AIP Prof Adama Diawara appelle les chercheurs à trouver des réponses concrètes aux problèmes des Ivoiriens AIP Qatar 2022 : Le Sénégal éliminé suite à sa défaite contre l’Angleterre (0-3) APS Le coach des Lions : « Les Anglais nous étaient supérieurs » APS Aliou Cissé élude la question de son avenir à la tête des Lions APS Aliou Cissé :  »Les trois buts encaissés contre l’Angleterre sont inexplicables » APS L’aventure qatarie des Lions s’arrête en huitièmes ASP Harry Kane salue « une bonne équipe sénégalaise » malgré la défaite des Lions MAP Mondial-2022: l’Angleterre bat le Sénégal (3-0) et rejoint la France en quart de finale APS L’OMVS étrenne une nouvelle centrale hydroélectrique à Gouina (Mali) APS Des journalistes africains formés à la critique cinématographique

Gabon : Plus de 152 millions USD du FMI pour juguler l’impact du Covid-19


  31 Juillet      48        Monde (615),

   

Libreville, 31/07/2020 (MAP)- Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé, vendredi, en faveur du Gabon un décaissement de 152,61 millions de dollars (environ 84 milliards de FCFA) au titre de l’instrument de financement rapide ((IFR) pour aider le pays à faire face à la pandémie de Covid-19.

Il s’agit du deuxième financement accordé au pays au titre de l’IFR après celui d’avril dernier (147 millions de dollars américains). Le but étant d’aider le Gabon à satisfaire les besoins urgents de financement de la balance des paiements qui résultent de la pandémie de Covid-19, indique l’institution de Bretton Woods.

Selon le FMI, les autorités ont mis en œuvre des mesures louables pour limiter la propagation de la pandémie de Covid-19. Toutefois, depuis l’approbation du premier achat au titre de l’IFR, le 9 avril 2020, la diminution de la demande extérieure et l’intensification des effets des mesures d’endiguement ont davantage dégradé les perspectives de croissance et aggravé les positions extérieure et budgétaire du pays.

La baisse de l’activité intérieure et les répercussions des mesures liées à la crise sur les recettes non pétrolières et les dépenses, combinées aux pertes de recettes pétrolières, sont source de fortes pressions sur les finances et la dette publiques, a expliqué l’institution financière.

A cette occasion, le directeur adjoint du FMI, Mitsuhiro Furusawa, a souligné que les administrateurs ont pris « acte des progrès réalisés par les autorités dans la mise en œuvre de mesures immédiates visant à limiter la propagation du virus et à en atténuer les répercussions sociales et économiques ».

Cependant, a ajouté M. Furusawa, ils ont noté « qu’une nouvelle détérioration de la conjoncture mondiale et une intensification des effets de la pandémie de Covid-19 ont considérablement assombri les perspectives macroéconomiques depuis le premier achat au titre de l’IFR, ce qui a créé de nouveaux besoins de financement », précisant que « la nouvelle demande au titre de l’IFR fournira un soutien budgétaire et contribuera à catalyser un soutien supplémentaire de la part des partenaires au développement ».

Dans la même catégorie