APS LANCEMENT DU PRIX POUR LA VULGARISATION DES STATISTIQUES AGRICOLES APS L’ANER ANNONCE L’INSTALLATION DE 115 000 NOUVEAUX LAMPADAIRES APS LA LIGUE PROFESSIONNELLE APPELLE AU FAIR-PLAY POUR FINIR LA SAISON EN BEAUTÉ (COMMUNIQUÉ) GNA NDPC holds stakeholders engagement to improve food nutrition systems GNA Help save the forestry industry – Forestry Association cries GNA CHAG launches six months revolving fund for member facilities AIB Burkina : Un forum pour accompagner les collectivités territoriales AIB Burkina : Le gouvernement veut assainir les exploitants de la filière cinéma APS VERS UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR L’ENRÔLEMENT DES DEMANDEURS D’EMPLOI APS OIGNON : A POTOU, COMMERÇANTS ET PRODUCTEURS DÉNONCENT UNE « CONCURRENCE DÉLOYALE’’ DE L’AGROBUSINESS

Gabon/Pénurie d’encre à l’UOB : les étudiants dans la tourmente


  6 Mai      33        Education (5180), Société (33396),

   

Libreville, 06 Mai (AGP) – L’Université Omar Bongo (UOB) enregistre une pénurie d’encre depuis quatre mois déjà. Les étudiants de la première université du Gabon paient le lourd tribu dû à ce manque criard d’encre. Conséquence : les diplômes ou tenants de diplômes des étudiants ne peuvent être imprimés.

Les faits semblent insolites. C’est pourtant la triste réalité. L’université Omar Bongo (UOB) manque d’encre depuis quatre mois. Les étudiants ne savent plus à quel saint se vouer. Pour cause, les tenants lieux de diplômes ne peuvent être imprimés. Comment la première université du Gabon peut-elle arriver à un tel degré de précarité ? La question mérite d’être posée, quand on sait que cette université est subventionnée par l’État.

Le conseil rectoral présentait son budget 2020 à hauteur de 1,9 milliards de F CFA. Les fonds propres fournis essentiellement par les inscriptions étaient estimés à 1,4 milliards de F CFA. Malgré ces entrées budgétaires non négligeables, l’UOB a du mal à assumer une charge telle que l’achat de cartouches d’encre. Élément pourtant essentiel pour le fonctionnement de cette institution.

Une situation qui mérite d’être dénoncée. Car l’avenir des étudiants en dépend. « Depuis des mois je viens ici demander l’impression de mon tenant lieu de diplôme, on me donne toujours la même raison. Il n’y a pas d’encre. Cette situation dure depuis le début de l’année. Je veux mes diplômes pour postuler quelque part», a dénoncé Anaël Moundounga, étudiant au département de psychologie.

Même le personnel du Secrétariat général en a marre de cette situation qui n’a que trop durée. « Depuis quatre mois on vit cette situation. Nous assistons chaque jour aux pleurs des étudiants qui veulent leurs diplômes, mais qu’ils ne peuvent avoir faute d’encre. Certains ont raté des opportunités d’embauche à cause de cette situation. Vivement que la situation se rétablisse », a décrié un agent qui a voulu garder l’anonymat.
Il faut le souligner, l’UOB fait face à d’énormes difficultés financières. Mais cette situation ne s’explique pas. Les responsables de cet établissement gagneraient à trouver des solutions à ce problème qui n’honore pas le secteur éducatif gabonais.

Dans la même catégorie