MAP La sous-secrétaire d’Etat américaine à la Sécurité civile salue le modèle démocratique sénégalais MAP Crise humanitaire au Soudan: Washington annonce une aide de 315 millions de dollars MAP Le Maroc disposé à élargir les domaines de sa coopération avec Madagascar (M. Bourita) MAP Cameroun: un gendarme tué et quatre autres blessés dans une attaque de Boko Haram ANP Le Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage s’enquiert de la situation pastorale dans le Nord-Tahoua AGP Guinée : 172199 candidats affrontent les épreuves du Brevet d’Etudes de Premier Cycle AGP GUINÉE/MÉDIA : DEUX COMMISSAIRES DE LA HAC SUSPENDUS POUR FAUTE LOURDE (COMMUNIQUÉ) AGP Guinée/Tribunal Militaire : 10 ans de prison requis contre le Général SadibaKoulibaly AGP Guinée/Collectivité :Les 356 communes rurale et urbaine du pays dotées en équipements informatiques par l’ANAFIC ANG Telecomunicações/Ministro diz que o projeto do Cabo submarino “Amilcar Cabral” vai reforçar a integração da Guiné Bissau ao mundo global

Gabon/Esther Miracle : les victimes encouragées à porter plainte d’ici le 24 mars


  22 Mars      29        Divers (1690), Société (45588),

 

Libreville, 21 mars 2023 (AGP)-Le collectif des parents des disparus et le collectif des avocats se sont réunis lundi 20 mars dernier. Au sortir de cette réunion, ils ont invité les personnes touchées par ce drame,  dont la société civile, les rescapés, et les familles des disparus, à porter plainte d’ici le 24 mars 2023 auprès des autorités judiciaires, à l’encontre des responsables désignés qu’ils estiment être l’armateur Royal Coast et l’État gabonais.

Les points essentiels évoqués à cette rencontre étaient, entre autres : la définition des responsables du naufrage, l’identification des personnes concernées, le rappel des pièces à fournir par les parents pour la procédure pénale, et la date de dépôt des dossiers.

S’agissant des points sur les responsables du drame, l’armateur et l’État gabonais, sont les deux principaux accusés du naufrage du 9 mars dernier. Selon le compte-rendu de cette rencontre, la compagnie est mise en cause « parce qu’elle n’a pas été capable de transporter les passagers en toute sécurité du port d’embarquement au port de débarquement « . Tandis que l’État est désigné responsable, « parce qu’il n’a pas rempli son devoir de contrôle des bâteaux et de protection des vies humaines « .

Les personnes concernées par ce accident maritime, dont la société civile, les rescapés et les familles des disparus vont, dès lors, pouvoir mieux orienter leurs plaintes qu’ils doivent déposer d’ici le 24 mars prochain à 13h30.

Pour ce qui est de la composition des dossiers de plaintes, les parents des disparus sont invités à fournir les éléments suivants : une copie de la pièce d’identité du disparu, une copie des pièces d’identités des ayants droits, pour justifier de l’affiliation, les photos des disparus avant le drame et dans l’état retrouvé (si le corps a été repêché). Et pour les disparus qui ne sont pas dans le manifeste, les parents doivent apporter toute preuve possible indiquant que l’intéressé était dans le bâteau.

Une réunion de mise au point sur les dossiers réunis a été fixée pour le jeudi 23 mars. Soit 24h avant le dépôt final des dossiers.

Dans la même catégorie