUR LA PRÉSERVATION DE LA RESSOURCE HALIEUTIQUE APS LE JOURNALISTE ALASSANE SAMBA DIOP PUBLIE ’’LA VIE EST UN TEMPS DE PAROLE’’ GNA Igbos in Ghana celebrate 2021 Igbo Day, New Yam Festival GNA NDC mourns Ama Benyiwa Doe GNA Akim Oda MP organises free mock exams for JHS students

FORUM DES FEMMES 2021 : LES FEMMES ONT REFLECHI SUR LES FORMES DE MALTRAITANCE CHEZ LES FEMMES ET LES ENFANTS


  3 Août      30        Société (35739),

   

Lomé, 3 août (ATOP) – Les associations « Femmes d’action » et « Cœur Solidaire » en collaboration avec le ministère chargé de l’Action sociale et de la promotion de la Femme ont organisé le forum des femmes 2021, le lundi 2 août à Lomé.
Ce forum placé sous le thème « Pour plus d’engagement en faveur de la protection de la femme et de l’enfant au Togo » s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée de la femme africaine. Il s’agit de créer un cadre de réflexion des femmes et hommes engagés et des leaders d’opinion autour des questions de viols, d’inceste, de pédophilie, de pédopornographie et toutes autres formes de maltraitance chez les femmes et les enfants.
L’objectif est de sensibiliser l’opinion nationale sur les violences subies par les femmes et les enfants et les conséquences. Il était question de rechercher les meilleures solutions et stratégies pour un changement de comportements et de mentalités.
Deux sous-thèmes ont été au cœur de cette rencontre, à savoir, « pour plus de protection des femmes contre le viol, le harcèlement, les violences physiques et morales » et « pour plus de protection des enfants contre le viol, l’inceste, la pédopornographie, les violences physiques et morales.
Les participants ont condamné avec vigueur toutes formes de violences faites aux femmes et aux enfants. Ils ont lancé un vibrant appel à toutes les togolaises à s’engager par tous les moyens pour combattre ces fléaux qui détruisent la vie des femmes et des enfants. Les travaux ont permis d’élaborer plusieurs recommandations entres autres, « fermer dans les meilleurs délais la maison close d’exploitation sexuelle des enfants, dénommée « Dévissimé » ; traquer par tous les moyens ceux qui perpétuent la pédopornographie sur les supports numériques ; renforcer les mesures de répression à l’endroit des proxénètes et autres auteurs d’exploitation sexuelle des filles ; inscrire toutes les infractions d’ordre sexuel comme crimes imprescriptibles ».
Pour la vice-présidente de l’Assemblée nationale, présidente du comité d’organisation du forum, Mémounatou Ibrahima, « Malgré toutes les dispositions prises par nos gouvernants pour protéger les femmes et les enfants, nous avons ces phénomènes qui persistent. Beaucoup de femmes se taisent parce qu’elles pensent qu’elles sont couvertes de honte lorsqu’elles sont victimes de ces actes. Nous voulons donner l’occasion à toutes les femmes, les chances de voir réparer cette injustice, ces actes abominables». Elle a ajouté que chacun a le devoir de venir en aide à toutes ces victimes, les encourager à dénoncer leurs gourous, les prendre en charge et de sensibiliser la population pour un changement de comportement et de mentalité.
La ministre de l’Action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Mme Adjovi Lolonyo Anakoma-Apédoh a souligné que la femme constitue un acteur clé de développement et l’enfant la relève de demain. La femme et l’enfant, dit-elle sont tous au cœur des préoccupations actuelles contenues aussi bien dans le plan national de développement (PND) que dans la feuille de route gouvernementale 2025.
Le représentant résident du Programme des nations unies pour le développement (PNUD), Aliou Mamadou Dia a indiqué que « nous devons beaucoup aider en matière de prise en charge des victimes en créant un véritable parcours d’orientation pour les femmes victimes de violences ». Pour lui, il s’agit de mieux les aider ; de faire en sorte que leur parcours ne devienne pas un parcours difficile.  « Nous devons améliorer l’accueil et l’hébergement des femmes en détresse en particulier à travers des centres d’hébergement et de réinsertion sociale », a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie