APS KAFFRINE : UN CANDIDAT AU BAC EXCLU POUR USAGE DU TÉLÉPHONE APS FATOU KINÉ DIAKHATÉ, UN NOUVEAU DÉPART AVEC L’ART-THÉRAPIE GNA Government to install robust systems to stem threats at Ghana’s frontiers GNA Government make strides in road construction GNA Residents of Chorkor sensitized on gender-based violence GNA Three Ghanaians emerged winners in 2021 Women in Agribusiness Awards APS CM2022 : LES REQUINS BLEUS JOUERONT LEUR PREMIER MATCH À MINDELO EN SEPTEMBRE (SÉLECTIONNEUR) APS LA COUR SUPRÊME SE VEUT « TRÈS ATTACHÉE À L’ACCÈS AU DROIT » (PREMIER PRÉSIDENT) APS GCO DIT AVOIR PRODUIT 362. 000 TONNES DE SABLES MINÉRALISÉS AU COURS DU PREMIER SEMESTRE 2021 APS THIÈS : AUTORITÉS ACADÉMIQUES ET ADMINISTRATIVES SATISFAITES DU DÉMARRAGE DU BAC

Gabon : Examen à fond du procès de Brice Laccruche Alihanga ce mardi


  4 Mai      57        Politique (17927),

   

Libreville, 04 Mai (AGP) – Le procès de Brice Laccruche Alihanga, ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo, se poursuit ce mardi 4 mai au tribunal de première instance de Libreville, après son ouverture la veille.

Incarcéré à la prison du Gros-Bouquet depuis un an et demi, Brice Laccruche Alihanga comparaissait hier devant le tribunal correctionnel pour répondre du chef d’accusation de détention frauduleuse des documents administratifs. Il avait été arrêté puis écroué pour détournement des fonds publics, blanchiment des capitaux et concussion.

Brice Laccruche Alihanga, dans une tenue noire, a brillé par un comportement qui a été qualifié d’outrage à un magistrat. Mais la guerre de procédure entre ses avocats et le tribunal n’a pas permis de traiter l’affaire à fond hier lundi 3 mai. C’est finalement ce mardi que le dossier sera passé au peigne fin.

Il est notamment poursuivi pour obtention illégale d’un document administratif. Il s’agit d’un certificat de nationalité gabonaise qui a été établi en 2004, et qui lui donne la nationalité gabonaise d’origine, alors que dans un autre document, l’ancien homme fort est né en France en 1980, d’un père et d’une mère française.

Dans leur plaidoirie, ses avocats ont estimé que le tribunal correctionnel devant lequel il comparaissait n’avait pas compétence sur ce dossier.

Ce qui a entraîné de facto la suspension de l’audience très regardée par une assistance curieuse. Après s’être retiré pendant une heure pour statuer sur les exceptions, le tribunal a balayé toutes les exceptions. Le rendez-vous a donc été pris pour aujourd’hui mardi.

Dans la même catégorie